Les relations de la République tchèque avec la Chine ? C’est compliqué.

9 novembre 2020

Temps de lecture : 6 minutes
Photo : Le président chinois Xi Jinping et le président de la République tchèque Milos Zeman trinquent sur la terrasse du monastère de Strahov à Prague en 2016 (c) Sipa AP21876899_000004
Abonnement Conflits

Les relations de la République tchèque avec la Chine ? C’est compliqué.

par

Alors que la rivalité entre les États-Unis et la Chine s’intensifie, certains États européens se sont retrouvés assis entre deux chaises. Le South China Morning Post examine la réaction des pays du continent, qui vont de la posture antichinoise aux témoignages d’amitié, en passant par ceux qui tentent de suivre une ligne de crête entre Washington et Pékin. Voici l’état des lieux qu’il dresse pour les relations complexes de la République tchèque avec le géant chinois.

 

Article du South China Morning post. Traduction de Conflits.

 

Le président de la République tchèque, Milos Zeman, a clairement exprimé son point de vue sur les relations avec Pékin dans un message de félicitations à l’occasion de la fête nationale chinoise du 1er octobre, appelant à la coopération et à l’approfondissement des liens, alors même que d’autres grands États européens appellent à une approche plus prudente. « Je crois fermement que nous allons bientôt vaincre la crise du coronavirus et reprendre les échanges précédents », a écrit M. Zeman. « La réunion tant attendue du comité de coopération gouvernemental tchéco-chinois peut être lancée, afin d’évaluer les relations bilatérales et de planifier l’orientation de la future coopération ».

Au-delà de l’optimisme présidentiel de Zeman, cependant, l’opinion tchèque en général envers les relations du pays avec la Chine est beaucoup plus nuancée, certaines voix dans les milieux universitaires, la fonction publique et les groupes d’opposition prenant une position opposée à celle de Zeman, et gagnant sa colère en échange.

Ces critiques tchèques à l’égard de la Chine, tout comme ceux des poids lourds européens que sont l’Allemagne et la France, soulèvent des questions dans le contexte d’affirmation des droits de l’homme et des pratiques commerciales, bien que les Tchèques semblent avoir particulièrement ennuyé Pékin au sujet de Taïwan, en particulier le maire de Prague, Zdenek Hrib.

Ces points de vue très contrastés placent la République tchèque parmi les nations européennes les plus difficiles à classer en termes de relations avec la Chine, malgré les déclarations enthousiastes du président Zeman, selon les commentateurs des relations entre les deux pays.

Zeman reste cependant l’un des plus ardents défenseurs de la Chine au sein de l’Union européenne, salué par l’ambassadeur chinois à Prague comme « un vieil ami » du président Xi Jinping. Zeman est membre du parti social-démocrate tchèque et ancien membre du parti communiste de Tchécoslovaquie. Depuis qu’il est devenu président en 2013, Zeman s’est rendu en Chine à cinq reprises ­­— et en une seule visite, il est devenu le seul chef d’État occidental à assister à une cérémonie militaire chinoise. Il est très critique envers les diplomates et les responsables des services de renseignement de la République tchèque qui ont une vision sceptique de la Chine et de ses intentions. L’année dernière, Zeman a par exemple rétrogradé son principal envoyé à Pékin et l’a envoyé en Arménie, une mesure considérée comme une punition pour avoir cosigné avec d’autres diplomates une lettre appelant à une meilleure protection des droits de l’homme en Chine. Le président tchèque a également attaqué sa propre agence de renseignement pour avoir invoqué des risques de sécurité dans l’utilisation de l’infrastructure de communication mobile 5G de Huawei Technologies, rassurant Pékin sur le fait que les entreprises chinoises seraient accueillies dans le pays.

Pourtant, l’Agence nationale tchèque de sécurité informatique et cybernétique a déclaré en 2018 que les équipements de télécommunications de Huawei présentaient un risque pour la sécurité, selon l’Agence de presse tchèque. Le rôle de l’entreprise chinoise dans le réseau 5G de la République tchèque reste flou. Le CETIN, le plus grand opérateur de télécommunications du pays, a décidé en octobre de travailler exclusivement avec Ericsson pour construire des tours 5G, dans un camouflet à Huawei qui n’aurait pas non plus obtenu l’autorisation de sécurité maximale de l’agence de renseignement tchèque.

 

A lire aussi : 5G mon amour, enquête sur la face cachée des réseaux mobiles

 

Les États-Unis ont déclaré quant à eux que les réseaux de télécommunications de Huawei pourraient être utilisés par Pékin pour espionner d’autres pays et la Grande-Bretagne et certains autres pays ont bloqué l’utilisation des équipements de la société dans les systèmes 5G de nouvelle génération.

Le mois dernier, lorsque l’ambassadeur tchèque aux Nations unies a été approché pour rejoindre une résolution sur les droits de l’homme au Xinjiang et à Hong Kong menée par l’Allemagne, Zeman, selon les médias locaux, est intervenu et a rejeté le soutien de son ministre des affaires étrangères à la proposition. Le porte-parole du président, Jiri Ovcacek, n’a pas répondu aux nombreuses demandes de commentaires.

Alors que Zeman se distingue au sein de l’Union européenne par le ton de sa sympathie envers Pékin, d’autres hauts fonctionnaires de la République tchèque se trouvent de l’autre côté de la barrière. Le maire de Prague Hrib a révoqué un accord de jumelage avec Pékin en octobre de l’année dernière, après que des fonctionnaires chinois aient refusé de supprimer l’expression « une Chine » du pacte. Hrib a déclaré que cette politique, qui affirme la souveraineté de Pékin sur Taïwan, était inappropriée pour un accord au niveau de la ville.

En août de cette année, le président du Sénat Milos Vystrcil et Hrib se sont rendus à Taïwan et ont rencontré le président Tsai Ing-wen, brisant ainsi l’un des tabous diplomatiques de Pékin d’une manière que peu d’autres politiciens de l’UE n’envisageraient. Dans le cadre de sa politique d’une seule Chine, Pékin considère Taïwan comme une province sécessionniste du continent qui finira ultimement par être réunifiée.

Lorsque le ministre chinois des affaires étrangères Wang Yi a averti que Vystrcil paierait « un lourd tribut » pour cette visite, d’autres pays de l’UE ont pris la défense du sénateur, le ministre allemand des affaires étrangères Heiko Maas ayant déclaré lors d’une conférence de presse commune avec Wang que « les menaces n’ont pas leur place ici ».

 

A écouter aussi : Podcast : Taïwan : l’autre Chine

 

Dans une interview accordée au South China Morning Post, Hrib a déclaré que Pékin n’avait pas fait grand-chose pour répondre à l’avertissement de Wang de punir la République tchèque. « Il s’avère que la seule chose que la Chine a pu faire est de décider de ne pas acheter 11 pianos à une société tchèque », a déclaré le maire de Prague, en référence au fabricant de pianos Klaviry Petrof, dont la commande de 234 000 dollars a été annulée par un importateur chinois. « Ces pianos ont rapidement été achetés par un mécène tchèque local de la musique classique. Je ne pense donc pas qu’il y ait beaucoup de dégâts », a déclaré M. Hrib. « Cela nous montre que l’influence de la Chine est en fait très, très limitée non seulement en République tchèque, mais je crois que c’est la même situation dans toute l’Europe de l’Est, et peut-être même dans le reste de l’Europe ».

Certains pays de l’UE ne seraient pas nécessairement d’accord. L’Allemagne, par exemple, s’inquiète de l’avenir des intérêts de son industrie automobile lucrative en Chine et doit encore se prononcer sur le rôle de Huawei sur le marché allemand des télécommunications 5G.

Mais l’observation de Hrib n’est pas dénuée d’intérêt. Selon les données du Comtrade de l’ONU, la Chine enregistre un énorme excédent commercial avec la République tchèque, avec 28 milliards de dollars US d’exportations de produits vers ce pays en 2019, contre 2,5 milliards de dollars US pour les exportations tchèques vers la Chine, ce qui suggère que la Chine a plus à perdre dans toute prise de bec commerciale.

Il faut dire aussi que c’est assez compliqué. Alors que le constructeur automobile tchèque Skoda a vendu 22% de ses voitures à la Chine en 2019, sa société mère est Volkswagen, ce qui pose problème si Pékin choisit de punir une entreprise tchèque qui est une filiale d’une société allemande. Une autre société tchèque opérant en Chine, Home Credit, un prêteur à la consommation, a abandonné un projet d’introduction en bourse de 1,5 milliard de dollars à Hong Kong après que les investisseurs ont exigé une évaluation plus basse, et ses perspectives ont depuis été étouffées par la pandémie de coronavirus, selon Bloomberg.

Selon les analystes, la Chine a également été tiède dans son expansion des investissements en Europe centrale et orientale, malgré l’initiative 17+1 mise en place à cet effet. Un rapport publié en avril par les « China Observers in Central and Eastern Europe », un groupe d’universitaires associé au groupe de réflexion pragois « Association for International Affairs », a indiqué que les 17 pays européens participant à l’initiative avaient vu leur déficit commercial avec la Chine augmenter depuis la création du groupe en 2012.

« Quand il est devenu évident que les investissements n’allaient pas venir, il est devenu difficile de justifier davantage le maintien d’un partenariat avec la Chine », a déclaré Filip Sebok, un expert de la Chine à l’Association pour les affaires internationales. « Il y a longtemps eu une lutte entre les orientations pragmatiques et celles fondées sur des valeurs dans la politique étrangère tchèque ».

Il y a aussi eu un scandale. Ye Jianming, fondateur de la CEFC China Energy Company, a été conseiller spécial de Zeman, lorsque son empire commercial s’est emparé du plus vieux club de football du pays, d’une brasserie, d’une part du groupe de compagnies aériennes Travel Service, d’une maison d’édition et de biens immobiliers. Il a depuis disparu, à la suite de ce qui était considéré comme une enquête des autorités chinoises. Près de la moitié des parts du CEFC en République tchèque ont été transférées à Citic, une société d’investissement publique chinoise.

Pour la Chine, la question est de savoir si son influence jusqu’à la présidence pourra se poursuivre lorsque Zeman — qui a eu 76 ans en septembre et dont la santé décline en raison du diabète — achèvera son deuxième mandat en 2023. « C’est une sorte de canard boiteux président qui arrive à la fin de son mandat et qui n’est pas en bonne santé », a déclaré Jeremy Garlick, un professeur assistant spécialisé dans les relations avec la Chine à l’Université d’économie et de commerce de Prague. « Il devient de moins en moins un facteur dans la politique tchèque », a déclaré Garlick. « Je doute qu’il y ait un autre président qui soit aussi pro-Chine que Zeman. »

 

 

À propos de l’auteur
South China Morning Post

South China Morning Post

Le South China Morning Post est l'un des plus anciens journal d'Asie. Il a été fondé en 1903 à Hong Kong. La marque possède aujourd'hui de nombreux titres de presse et diffuse en Chine continentale, à Hong Kong et dans le reste de l'Asie. C'est l'un des principaux journaux de langue anglaise de la région.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest