<i class='fa fa-lock' aria-hidden='true'></i> Le plus grand exercice naval conjoint du monde, un message à la Chine

13 juin 2022

Temps de lecture : 6 minutes
Photo : C: Gray Gibson/US Navy vie AP
Abonnement Conflits

Le plus grand exercice naval conjoint du monde, un message à la Chine

par

Le RIMPAC dirigé par les États-Unis comprendra 26 nations, 170 avions et plus de 25 000 personnes dans des exercices navals qui excluent expressément la Chine.

Par Richard Javad Heydarian. Paru dans Asia Times. Traduction de Conflits.

MANILLE – Quelques semaines seulement après la première visite du président américain Joe Biden en Asie, la Chine teste la détermination des dirigeants nouvellement élus parmi les alliés des États-Unis dans des eaux maritimes contestées.

Au cours du week-end, le ministère australien de la défense a accusé la Chine d’intercepter ses missions de surveillance en mer de Chine méridionale, ce qui « a entraîné une manœuvre dangereuse qui a constitué une menace pour la sécurité de l’avion [de surveillance] P-8 et de son équipage. » Le nouveau Premier ministre australien Anthony Albanese a déclaré que son administration était profondément « préoccupée par cet incident. »

À lire également

Entre-temps, le président philippin nouvellement élu, Ferdinand Marcos Jr, a fait part d’une position plus affirmée à l’égard de la Chine dans un contexte de tensions croissantes dans la zone maritime. Dans ses premiers grands discours depuis sa victoire à l’élection présidentielle du mois dernier, Marcos Jr a souligné son engagement à faire respecter la décision du tribunal arbitral de 2016 en faveur des Philippines contre la Chine sur les revendications en mer de Chine méridionale, tout en jurant de ne pas compromettre les droits « sacrés » du pays dans les eaux contestées.

Maintenant, dans une démonstration claire de soutien aux alliés régionaux, les États-Unis sont prêts à accueillir « le plus grand exercice maritime international du monde » plus tard ce mois-ci. L’Australie et les Philippines se joindront à deux douzaines d’autres nations pour les exercices navals biennaux RIMPAC (Rim of the Pacific), prévus du 29 juin au 4 août dans les eaux du Pacifique, depuis les îles Hawaï jusqu’au sud de la Californie.

L’expansionnisme chinois attise les tensions dans le Pacifique

Les tensions maritimes dans la région sont entrées dans une nouvelle phase périlleuse. Le commandant américain de la zone indo-pacifique, l’amiral John C. Aquilino, a prévenu au début de l’année que la Chine avait déjà entièrement « militarisé » une série de territoires contestés en mer de Chine méridionale, en les équipant de lasers et de matériel de brouillage, d’avions de chasse et de systèmes de missiles antinavires et antiaériens. La Chine est également en train de consolider rapidement un vaste réseau de bases militaires dans les eaux adjacentes, ouvrant la voie à l’imposition d’une zone d’identification de défense aérienne (ADIZ) dans la région. La Chine a aussi récemment multiplié les exercices navals et les déploiements paramilitaires en mer de Chine méridionale et dans d’autres eaux contestées de la région indo-pacifique. Les menaces à la liberté de navigation et de survol ont suivi en conséquence. Par exemple, une vidéo dramatique récente montre un avion de passagers de Cathay Pacific « échappant de justesse à un missile » lors d’exercices navals chinois en mer de Chine méridionale.

Selon un rapport de l’Eurasian Times, l’avion civil survolait les eaux contestées lorsque son pilote a reçu une alerte d’urgence du contrôle du trafic aérien (ATC) lui demandant de « tourner immédiatement à gauche de 90 degrés » pour éviter d’être touché par un missile de la marine de l’Armée populaire de libération (PLA-N).

Dans le même temps, la Chine porte le combat contre les alliés des États-Unis. Fin mai, un avion de combat de l’APL aurait intercepté l’avion de surveillance maritime P-8 de la Royal Australian Air Force lors d’une « activité de surveillance maritime de routine » de ce dernier dans l’espace aérien international. Le ministère australien de la défense a maintenu que ces missions de surveillance sont « conformes au droit international, exerçant le droit à la liberté de navigation et de survol dans les eaux et l’espace aérien internationaux. » Selon le ministre australien de la Défense, Richard Marles, l’avion à réaction chinois a volé dangereusement près de l’appareil de la RAAF, puis a lâché un « paquet de paillettes » contenant de minuscules morceaux d’aluminium, qui ont été absorbés par le moteur de l’avion de surveillance australien. « De toute évidence, c’est très dangereux », a déclaré M. Marles aux médias locaux.

Des voisins préoccupés par la menace chinoise

Lors d’une visite à Perth, la grande ville la plus à l’ouest de l’Australie, le Premier ministre Albanese a déclaré aux journalistes que son gouvernement avait relayé ses préoccupations « par les canaux appropriés » à Pékin. Cet incident fait suite à une série d’incidents entre les deux pays. En mai, Canberra a accusé Pékin de déployer un navire de collecte de renseignements à 50 miles nautiques d’une installation de défense australienne sensible. En février, l’Australie s’est plaint qu’un navire de la marine de l’APL ait pointé un laser sur l’un de ses avions de patrouille maritime.

Les Philippines, autre allié des États-Unis, ont accusé la Chine de déployer des forces paramilitaires sur des territoires revendiqués par Manille en mer de Chine méridionale. La semaine dernière, le ministère philippin des Affaires étrangères a déclaré qu’il examinait également des rapports sur la « présence de navires de garde-côtes étrangers autour de Reed Bank », une entité contestée qui se trouve dans la zone économique exclusive (ZEE) des Philippines. En 2019, un navire soupçonné d’appartenir à la milice chinoise a coulé un bateau de pêche philippin, qui a failli noyer les membres de son équipage dans ces eaux riches en ressources. Les Philippines ont récemment déposé une plainte diplomatique contre « l’imposition unilatérale par Pékin d’un moratoire de trois mois et demi sur la pêche » près du groupe d’îles contestées Spratly. En réponse, le département d’État américain a réitéré le soutien de Washington à son allié d’Asie du Sud-Est.

 » Le moratoire de pêche unilatéral [de la Chine] en mer de Chine méridionale est incompatible avec la décision du tribunal arbitral de 2016 et le droit international « , a déclaré Ned Price, porte-parole du département d’État, sur Twitter. « Nous appelons (la Chine) à se conformer à ses obligations en vertu du droit international. » Le Vietnam a également protesté contre l’interdiction unilatérale de la Chine.

Les Etats-Unis développent la coordination avec leurs alliés

Plus tôt cette année, les Philippines et les États-Unis ont mené leurs plus grands exercices bilatéraux Balikatan (Shoulder to Shoulder) de mémoire récente, avec plus de 5 000 militaires américains rejoignant leurs homologues philippins pour un large éventail d’exercices militaires conjoints. Cette année, les deux alliés devraient mener plus de 300 activités de défense conjointes alors que le président philippin Rodrigo Duterte, pro-Pékin, quitte le pouvoir.

Plus tard dans le mois, les Philippines devraient se joindre à l’Australie et à 24 autres nations similaires pour la 28e édition des exercices RIMPAC. Parmi les autres participants figurent l’Allemagne, le Brunei, le Canada, le Chili, la Colombie, le Danemark, l’Équateur, la France, l’Inde, l’Indonésie, Israël, le Japon, la Malaisie, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, les Pays-Bas, le Pérou, la Corée du Sud, Singapour, le Sri Lanka, la Thaïlande, les Tonga et le Royaume-Uni.

À lire également

En 2018, les États-Unis ont désinvité la Chine de ces exercices en raison des inquiétudes suscitées par l’affirmation croissante de Pékin en mer de Chine méridionale, des mesures qui, selon le Pentagone américain, sont « incompatibles avec l’esprit de l’exercice. » La Chine considère apparemment ces exercices comme une menace directe, notamment en ce qui concerne la nature de la participation du Japon. Le Global Times, affilié au Parti communiste chinois, a déclaré dans un commentaire du 3 juin que le Japon aurait l’intention d’envoyer son porte-avions Izumo, récemment converti, pour participer à RIMPAC, ce qui, contrairement aux déploiements précédents, permettra aux avions de chasse F-35B d’opérer à partir de celui-ci. Selon le commentaire, cela montre que le Japon viole sa constitution pacifiste et qu’il s’est « trouvé une excuse pour un déploiement à l’étranger en suivant les États-Unis pour manipuler des questions comme la sécurité régionale. »

Des exercices importants mais diversifiés

Les exercices d’un mois seront organisés par le commandant de la flotte américaine du Pacifique et dirigés par le commandant de la troisième flotte américaine sous la direction d’un commandant de la force opérationnelle combinée (CTF). Le contre-amiral Christopher Robinson, de la Marine royale canadienne, sera le commandant adjoint de la force opérationnelle combinée (CTF), tandis que le contre-amiral Toshiyuki Hirata, de la force maritime d’autodéfense japonaise, sera le vice-commandant. Pas moins de 25 000 personnes, 38 navires de surface, quatre sous-marins et plus de 170 aéronefs devraient participer à la RIMPAC 2022 sur le thème « Capable, Adaptable, Partenaires ».

Les forces conjointes devraient s’engager dans une multitude d’exercices, notamment des exercices de défense anti-sous-marine et de défense aérienne ainsi que des opérations amphibies et de lutte contre la piraterie, afin d’améliorer l’interopérabilité et les réponses conjointes aux menaces pour la paix et la sécurité dans l’Indo-Pacifique. « En tant que plus grand exercice maritime international du monde, RIMPAC offre une opportunité d’entraînement unique conçue pour favoriser et soutenir les relations de coopération qui sont essentielles pour assurer la sécurité des voies maritimes et la sécurité sur les océans interconnectés du monde », a déclaré l’US Navy dans un communiqué.

À lire également

À propos de l’auteur
Asia Times

Asia Times

La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest