L’Asie face à la guerre en Ukraine

10 mars 2022

Temps de lecture : 9 minutes
Photo : c : SIPA
Abonnement Conflits

L’Asie face à la guerre en Ukraine

par

L’invasion de l’Ukraine par les forces armées russes a provoqué des réactions partagées en Asie. Tiraillés entre le camp occidental et celui de Moscou, beaucoup de pays asiatiques ont joué la carte de la neutralité pour préserver leurs intérêts stratégiques. La guerre en Ukraine sert ainsi de révélateur du positionnement des pays asiatiques dans les nœuds de rivalités qui parcourent l’Indopacifique.

Avec Ilan Carmel, analyste géopolitique indépendant 

La Russie est actuellement confrontée à une vague de sanctions provoquée par sa décision d’envahir l’Ukraine. La vague de sanctions diplomatiques, politiques et économiques s’amplifie rapidement : la Russie est notamment excommuniée du réseau SWIFT, la Banque centrale russe est empêchée de déployer ses réserves internationales et les vols russes sont interdits dans les espaces aériens européens, canadiens et américains. Bien que l’accent ait été mis sur la réaction de l’Occident – qui, en raison de l’intervention de la Russie, a rapproché plus que jamais les nations transatlantiques, ravivé la pertinence de l’OTAN et même forcé des pays neutres comme la Suisse, la Finlande et la Suède à abandonner leur position de neutralité et à réagir en tandem avec l’Occident.

L’Europe et les États-Unis prennent des mesures proactives contre le conflit, mais la réponse de l’Asie dans son ensemble a été tardive et fragmentée. L’attaque de la Russie contre son voisin européen a suscité une condamnation relativement modérée dans la plupart des pays asiatiques, qui hésitent à s’exprimer avec véhémence. Malgré les conséquences économiques du conflit pour l’Asie en termes de perturbations de la chaîne d’approvisionnement, de restrictions du commerce et des services financiers et de pression inflationniste à la hausse sur la plupart des produits de base. Il créera une nouvelle menace pour la sécurité de l’Asie et du théâtre indopacifique au sens large, la région étant divisée en deux dans sa position stratégique et sa réponse au conflit en cours. Chaque pays doit analyser les répercussions géopolitiques du conflit et adapter ses politiques en conséquence.

À lire également

Nouveau Numéro : Syrie, Assad vainqueur du jeu de massacre

La réponse mitigée de l’Asie à l’agression russe contre l’Ukraine s’explique par les circonstances géopolitiques difficiles dans lesquelles elle se trouve. Ce conflit a relégué au second plan les questions asiatiques telles que la crise afghane, la mer de Chine méridionale, Taïwan, les tensions frontalières entre la Chine et l’Inde, subordonnées aux défis de la sécurité européenne. Même si les dirigeants du Quad ont réaffirmé la semaine dernière, lors d’une réunion virtuelle, leur engagement en faveur d’un Indopacifique libre et ouvert, de la souveraineté, de l’intégrité territoriale et de l’absence de coercition militaire, économique et politique.

Il est essentiel pour les pays asiatiques d’équilibrer leurs relations entre les camps américain et russe. Avec un bloc de pays soutenant et suivant l’Occident, les autres soutenant la Russie, tandis que le reste maintient une autonomie stratégique vis-à-vis du conflit. Les amitiés historiques avec l’Occident l’ont emporté sur les liens économiques et stratégiques croissants avec la Russie : sans surprise, le Japon, la Corée du Sud, Taïwan et Singapour se sont alignés pour soutenir les sanctions occidentales contre Moscou et expriment en outre leur volonté de coordonner leurs actions avec leurs alliés occidentaux et démocratiques. Imposant leurs propres sanctions, le Japon et Taïwan ont introduit des restrictions et des contrôles plus stricts sur les exportations d’électronique et de semi-conducteurs vers la Russie, ce qui a mis le pays dans une situation difficile dans un contexte de pénurie mondiale. En outre, Tokyo a décidé de geler les avoirs des oligarques russes.

La Chine

La Chine, l’un des plus proches partenaires de la Russie, qui a récemment déclaré que le partenariat sino-russe ne comportait « aucun domaine de coopération interdit », a refusé de qualifier l’offensive russe d’ « invasion » et a exprimé son opposition à « toutes les sanctions unilatérales illégales ». Elle continue d’importer du blé de Russie, aidant implicitement le pays à résister aux sanctions. Néanmoins, le soutien de la Chine à la Russie n’est pas aussi simple. La première est très dépendante du maïs ukrainien (30 % de ses importations totales) et a investi 3 milliards de dollars dans le pays, dans le cadre de son initiative Belt & Road. De fait, en 2019, la Chine avait remplacé la Russie comme premier partenaire commercial de l’Ukraine. Aujourd’hui, l’Ukraine reste le troisième fournisseur d’armes de la Chine (après la Russie et la France, qui totalisent respectivement 77 % et 9,7 % des importations totales d’armes de la Chine en 2016-20). Pourtant, la Chine est contrainte de rester spectatrice des bombardements en Ukraine, un pays autrefois réceptif à ses propositions.

Tout en demandant timidement que la paix soit rétablie, la Chine ne peut pas condamner explicitement la Russie ou imposer des sanctions considérant que cette guerre est en partie basée sur le même argument que la Chine a utilisé pour l’invasion et l’annexion de Taïwan, à savoir « l’unité historique partagée ». La crise en Ukraine assure la concentration de l’UE sur son voisinage immédiat. Elle pourrait éventuellement créer une opportunité pour la Chine d’évaluer et d’explorer l’aventurisme militaire contre Taïwan. En outre, l’intervention russe en Ukraine, qui reflètent un manque apparent de respect des lois internationales et une ou plusieurs réactions non militaires de l’Occident, pourraient enhardir la Chine à régler ses différends frontaliers dans la région d’une manière plus masculine, alors que la diplomatie n’a guère joué en sa faveur. Le fait que les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN ne viennent pas directement au secours de l’Ukraine sur le plan militaire envoie un signal sans ambiguïté aux nations asiatiques en proie à des conflits régionaux : elles doivent se débrouiller seules. L’Occident, qui s’est longtemps présenté comme la « lueur d’espoir » du monde, pourrait ne pas offrir de soutien militaire en cas d’événements similaires en Asie. Cela pourrait avoir un effet déstabilisant dans la région et l’avenir de l’Indopacifique est menacé.

L’Asie du Sud-Est

Si l’on considère les pays d’Asie du Sud-Est, à l’exception de Singapour qui a condamné l’agression russe, le Myanmar, gouverné par les militaires, a fortement soutenu Moscou. En revanche, la Thaïlande, les Philippines, l’Indonésie et la Malaisie, entre autres, n’ont pas condamné ouvertement la Russie et sont sur la corde raide entre la condamnation et le soutien à la Russie. Cette absence de consensus s’est reflétée dans la déclaration commune publiée par les ministres des affaires étrangères de l’ASEAN le 28 février, qui ne mentionnait pas l’invasion d’un État souverain par la Russie, et encore moins le fait que celle-ci ait pris pour cible des civils et tenté de s’emparer des principales villes d’Ukraine.

Au cours de la dernière décennie, les pays de l’ASEAN où le pouvoir des hommes forts est souvent favorisé ont régulièrement fait progresser leurs relations avec le Kremlin. Moscou a été le plus grand fournisseur d’armes de l’Asie du Sud-Est entre 1999 et 2018, représentant 26 % du total de la région. À l’avenir, le conflit aura des retombées en termes de fragmentation des relations sécuritaires, économiques et commerciales avec les États-Unis et l’Europe d’un côté et la Russie et ses alliés de l’autre.

L’Inde

Il y a ensuite le cas de l’Inde – la grande puissance d’Asie du Sud qui jouit d’une amitié sans faille avec la Russie, renforcée par sa crise frontalière actuelle avec la Chine et les territoires contestés avec le Pakistan. Pour maintenir cette relation intacte, l’Inde a fait très attention à ne pas condamner la Russie et, ce faisant, elle a également maintenu sa politique étrangère historiquement intéressée de « non-alignement ». Comme son grand rival chinois, l’Inde s’est également abstenue à trois reprises de voter contre la Russie aux Nations unies, tout en soulignant l’importance de la charte des Nations unies comme moyen de résoudre les tensions par la diplomatie et le dialogue. Toutefois, elle a implicitement désapprouvé l’abandon par la Russie de la voie de la diplomatie et a appelé à la fin de toute violence.

L’Inde est le premier importateur mondial d’armes russes, représentant 23% du total des exportations d’armes de la Russie et 49% du total des importations d’armes de l’Inde en 2016-2020. Environ 70 % de l’arsenal militaire indien est d’origine russe. En plus d’être un partenaire militaire fiable, le Kremlin a utilisé à plusieurs reprises son droit de veto au Conseil de sécurité pour bloquer les résolutions critiquant l’Inde au sujet du Cachemire, ce territoire contesté que l’Inde partage avec le Pakistan. En retour, l’Inde s’est abstenue de voter une résolution de l’ONU condamnant Moscou pour son annexion de la Crimée en 2014. De plus, la Chine et l’Inde au milieu de leur rivalité trouvent en la Russie « un ami commun » sur lequel l’un ou l’autre des ennemis jurés peut s’appuyer en cas d’escalade des tensions. En outre, les récentes ouvertures du Pakistan à l’égard de la Russie rendent encore plus impérieuse la nécessité pour l’Inde de ne pas diluer ses relations avec Moscou, son allié de toujours.

L’Inde a été tacitement condamnée par ses alliés occidentaux pour ne pas avoir pris une position claire en faveur de l’Ukraine. Dans une déclaration récente, le ministre indien des Affaires étrangères a dénoncé la politique du « deux poids deux mesures » des États-Unis et de l’Occident, qui ont fui l’Afghanistan il y a quelques mois dans le chaos le plus total, malgré les protestations de plusieurs pays concernant les problèmes de sécurité dans la région, le contrôle politique exercé par les extrémistes islamistes purs et durs (talibans) et les crises économiques qui ont maintenant englouti la nation meurtrie. Le fait d’être la plus grande démocratie du monde ne signifie pas que l’Inde va suivre aveuglément l’interprétation occidentale des principes et intérêts démocratiques sur l’autel de ses intérêts nationaux. L’Inde a donc fini par croire que « la démocratie n’est pas synonyme de valeurs et d’idéaux occidentaux ».

Il est intéressant de noter que l’Inde est le seul membre du Quad à s’abstenir de condamner ouvertement la Russie pour avoir envahi un pays souverain. Ce que l’Occident doit comprendre, c’est que le partenariat de l’Inde avec la Russie s’est consolidé au cours des sept dernières décennies et qu’il possède une certaine « profondeur » qui n’a pas encore été atteinte avec ses nouveaux partenaires occidentaux. L’Inde s’efforce donc de maintenir ses anciens liens avec la Russie et ses nouveaux partenariats avec l’Occident, en fonction de ses priorités stratégiques. Les États-Unis ont besoin de l’Inde (et inversement) à leurs côtés pour renforcer la pertinence du QUAD, contrebalancer efficacement la menace chinoise et élaborer une stratégie efficace dans la région indopacifique.

Le Moyen-Orient

La position des pays du Moyen-Orient sur le conflit ukrainien n’est pas différente de celle de la plupart des pays asiatiques. En bref, ils maintiennent une « ambiguïté stratégique ». Dans le même ordre d’idées, les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite et l’Iran se sont abstenus de condamner ouvertement la Russie. Le 3 mars, Vladimir Poutine s’est entretenu par téléphone avec le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman dans le but de renforcer une alliance géopolitique cruciale, alors que les sanctions occidentales frappent l’économie russe. La Russie est plus isolée économiquement qu’elle ne l’a été depuis des décennies, avec un grand nombre de ses banques coupées du système financier mondial et des négociants réticents à traiter ses expéditions de pétrole. L’OPEP+, qui est dirigée par l’Arabie saoudite et la Russie, a largement ignoré cette escalade de la crise lors de sa réunion du 2 mars. Mais le cartel subit une pression croissante pour augmenter la production afin de faire baisser les prix du brut, ce qui pourrait créer des tensions entre Moscou et Riyad.

En réalité, l’invasion de l’Ukraine pourrait être une aubaine pour l’Arabie saoudite, car ses recettes provenant des exportations de pétrole ont connu une forte hausse, les prix du pétrole ayant atteint près de 120 dollars le baril, soit le niveau le plus élevé de la décennie. Si l’Arabie saoudite décide de ne pas augmenter sa production de pétrole, cela sert deux objectifs. Premièrement, des prix élevés permettront au gouvernement saoudien de percevoir davantage de revenus par baril, les estimations suggérant que ses revenus pourraient atteindre 375 milliards de dollars cette année, contre 145 milliards de dollars en 2020. Deuxièmement, la Russie sera satisfaite, ce qui protégera leurs intérêts mutuels. Cela pourrait renforcer les perspectives d’un partenariat énergétique et économique global qui pourrait inclure les Émirats arabes unis et d’autres pays de la région du Moyen-Orient. Quant à la Russie, elle pourrait user de son influence sur l’Iran (et par ricochet sur les rebelles houthis au Yémen) pour désamorcer les tensions dans la région du Golfe. Cela signifie inévitablement que les États-Unis et leurs alliés pourraient perdre de leur influence dans la région.

Conséquences

Les dépenses militaires en Asie ont augmenté de plus de 50 % au cours de la dernière décennie, afin de faire face à de telles éventualités géopolitiques à l’échelle régionale et mondiale. Le conflit ukrainien entraînera de nouvelles hausses des dépenses de défense en Asie et dans la région indopacifique, de Tokyo à Séoul, de New Delhi à Canberra, en passant par le Moyen-Orient et les pays de l’ASEAN. Le Premier ministre australien Scott Morrison a récemment mis en garde contre la militarisation croissante et les attaques contre les démocraties libérales dans la région Asie-Pacifique, déclarant que « l’Australie est confrontée à l’environnement sécuritaire le plus difficile et le plus dangereux depuis 80 ans. Un nouvel arc d’autocratie s’aligne instinctivement pour défier et réinitialiser l’ordre mondial à sa propre image ». Dans le sillage du conflit ukrainien, l’Australie vient d’annoncer qu’elle allait construire une base de sous-marins nucléaires sur la côte est, pour un coût de 7,4 milliards de dollars, une mesure qui vise à contrôler l’influence de la Chine et à garder un œil sur la région indopacifique.

Les options de l’Asie dans cette partie d’échecs géopolitique sur le conflit Russie-Ukraine continuent d’évoluer. Les principaux acteurs asiatiques continueront à adopter des positions stratégiques différenciées sur le conflit ukrainien, en fonction de leurs intérêts nationaux. Cela remet en question la vision commune et partagée d’un Indopacifique libre et ouvert, telle qu’épousée par l’Occident, les pays asiatiques adoptant des positions divergentes vis-à-vis de l’Occident dans le conflit actuel. Il faut voir comment les différents acteurs régionaux en Asie se positionnent et avancent tactiquement, en mesurant et en équilibrant soigneusement leurs intérêts stratégiques tournés vers l’intérieur avec les croyances ou préférences normatives que l’Occident ou la communauté mondiale exige sur cette question.

L’éventuelle guerre froide 2.0 entre la Russie et ses alliés d’une part, et l’Occident d’autre part, verra l’Asie jouer un rôle plus important, avec ses vastes ramifications géopolitiques pour les principales économies asiatiques et pour la région indopacifique au sens large. En fin de compte, la crise ukrainienne met à l’épreuve l’influence des États-Unis en Asie. Elle démontre également l’échec de l’Occident à obtenir un soutien sans équivoque de ses proches alliés asiatiques contre Moscou. Elle oblige également les pays asiatiques à choisir l’un ou l’autre côté de la barrière ou, pour les rares qui le peuvent, à rester au milieu et à prétendre rester neutre. Les événements se poursuivent et ne doivent pas être considérés uniquement comme une question européenne.

À lire également

 La survie du régime syrien et la faille antiterroriste : un statu quo fragile

Mots-clefs : , , , ,

À propos de l’auteur
Mohit Anand

Mohit Anand

Associate Professor EM Lyon : International Business and Strategy
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest