<i class='fa fa-lock' aria-hidden='true'></i> Pékin peut-il se passer de Hong Kong ?

8 février 2020

Temps de lecture : 5 minutes
Photo : 24 décembre 2019 : scène de violence à Hong Kong, Auteurs : EPN/Newscom/SIPA, Numéro de reportage : SIPAUSA31523869_000001.
Abonnement Conflits

Pékin peut-il se passer de Hong Kong ?

par

Après six mois de manifestations, la situation paraît de plus en plus confuse à Hong Kong. Comment peut se dessiner l’avenir de la cité ? Un accord peut-il être trouvé avec Pékin pour maintenir le statu quo « un pays, deux systèmes », ou bien Xi Jinping va-t-il provoquer une annexion pure et simple de la ville ? L’avenir de ce qui se passe à Hong Kong est scruté de près par Taïwan, qui figure toujours dans le collimateur de Pékin. 

Les événements de Hong Kong, entre manifestations, répressions et tensions, alimentent les conversations et les craintes sans que l’on sache toujours ce que sont les intentions des uns et des autres, et notamment de Pékin. Beaucoup se demandent comment le Parti communiste chinois au pouvoir, le PCC, réagira à ce que de nombreux responsables politiques à Pékin considèrent comme un défi intolérable à leur autorité. De toute évidence, la réponse à cette question aura des répercussions directes sur Hong Kong et son avenir en tant que centre financier international de la Chine. Mais elle aura également des implications pour l’évolution des politiques en Chine continentale elle-même. À la suite de l’annonce faite mardi 19 novembre par le comité permanent de l’Assemblée populaire nationale de Chine qu’elle seule – et non les tribunaux de Hong Kong – a le pouvoir de statuer sur la constitutionnalité de la législation de Hong Kong, et après l’adoption par le Sénat américain de la loi de Hong Kong sur les droits de la personne et la démocratie, la question est plus cruciale que jamais. Que peut-il sortir de ce bras de fer engagé entre la cité et l’empire ? Voici mon point de vue.

A lire aussi: Élections à Hong Kong : victoire des opposants à Pékin

La Chine a besoin d’une place financière. Mais est-ce nécessairement HK ?

Le premier point est que les dirigeants chinois savent que pour que la Chine réussisse à long terme en tant que puissance économique, elle doit avoir sa propre place financière crédible. La deuxième réalité est qu’aujourd’hui, ni Shanghai ni Shenzhen ne font figure de place financière mondiale. C’est ce qui ressort clairement de la décision d’Alibaba de poursuivre sa cotation secondaire à Hong Kong. Les dirigeants chinois ont fait tout leur possible pour encourager Alibaba à s’inscrire à Shanghai. Mais quand les choses ont mal tourné, c’est un Hong Kong déchiré par l’émeute qui a quand même gagné le gros lot. La troisième conclusion, beaucoup plus désagréable, à laquelle Pékin a dû arriver, est qu’une partie importante de la population de Hong Kong nourrit des sentiments hostiles envers le continent. Le PCC doit donc faire face à un dilemme : un Hong Kong où une partie de la population est ouvertement hostile à la Chine peut-il être considéré comme le marché des capitaux dont la Chine a tant besoin ? Face à ce dilemme, le PCC peut prendre trois décisions possibles.

La première est d’accepter que Hong Kong est un rouage essentiel du grand dessein de la Chine et que, pour fonctionner, la ville doit se voir accorder encore plus de liberté qu’elle n’en jouit déjà. Le problème, c’est que la tendance de ces dernières années est que les problèmes doivent être traités avec un contrôle plus centralisé, et non pas moins. Ainsi, la probabilité que le PCC aille à contre-courant de sa tendance récente et choisisse d’accorder une plus grande liberté à Hong Kong est faible.

Pas de flashball à Hong Kong, mais cela semble tout aussi efficace.

Le deuxième résultat, beaucoup plus probable, est que le parti a déjà décidé que la structure politique pour gouverner Hong Kong doit être modifiée et que la Chine devra exercer un contrôle accru, et non moindre, sur les institutions de Hong Kong. Il reste donc aux résidents et aux investisseurs de Hong Kong à se demander quels sont les changements les plus probables et dans quels délais ils se produiront. Il est clair que ce qui importera pour Pékin à l’avenir, c’est de veiller à ce que la partie de la population de Hong Kong qui s’oppose au gouvernement de Pékin ne soit jamais autorisée à exercer une quelconque influence sur le gouvernement, les institutions ou les grandes entreprises de Hong Kong.

Il est à espérer que le PCC soit suffisamment intelligent pour éviter tout changement symbolique ou dramatique qui pourrait être saisi à court terme comme preuve définitive que Hong Kong a perdu son statut spécial. Cela pourrait déclencher une action américaine en vertu du projet de loi adopté par le Sénat en novembre – en supposant qu’il devienne une loi – qui pourrait éroder le traitement de Hong Kong comme une juridiction distincte de la Chine, ce qui pourrait nuire à Hong Kong comme centre financier international.

A lire aussi: Accroissement des violences à Hong Kong

Changer la population pour annexer Hong Kong ?

Mais à long terme, le PCC s’est avéré un maître dans l’art de déplacer lentement les poteaux d’objectif par petites étapes progressives afin d’arriver finalement à sa destination souhaitée. En Chine continentale, Pékin a progressivement atteint ses objectifs à long terme dans des provinces plus récalcitrantes comme le Tibet et le Xinjiang grâce à des transferts de population de Chinois Han. Hong Kong sera-t-il différent ? Les Hongkongais qui croient que leurs droits civils s’érodent pourraient bien chercher à émigrer au Canada, en Australie ou aux États-Unis. Pendant ce temps, l’afflux des habitants du continent dans la ville se poursuivra sans relâche et pourrait même s’accélérer, même si cela alimente encore davantage le ressentiment. De cette façon, en vingt ans, la composition démographique de Hong Kong pourra être remaniée.

La troisième conclusion à laquelle Pékin pourrait arriver, et qui ne contredit en rien la deuxième, est que si l’on ne peut pas faire confiance à Hong Kong pour être le marché des capitaux de la Chine, il faut faire davantage pour promouvoir Shenzhen et Shanghai comme alternatives. Aujourd’hui, aucune des deux villes n’est encore prête à devenir un centre financier mondial. C’est en partie parce que être un centre financier mondial, c’est bien plus qu’une simple question de bâtiments, de large bande et d’un système juridique. Il existe toute une « infrastructure douce » d’écoles, de théâtres, de galeries d’art, de clubs et d’associations nécessaires pour attirer les meilleurs banquiers, avocats et gestionnaires de fonds du monde que Shanghai et Shenzhen ne possèdent pas encore. Mais c’est aussi parce qu’il est difficile d’imaginer une place financière mondiale crédible dans un pays qui impose encore des contrôles de capitaux.

En fin de compte, cela signifie que les troubles à Hong Kong placeront les dirigeants chinois devant un dilemme. L’une des options les plus improbables est qu’ils accordent plus de liberté à Hong Kong, y compris des élections, pour tenter de rétablir l’ordre sur le marché des capitaux dont la Chine a clairement besoin. La deuxième option est d’essayer d’aligner Hong Kong en exerçant un plus grand contrôle, tout en favorisant simultanément le développement de Shanghai et de Shenzhen. Mais si l’objectif à long terme est de transformer Shanghai et Shenzhen en centres financiers mondiaux crédibles, cela ne peut se faire sans étendre leur liberté de circulation des capitaux. Ce serait une ironie que les étudiants de l’université polytechnique de Hong Kong n’apprécieront probablement pas si leur protestation contribue à faire avancer et accélérer la libéralisation financière dans les villes continentales de Shenzhen et de Shanghai.

 

Mots-clefs : , ,

À propos de l’auteur
Louis-Vincent Gave

Louis-Vincent Gave

Louis-Vincent Gave est cofondateur de Gavekal Resarch, il vit et travaille à Hong Kong depuis de nombreuses années. Il est l’auteur de six livres dont Clash of Empires : Currencies and Power in a Multipolar World (2019).
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest