Vaccin contre le coronavirus : La Russie devance la Chine

8 février 2021

Temps de lecture : 4 minutes
Photo : Vaccin Sputnik V approuvé vs vaccin Sinopharm
Abonnement Conflits

Vaccin contre le coronavirus : La Russie devance la Chine

par

La Russie a fait valider avant la Chine son vaccin contre le coronavirus. Les résultats des essais de la phase 3 ont été publiés et validés dans une revue à comité de lecture, renforçant ainsi la crédibilité des essais. C’est une victoire scientifique et diplomatique pour la Russie, qui devance ainsi la Chine et l’Union européenne.

 

Article de Simone McCarthy, diplômé de littérature de Yale et reporter en Chine. Article paru dans le South China Morning Post. Traduction de Conflits.

 

Un examen des données par les pairs a renforcé la crédibilité d’un vaccin contre le coronavirus fabriqué en Russie. La Commission européenne a été confrontée à des problèmes de pénuries, ce qui laisse espérer que ce vaccin puisse contribuer à atténuer les pénuries mondiales, selon les médecins spécialistes. Cette évaluation fait suite à la publication par la revue médicale The Lancet de résultats indiquant que le vaccin Spoutnik V avait un taux d’efficacité de près de 92% contre la Covid-19. L’article du Lancet était fondé sur une analyse provisoire d’un essai impliquant près de 20 000 personnes en Russie. Les doses russes, développées par l’Institut Gamaleya de Moscou, ont été commandées par différents pays, car une grande partie de l’offre mondiale des autres vaccins a été réservée par les nations riches.

 

En août, les autorités russes ont pris la décision surprise d’accorder l’approbation nationale au vaccin candidat avant ses essais de phase 3. L’institut propose ainsi le quatrième vaccin contre le coronavirus et peut publier les résultats de la phase 3 dans une revue à comité de lecture, après Pfizer et BioNTech, Moderna et AstraZeneca. Dans un commentaire du Lancet, le professeur Ian Jones de l’Université de Reading et le professeur Polly Roy de la London School of Hygiene & Tropical Medicine ont déclaré que le développement du vaccin a été « critiqué pour sa hâte inconvenante, son manque de transparence et son manque de précision. […] Mais le résultat rapporté ici est clair et le principe scientifique de la vaccination est démontré, ce qui signifie qu’un autre vaccin peut maintenant se joindre à la lutte pour réduire l’incidence de la Covid-19 », ont-ils déclaré.

 

La Russie devance la Chine

 

La publication place également le développeur russe de vaccins en avance sur les entreprises chinoises Sinopharm et Sinovac en ce qui concerne le partage des données avec le public. Les deux sociétés chinoises ont annoncé les chiffres d’efficacité de leurs vaccins, qui ont reçu l’autorisation d’être utilisés en urgence en Chine avant la fin des essais de phase 3 l’année dernière. Sinopharm a reçu une autorisation de mise sur le marché conditionnelle en Chine en décembre. Mais ni l’une ni l’autre n’a rendu publiques les données de la phase 3 ni publié les résultats, bien qu’elles aient soumis les données à l’Organisation mondiale de la santé pour examen et reçu l’approbation réglementaire dans d’autres pays sur la base de leurs essais. La publication de ces résultats dans des revues à comité de lecture a constitué un pas important vers la confiance dans un vaccin, a déclaré l’immunologiste Kylie Quinn, chargée de recherche à l’Université RMIT en Australie.

« La transparence est un ingrédient absolument essentiel pour qu’un vaccin soit largement diffusé au sein de la population. Si vous voulez avoir un bon vaccin, il doit être sûr, il doit être efficace et vous devez avoir confiance en lui », a déclaré Mme Quinn.

A lire aussi : Asie centrale : La pandémie de Covid19 pourrait-elle exacerber les rivalités de puissance entre États-Unis, Russie et Chine ?

Moscou et Pékin ont tous deux fait la promotion de leurs produits dans le cadre de leur action diplomatique, et un certain nombre de pays à revenu faible et moyen se sont déjà tournés vers leurs développeurs pour obtenir des doses par le biais d’accords bilatéraux et de fabrication locale, en attendant d’être approvisionnés par le centre Covax de l’OMS.

Ce programme, qui vise à donner aux pays pauvres et riches un accès équitable aux vaccins, est en grande partie alimenté par les vaccins développés par les sociétés pharmaceutiques occidentales, bien que la Chine ait déclaré mercredi qu’elle contribuerait à hauteur de 10 millions de doses au programme, en attendant l’approbation réglementaire de l’OMS.

Covax devrait disposer de 2 milliards de doses à distribuer cette année, dont 200 millions et d’une option pour passer à 900 millions, injectées par la société américaine Novavax ou la société britanno-suédoise AstraZeneca, qui seront fabriquées par le Serum Institute of India.

Le spécialiste de la sécurité sanitaire Nicholas Thomas, de la City University de Hong Kong, a déclaré que le « nationalisme vaccinal » dans les pays développés pourrait entraver la capacité de Covax à fournir rapidement suffisamment de vaccins aux pays en développement. « Cela crée une demande ainsi qu’un besoin de santé publique que la Russie, l’Inde ou la Chine pourraient combler », a-t-il déclaré, ajoutant que les alliés diplomatiques seraient probablement prioritaires. Reuters a rapporté que Kirill Dimitriev, responsable du Fonds russe d’investissement direct, qui commercialise Spoutnik V à l’étranger, a déclaré mardi que 15 pays avaient déjà approuvé l’utilisation du vaccin. Le groupe va également soumettre une demande d’approbation dans l’Union européenne, a-t-il ajouté.

 

Les enjeux diplomatiques du vaccin

 

Parmi les pays qui ont conclu des accords pour les doses, on trouve l’Argentine, la Bolivie, la Serbie et le Brésil. Danil Bochkov, un expert basé à Moscou et membre du Conseil des affaires internationales de la Russie, soutenu par le gouvernement, a déclaré que la Russie ne pouvait pas répondre seule à la demande mondiale de vaccins et qu’elle souhaitait accélérer la production par le biais d’installations au Brésil, en Inde, en Chine et en Corée du Sud. L’entreprise indienne Hetero Biopharma devrait fabriquer 100 millions de doses et l’entreprise sud-coréenne GL Rapha en produira plus de 150 millions. La Chine adopte une approche similaire, en s’associant à des partenaires de fabrication, notamment aux Émirats arabes unis, en Indonésie et au Brésil, en plus de la production nationale.

Bochkov a déclaré que l’examen par les pairs du Lancet n’était pas susceptible de remettre en cause les règles de la « diplomatie des vaccins », mais qu’il pourrait faire changer d’avis certains membres du gouvernement en raison des retards dans les livraisons des autres producteurs. « Cela pourrait devenir un facteur justifiant pour certains États occidentaux de suivre les traces de la Hongrie et d’opter pour le produit russe après des mois de critiques », a-t-il déclaré en citant des rapports de la semaine dernière selon lesquels Budapest a signé un accord pour 2 millions de doses de Spoutnik V.

Mots-clefs : , , ,

À propos de l’auteur
South China Morning Post

South China Morning Post

Le South China Morning Post est l'un des plus anciens journal d'Asie. Il a été fondé en 1903 à Hong Kong. La marque possède aujourd'hui de nombreux titres de presse et diffuse en Chine continentale, à Hong Kong et dans le reste de l'Asie. C'est l'un des principaux journaux de langue anglaise de la région.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest