Arménie, À l’ombre de la montagne sacrée, de Tigrane Yegavian

15 novembre 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Photo :
Abonnement Conflits

Arménie, À l’ombre de la montagne sacrée, de Tigrane Yegavian

par

[colored_box bgColor= »#f7c101″ textColor= »#222222″]Cette recension a été publiée dans le numéro 6 de Conflits. Si vous souhaitez acheter ce numéro, rendez-vous sur la e-boutique de Conflits en cliquant ici.[/colored_box]

Arménie, À l'ombre de la montagne sacrée, Tigrane Yegavian

Arménie, À l’ombre de la montagne sacrée, Tigrane Yegavian

Le centenaire du génocide arménien est l’occasion de redécouvrir l’âme du peuple arménien au travers de sa diaspora. C’est ce qu’entreprend notre collaborateur Tigrane Yegavian dans la collection « L’âme des peuples » dirigée par Richard Werly aux Éditions Nevicata. Journaliste spécialiste du Moyen-Orient, l’auteur écrit de très belles pages sur la mélancolie de l’exil et la fierté d’une civilisation encerclée. C’est aussi un ouvrage de géopolitique. Il synthétise, dans une démarche pluridisciplinaire, tous les enjeux de l’Arménie d’hier, d’aujourd’hui et de demain.

Viscéralement attachée à l’histoire mythique du mont Ararat, la civilisation arménienne semble éternelle. Elle plane au-dessus des eaux. Le poids de l’Église y est d’ailleurs grandissant, une véritable « Église-Nation » (Jean-Pierre Mahé).

Peuple martyr et indépendant depuis peu, l’Arménie est une nation en guerre depuis la chute de l’URSS. Grâce à sa fidélité à Moscou, elle a pu rattacher à son territoire la province autonome du Karabagh. Victoire qui lui a rendu sa fierté mais qui l’isole de ses voisins turcs et azéris. D’autant qu’une génération post-soviétique émerge, davantage attirée par la culture américaine que par le grand frère russe.

Le peuple d’Arménie est enclavé et donc saigné par l’émigration. Son accroissement naturel est en déclin. C’est une source d’inquiétude malgré l’accueil des minorités réfugiées de Turquie et de Syrie, condamnées à se replier provisoirement dans le Sud-Caucase.

Le parallèle avec le destin d’Israël est dressé : pays martyr, encerclé de toutes parts ; la recherche de la reconnaissance du génocide est un des axes principaux de la politique étrangère d’Erevan. Elle culminera avec le centenaire de 1915. Pourtant la Turquie s’accroche à une lecture négationniste du drame arménien.

Plus encore qu’un guide, Tigrane Yegavian nous plonge au cœur d’une civilisation orientale et chrétienne qui se bat pour sa survie et entretient une relation complexe avec ses diasporas. L’enracinement des repères familiaux et religieux de cette « nation plurimillénaire dirigée par un État adolescent » est pourtant un gage d’avenir dont ce livre est la meilleure preuve.

H.D.

[colored_box bgColor= »#DCEDC8″ textColor= »#222222″]Arménie, À l’ombre de la montagne sacrée, Tigrane Yegavian, Éditions Nevicata, mars 2015, 96 pages, 9 €[/colored_box]

[divider]
[colored_box bgColor= »#edebe6″ textColor= »#414141″]

Acheter le n°6

Conflits n°6 : Le grand retour de l'IranConflits n°6 : Le grand retour de l’Iran

[add_to_cart item= »C0006″ quantity= »1″ showprice= »no » text= »PDF : 8,00 € » ][add_to_cart item= »C0006papier » quantity= »1″ showprice= »no » text= »Papier : 9,90 € + fr. de port » ]
[/colored_box]

Crédit photo : Dmitry via Flickr (cc)

[divider]

Boutique. Voir l’intégralité des numéros : cliquez ici

[product_category category= »numero-papier » orderby= »rand » per_page= »4″]

À propos de l’auteur
Hadrien Desuin

Hadrien Desuin

Ancien élève de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr, Hadrien Desuin est membre du comité de rédaction de Conflits.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest