Chine : un régime à bout de souffle, une machine d’État enrayée

13 août 2019

Temps de lecture : 4 minutes
Photo : Les médecins manifestent contre les violences opérées par la police chinoise à Hong Kong (c) Sipa AP22366913_000009
Abonnement Conflits

Chine : un régime à bout de souffle, une machine d’État enrayée

par

Willy Lam est un journaliste basé à Hong Kong. Il est aussi universitaire à l’Université chinoise de Hong Kong. Pour lui, Xi Jinping n’enverra pas de soldats dans la ville avant octobre, car il est trop désireux de faire « bonne impression » devant le monde et ne peut « perdre la face » avant la célébration du 70e anniversaire de la République populaire de Chine. Il dénonce de la collusion entre la mafia et la police chinoise. Des policiers antiémeutes du Guangdong sont utilisés dans les rangs de la police de Hong Kong. Le réveil de la société civile et des communautés religieuses en Chine pousse le régime à la répression, mais ses jours sont comptés.

Pour Willy Lam, l’armée de Pékin n’interviendra pas dans les tensions du territoire, liées à la loi sur l’extradition, au moins jusqu’au 1er octobre, jour prévu pour célébrer le 70e anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine. Pour Lam, Xi Jinping est trop soucieux de faire « bonne impression » devant le monde et ne peut « perdre la face » avec une intervention militaire qui décréterait la fin du principe « un pays, deux systèmes » sur lequel le style libéral du territoire de Hong Kong est fondé. D’autre part, pour Lam, des policiers chinois de Guangdong sont déjà présents dans les rangs des policiers de Hong Kong, portant leurs uniformes, pour arrêter ce qui est devenu pour Pékin une dangereuse « révolution colorée ».

Voici le texte intégral de l’interview de Willy Lam avec Rfa Cantonese Service. Le texte a été repris par AsiaNews.

Pékin enverra-t-il l’Armée populaire de libération (PL) pour contrôler les troubles à Hong Kong ?

Je peux dire avec certitude que Xi Jinping n’envisage même pas d’envoyer la PL avant les célébrations de la fête nationale du 1er octobre. La raison en est très simple : le 1er octobre, ils célébreront le 70e anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine et le président Xi a déjà préparé la plus grande manifestation militaire jamais organisée sur la place Tiananmen. Tout déploiement du PL à Hong Kong avant cette date ruinerait l’atmosphère festive, car il signifierait la fin du critère d’un pays, deux systèmes. Et cela humilierait la Chine aux yeux du monde, et ce serait un échec pour le président Xi.

La mise en place d’une machine d’État pour maintenir la stabilité du pays, c’est-à-dire la machine d’un État policier, avait déjà commencé sous les présidents Jiang Zemin et Hu Jintao, mais elle est devenue encore plus puissante depuis que Xi Jinping est au pouvoir. Ce système comprend maintenant des éléments de haute technologie, comme l’intelligence artificielle et la collecte de données à grande échelle, ainsi que le système de crédit social. Ainsi, nous pouvons dire qu’il existe de nombreuses façons dont ma machine de l’État policier a déjà traversé la rivière de Shenzhen à Hong Kong. L’exemple le plus évident est le déploiement d’un grand nombre de policiers du continent à Hong Kong, après que Pékin eut décidé que les manifestations de début juin étaient une « révolution colorée ». Les rangs de la police antiémeute de Hong Kong comprennent maintenant des agents de police antiémeute du nord, qui portent des uniformes de la police de Hong Kong.

Lire aussi : La Chine se positionne comme protectrice des patrimoines civilisationnels du monde

Et qu’en est-il des personnes qui ont attaqué les manifestants en T-shirt noir portant le T-shirt blanc à North Point, où les manifestants encerclaient le poste de police ?

La coopération entre la police chinoise et les organisations mafieuses (triades) se poursuit depuis plusieurs décennies. La police et les forces de l’ordre chinoises les ont toujours utilisées pour résoudre des problèmes qui ne peuvent pas être exposés à la lumière du jour. Par exemple, dans le recours à la violence pour exproprier les terres des agriculteurs. Cela leur permet d’échapper à toute responsabilité légale. Mais ce genre de collusion entre la police et les gangs mafieux pour attaquer les citoyens ordinaires n’avait pas été vu à Hong Kong depuis plus d’un siècle.

Le mouvement anti-extradition de Hong Kong est devenu le « cygne noir » de la Chine populaire. Depuis le 9 juin, date à laquelle un million de personnes sont descendues dans la rue, toute la société de Hong Kong, à tous les niveaux et dans tous les secteurs, s’est unie contre le gouvernement. Aujourd’hui, le mouvement a élargi ses revendications pour appeler à des élections pleinement démocratiques. La principale préoccupation de Xi Jinping est maintenant de savoir comment déployer sa machine de stabilité pour ramener Hong Kong à l’obéissance.

Mais désormais, l’économie chinoise a de graves problèmes n’est-ce pas ?

La Chine est confrontée à une grave crise financière et est en pratique insolvable. Ainsi, pour la Chine, le statut de Hong Kong en tant que centre financier international est encore plus important aujourd’hui que dans le passé. Le gouvernement chinois pourrait également commencer à appeler à un « partenariat public-privé » avec l’économie de Hong Kong. Mais la population de Hong Kong ne demande pas seulement un véritable suffrage universel, elle va aussi étendre la lutte aux activités économiques et financières. De plus en plus de personnalités du monde des affaires et de la classe moyenne briseront le silence.

Et même si le Parti communiste chinois continue de les réprimer, de plus en plus d’organisations de la société civile émergent en Chine à tout moment. Par exemple : le nombre de protestants et de catholiques pourrait dépasser le nombre de cadres communistes au niveau national. Il y a aussi les groupes d’anciens combattants qui manifestent souvent ; il y a aussi un grand nombre de plaintes dans le pays et, enfin, il y a de la résistance à Hong Kong. Ce n’est pas quelque chose qui peut être résolu à long terme par la machine de la stabilité. Plus la pression est élevée, plus la résistance est grande. Ces dernières semaines, la lutte continue du peuple de Hong Kong a inspiré la société civile en Chine populaire, à Taiwan, en Asie du Sud-Est et dans le reste du monde. Je prévois que le régime de stabilité souhaité par la dictature du Parti communiste chinois ne restera pas efficace très longtemps.

Lire aussi : La Chine Big Brother : surveiller et punir

Source : AsiaNews.

Traduction de Conflits

Mots-clefs : ,

À propos de l’auteur
Asia News

Asia News

Asia News est le service d'information des PIME, l'Institut pontifical pour les missions étrangères. Les PIME couvrent l'Asie, la Chine et l'Asie du Sud Est. Grâce à leur longue présence historique et à leurs nombreux relais, ils peuvent fournir une information de première main sur la situation de ce continent.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest