La Russie veut devenir un acteur majeur du vin

22 août 2020

Temps de lecture : 3 minutes
Photo : Edition limitée du Vin Rouge de la Victoire, pour les 75 ans de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ce vin est produit en Crimée © Sergei Malgavko/TASS/Sipa USA/29741591/AK/2004271518
Abonnement Conflits

La Russie veut devenir un acteur majeur du vin

par

En matière viticole, la Russie a une mauvaise réputation, l’associant aux vins frelatés et de mauvaise qualité. Mais sa situation est en train de changer. Elle a adopté une nouvelle loi sur la production de vin et des experts français et italiens ont été recrutés pour lui permettre de devenir un acteur mondial du vin.

 

Article du South China Morning post. Traduction de Conflits.

 

La Russie, superpuissance dans le domaine de la vodka, veut faire un tabac sur le marché international du vin avec les rouges et les blancs de ses régions tempérées du sud, le long de la Volga et près de la mer Noire. Les viticulteurs russes se spécialisent désormais dans les vins de première qualité, avec l’aide des experts français et italiens. Les raisins sont en pleine croissance, et les vignobles s’étendent. Moscou a également adopté une loi qui établit le vin russe comme une marque et réglemente la production pour la première fois.

 

Devenir un pays du vin

« Nous avons tout ce qu’il faut pour faire du vin notre principale exportation », déclare Dmitri Kiselyov, qui est non seulement une figure majeure des médias d’État et le principal propagandiste du Kremlin, mais aussi le chef de l’association des viticulteurs. Il a réalisé un film documentaire intitulé « Il suffit d’empoisonner le peuple », qui décrit comment la Russie veut se débarrasser de l’image d’une nation qui freine le vin, une idée qui remonte à la période soviétique et s’attaque également aux importations bon marché.

À lire aussi : L’Union peut-elle renouer avec la Russie ?

La nouvelle loi, qui est entrée en vigueur cette année, stipule que le vin russe ne peut être fabriqué qu’à partir de raisins locaux, ce qui interdit à l’avenir l’utilisation de moût de raisin importé. Kiselyov produit lui-même un vin mousseux très cher en Crimée, qui était ukrainien jusqu’à ce que la région soit annexée par la Russie en 2014. Il dit vouloir poursuivre la tradition de Lev Golisyn, un prince qui a vécu de 1845 à 1915 et qui a apporté la culture du vin et des vins mousseux occidentaux en Russie. Le siècle a été calme pour la viticulture en Russie, dit Kiselyov, mais la tradition viticole du pays remonte à des centaines d’années, comme dans d’autres anciennes républiques soviétiques telles que la Géorgie et la Moldavie. Une perte majeure a été la destruction de grandes surfaces de vignobles il y a 30 ans, dans le cadre d’une campagne anti-alcool menée par le dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev. « C’était un suicide sous Gorbatchev », dit Kiselyov dans son film.

Selon lui, la nouvelle loi est le point de départ d’une nouvelle ère pour les vins de qualité russes. Son documentaire met également en scène le critique britannique Oz Clarke, qui atteste du potentiel de la Russie et le compare à la Nouvelle-Zélande qui a commencé à produire des vins à partir de rien. Mais certains ont critiqué la nouvelle loi. Les viticulteurs se demandent comment il sera possible de produire d’énormes quantités de vin à partir de raisins récoltés en Russie. L’année dernière, le pays a produit quelque 30 millions d’hectolitres de vin, dont pas même un tiers provenait de raisins cultivés sur le sol russe. La Russie récolte encore moins de vin de ses propres vignobles que l’Allemagne, par exemple.

Une ambition mondiale

« Nous pensons que la loi permettra de produire de meilleurs vins à l’avenir », déclare Pavel Titov, président du groupe Abrau-Durso. La société exporte déjà des vins et des mousseux dans 22 pays, dont la Chine, l’Allemagne, la Grande-Bretagne et le Japon, dit-il. Abrau-Durso est également bien implanté dans le tourisme viticole et espère également attirer des clients de l’étranger.

Fanagoria est l’une des marques les plus connues en Russie et a déjà remporté des médailles d’or et d’argent au concours Mundus Vini de Berlin pour des vins produits avec du saperavi (un raisin noir originaire de Géorgie), chardonnay de sauvignon et de cabernet. La marque salue la nouvelle loi sur le vin, fondée sur celles d’autres pays, qui fixe les règles de production, améliore le contrôle de la qualité et protège les appellations géographiques.

Néanmoins, les experts russes affirment qu’il faudra du temps pour placer la Russie sur la carte mondiale du vin. La vodka, la boisson nationale du pays, a plus de facilité à défendre sa position de leader face à la concurrence étrangère. La bière, en revanche, est le numéro un des boissons alcoolisées en Russie, avec 676,5 millions d’hectolitres vendus en 2019. La vodka suit avec seulement 80 millions d’hectolitres, laissant le vin en troisième position.

 

Mots-clefs : , ,

À propos de l’auteur
South China Morning Post

South China Morning Post

Le South China Morning Post est l'un des plus anciens journal d'Asie. Il a été fondé en 1903 à Hong Kong. La marque possède aujourd'hui de nombreux titres de presse et diffuse en Chine continentale, à Hong Kong et dans le reste de l'Asie. C'est l'un des principaux journaux de langue anglaise de la région.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest