<i class='fa fa-lock' aria-hidden='true'></i> L’effondrement du yen exerce une pression sur le yuan

20 juin 2022

Temps de lecture : 7 minutes
Photo : C : Ahn Young-joon/AP/SIPA
Abonnement Conflits

L’effondrement du yen exerce une pression sur le yuan

par

Alors que la spirale baissière du yen se poursuit, le yuan pourrait-il être contraint à une dévaluation collatérale ? La monnaie japonaise est confrontée à des pressions à la baisse monstrueuses – et ces pressions pourraient affecter le yuan chinois. Tandis que le yen japonais plonge vers 150 pour un dollar, les investisseurs s’inquiètent moins des événements à Tokyo qu’à Pékin.

William Pesel. Article paru dans Asia Times. Traduction de Conflits

Depuis 2016, le président chinois Xi Jinping s’est fait le champion d’une politique de « yuan fort ». C’est l’année où le yuan a obtenu une place dans le panier des droits de tirage spéciaux du Fonds monétaire international. Le yuan a ainsi rejoint le dollar, l’euro, le yen et la livre sterling, plaçant la Chine dans l’orbite des monnaies de réserve.

Même lorsque l’ancien président américain Donald Trump a critiqué le taux de change de la Chine, accusant Pékin de « tuer » les moyens de subsistance des Américains, le yuan a augmenté. Cette trajectoire a servi les efforts de Xi pour faire entrer la Chine dans les indices boursiers mondiaux comme le MSCI et les indices de référence obligataires comme le FTSE Russell. Malgré le ralentissement de la croissance en 2021, le yuan s’est maintenu sur les marchés mondiaux. Aujourd’hui, le plongeon du yen met à l’épreuve la position ferme de Xi sur le yuan.

Les discussions à Pékin et sur les marchés mondiaux indiquent que la pression s’accroît pour un changement de la stratégie de la monnaie chinoise, et qu’elle est d’autant plus pressante que la croissance continentale ralentit.

Jim O’Neill, ancien économiste de Goldman Sachs, va jusqu’à s’inquiéter du fait que la Chine pourrait réagir de manière à déstabiliser l’Asie, à l’image du chaos de la fin des années 1990.

« La Chine ne voudrait pas que cette dévaluation des monnaies menace son économie », a récemment déclaré O’Neill à Bloomberg. « Si le yen continue de s’affaiblir, la Chine y verra un avantage concurrentiel déloyal – les parallèles avec la crise financière asiatique sont donc parfaitement évidents. »

O’Neill note que, « si nous voyons la Banque du Japon s’en tenir au contrôle de la courbe des taux et si nous voyons les rendements obligataires continuer à augmenter aux États-Unis, ce genre de dynamique et les retombées pourraient créer de réels problèmes à Pékin », car les chances qu’il atteigne l’objectif de croissance de 5,5 % cette année s’amenuisent.

Pourtant, de tels points de vue pourraient ignorer la détermination de Xi à laisser le yuan augmenter.

À lire également

Les arguments contre la dévaluation

On peut dire que le renforcement du rôle du yuan dans le commerce et la finance mondiaux est le principal héritage économique de Xi à ce jour. Xi a compris que la transformation de la Chine en une puissance dans le domaine des services et de l’innovation nécessitait une hausse de la monnaie. Moins les exportations de produits manufacturés et les industries de pointe sont le moteur de la croissance, moins la Chine a besoin d’un yuan faible.

En outre, il est plus facile d’attirer des milliards de dollars d’investissements étrangers lorsque les PDG de New York, Londres et Tokyo font confiance à la monnaie chinoise. L’inflation galopante soutient également l’argument en faveur d’un taux de change plus fort. Jusqu’à présent, l’environnement des prix en Chine est resté très calme. L’indice des prix à la consommation n’a augmenté que de 2,1 % en mai par rapport à l’année précédente, soit une fraction de la hausse de 8,6 % enregistrée aux États-Unis le mois dernier.

L’inflation au niveau des usines s’est en fait ralentie en mai, enregistrant sa plus faible augmentation au cours des 14 derniers mois. L’indice des prix à la production en Chine n’a augmenté que de 6,4 % en glissement annuel, contre une hausse de 8 % en avril. La série de données « continuera sur sa trajectoire descendante pendant le reste de l’année », déclare Sheana Yue de Capital Economics. Une baisse significative du taux de change du yuan pourrait inverser cette dynamique vertueuse de l’inflation.

De l’autre côté du Pacifique, les problèmes sont différents – notamment l’inquiétude croissante que la Réserve fédérale ait perdu tout contrôle sur l’inflation. Comme le dit l’économiste Mohamed El-Erian chez Allianz : « Je pense qu’il faut être très modeste sur ce que nous savons de ce processus d’inflation. Et je crains qu’il ne s’aggrave encore, nous pourrions bien arriver à 9% à ce rythme. »

La Chine est confrontée à un problème différent. Le ralentissement de la demande continentale amène la Banque populaire de Chine à envisager « de nouvelles réductions des taux directeurs d’ici peu », indique M. Yue. Le mois dernier, le gouverneur de la PBOC, Yi Gang, a réduit de 15 points de base le taux préférentiel des prêts à cinq ans utilisé pour évaluer les prêts hypothécaires. La PBOC cajole les grandes banques commerciales pour qu’elles augmentent leur soutien au crédit. Ces dernières semaines, le Premier ministre Li Keqiang a prévenu qu’une contraction de la croissance économique au deuxième trimestre serait un coup dur pour la confiance des entreprises et des ménages – et, par extension, un coup dur pour se rapprocher le plus possible d’une croissance de 5,5 %. Les retombées des fermetures draconiennes du « zéro Covid » à Shanghai et dans d’autres grandes métropoles chinoises continuent de frapper la croissance nationale. L’économiste Iris Pang de la banque ING pense que le produit intérieur brut de Shanghai va diminuer de 6 % ce mois-ci. Cela pourrait signifier une augmentation de 2 % du PIB pour l’économie nationale.

L’économiste Andrew Fennell de Fitch Ratings est plus optimiste. Il s’attend à ce que la Chine connaisse une croissance de 3,7 % en partant du principe que les restrictions liées à la pandémie seront progressivement supprimées. « Il y a une grande incertitude quant au moment où les autorités vont s’écarter de leur stratégie politique actuelle de « zéro Covid dynamique » », dit Fennell. « En l’absence de directives officielles, Fitch suppose que ce processus ne commencera pas avant au moins 2023, et qu’il se déroulera à un rythme provisoire. »

Il existe cependant des risques que les effets secondaires causent des maux de tête à l’avenir. Les responsables politiques ayant promis de stabiliser la dynamique économique à court terme, M. Fennell s’attend à une accélération de la croissance du crédit au cours des prochains mois. « Cela, dit-il, conduira à une augmentation à deux chiffres du ratio de levier de l’ensemble de l’économie chinoise cette année, après qu’il ait modestement baissé à environ 264 % du PIB en 2021. »

Dans le même temps, dit Fennell, le yuan a été autorisé à se déprécier par rapport au dollar américain depuis début avril. Selon M. Fennell, « Fitch considère que ces tendances sont largement influencées par l’appréciation du dollar américain, pondérée par les échanges commerciaux, et par les préoccupations du marché concernant le ralentissement de la croissance chinoise.

La question la plus importante, cependant, est de savoir si le parti communiste tente de faire d’un yuan plus faible une politique officielle. Bien entendu, cela risquerait d’aller à l’encontre du cercle restreint de Xi, qui pourrait être réticent à l’idée de gâcher ces six dernières années de confiance dans la monnaie en tant que réserve de valeur.

À lire également

Les perspectives de Tokyo en chute libre

Une baisse continue du yen pourrait s’avérer particulièrement problématique pour les 2022 de Pékin. Les épisodes de faiblesse du yen ont tendance à secouer les marchés mondiaux. À la fin des années 1990 et au début des années 2000, ainsi que pendant la crise mondiale de 2008-2009, de fortes variations du yen ont secoué les marchés mondiaux. La raison est que de nombreux investisseurs mondiaux empruntent à bas prix en yens et réinvestissent ensuite ces fonds dans des actifs à haut rendement. Lorsque le yen fait soudainement un zig et que les investisseurs ont besoin du zag, le chaos s’ensuit souvent.

Aujourd’hui, « le yen est sur la voie d’un mouvement parabolique, avec des acteurs macroéconomiques mondiaux et japonais prêts à devenir de plus en plus agressifs en pariant sur un dépassement vers 150-160 » par rapport au dollar, déclare Jesper Koll, conseiller principal du groupe d’investissement Wisdom Tree. La question, ajoute M. Koll, est de savoir ce qui se passerait si la Chine devait se plaindre de la faiblesse excessive du yen. « Elle l’a fait la dernière fois que le yen s’est affaibli au-delà de 135-140, à la mi-1998 », observe M. Koll.

Une chose a changé : les États-Unis pourraient être moins réceptifs aux plaintes chinoises cette fois-ci. « En 1998, les États-Unis cherchaient à faire adhérer la Chine à l’Organisation mondiale du commerce et étaient heureux de se rendre utiles », explique M. Koll. « Aujourd’hui, l’Amérique considère la Chine comme son principal concurrent ». Selon le stratège John Vail de Nikko Asset Management, le yen pourrait bientôt atteindre son niveau le plus bas, en raison de l’aggravation potentielle de la situation en Ukraine ou en Chine. Cela pourrait conduire les rendements du Trésor américain à 10 ans à « se calmer également et, à son tour, la faiblesse du yen par rapport au dollar américain devrait être réduite », déclare M. Vail.

La pression politique pour dompter le yen augmente à Tokyo. Une enquête menée par Tokyo Shoko Research révèle que près de la moitié des entreprises japonaises estiment que la faiblesse du yen est mauvaise pour les affaires. Il s’agit d’un véritable changement radical dans l’opinion de Japan Inc. sur les taux de change.

Aujourd’hui, les personnes interrogées affirment que le yen gonfle les coûts des matières premières, nuit aux détaillants, effraie les ménages et crée des vents contraires pour les politiciens qui se présentent aux élections législatives du mois prochain. Mais il y a fort à parier que la chute du yen s’intensifiera à mesure que la BOJ maintiendra son pied sur l’accélérateur monétaire et que la Fed freinera.

« La toile de fond actuelle de la chute du yen est l’écart croissant entre les taux d’intérêt à long terme au Japon et aux États-Unis », déclare Takahide Kinouchi de l’institut de recherche Nomura. Avec la hausse des prix mondiaux de l’énergie, « les attentes se renforcent quant à la poursuite du resserrement monétaire agressif des États-Unis, pour l’instant, ce qui entraîne une nouvelle hausse des rendements américains. » Il y a un argument selon lequel la BOJ devrait envisager d’intervenir sur les marchés pour acheter des yens. Mais la situation actuelle n’est peut-être pas entre les mains de Tokyo.

« Bien sûr, ils auraient pu intervenir mais c’est vraiment une perte de temps et de ressources », estime le stratège Bipan Rai à la Banque Canadienne Impériale de Commerce. Seul un effort soutenu d’intervention coordonnée et agressive de la part de la BOJ, de la Fed et de la Banque centrale européenne pourrait arrêter l’effondrement du yen.

En attendant, tous les regards sont tournés vers la façon dont la Chine pourrait réagir.

À lire également

Mots-clefs : , , ,

À propos de l’auteur
Asia Times

Asia Times

La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest