<i class='fa fa-lock' aria-hidden='true'></i> L’État islamique menace les entreprises d’Asie centrale et de Chine en Afghanistan

11 juillet 2022

Temps de lecture : 3 minutes
Photo : Mardi 24 mai 2022, les Talibans ont déclaré qu'ils avaient signé un accord permettant à la société GAAC Solutions, basée à Abu Dhabi, de gérer les aéroports de Herat, Kaboul et Kandahar. Crédits: AP Photo/Ebrahim Noroozi
Abonnement Conflits

L’État islamique menace les entreprises d’Asie centrale et de Chine en Afghanistan

par

Le groupe terroriste à l’origine du carnage croissant dans ce pays déclare que toute personne travaillant avec les talibans est une cible.

Lucas Webber 6 juil. 2022. Article original publié sur Eurasianet. Traduction de Conflits.

https://eurasianet.org/islamic-state-threatens-central-asian-and-chinese-ventures-in-afghanistan

Depuis qu’ils ont pris le contrôle de Kaboul l’été dernier, les talibans cherchent à assurer aux pays voisins que l’Afghanistan est ouvert aux affaires et qu’ils peuvent protéger les investissements.

L’État islamique rend cet argument de vente plus difficile.

Prenez l’ambition de Tachkent de construire une voie ferrée à travers l’Afghanistan qui relierait l’Ouzbékistan aux ports du Pakistan et l’Asie centrale à de nouveaux marchés : Au cours des derniers mois, de hauts responsables d’Afghanistan et d’Ouzbékistan ont discuté de la réalisation d’une étude. La Banque mondiale aurait exprimé son intérêt. Les Talibans ont promis la sécurité. Et la province de Khorasan de l’État islamique (ISKP) – la branche locale du groupe terroriste, qui a revendiqué une volée d’atrocités visant des civils à travers l’Afghanistan l’année dernière – a juré de tuer toute personne travaillant sur le projet.

Attaques de l’EI

L’ISKP considère le chemin de fer comme un plan sournois des non-musulmans pour faire entrer l’Afghanistan dans le monde moderne. C’est « la route par laquelle les apostats prévoient d’apporter leur démocratie », déclarait en avril un message sur la Voix du Khorasan (Khorasan Ovozi), une chaîne Telegram en langue ouzbèke. « Les moudjahidines du califat ne permettront jamais, sous aucun prétexte, aux ennemis de l’islam de réaliser ce plan insidieux. » La fondation médiatique Al-Azaim de l’ISKP et Voice of Khorasan ont publié deux déclarations audio en ouzbek célébrant une attaque ce mois-là à la frontière ouzbèke et dénigrant le projet ferroviaire.

L’ISKP combat les talibans depuis 2015 environ. Dans le cadre de son discours de recrutement, les idéologues affirment que les talibans ne sont pas de vrais musulmans. L’ISKP allègue que les nouveaux dirigeants de Kaboul – les « talibans 2.0 » – ont désormais concocté, de concert avec Tachkent, « un accord secret contre l’islam. »

De même, la chaîne Tavhid Khabarlari, pro-ISKP, affirme que le gouvernement ouzbek utilise les talibans comme mandataires pour réaliser son projet ferroviaire et ses rêves de voies d’exportation vers le sous-continent.

Le chemin de fer transafghan n’est pas le seul à être dans le collimateur de l’État islamique.

Les comptes de médias sociaux liés à l’ISKP méprisent le projet de gazoduc Turkménistan-Afghanistan-Pakistan-Inde (TAPI). Par exemple, le média de propagande pro-IS Anfaal Media a déclaré en novembre dernier que les talibans, en travaillant avec des étrangers pour ressusciter ce projet vieux de plusieurs décennies, « protégeaient les intérêts des ennemis d’Allah en Afghanistan ». Les talibans, conscients du risque potentiel posé par des personnes comme l’ISKP, ont alors promis de fournir 30 000 soldats pour garder l’oléoduc.

Si les dirigeants du Tadjikistan et de l’Ouzbékistan se taillent la part du lion sur ces plateformes, Tavhid Khabarlari s’en est pris le mois dernier au Turkménistan, déclarant dans un message posté le 23 juin que le gouvernement autoritaire d’Achgabat devait être détruit. Pour dissiper tout doute, il a publié des images truquées de jihadistes masqués tuant le président.

À lire également

Les frontières rêvées. Le cas de l’État islamique

L’Empire du Milieu en ligne de mire

La prise du pouvoir par les talibans l’année dernière a aggravé la crise humanitaire en Afghanistan et a suscité le besoin de nouveaux partenaires. La Chine, avec sa richesse et son influence, est une source naturelle et évidente d’investissement et d’aide. Toutefois, le géant asiatique ne se contente pas de faire de la charité. Pékin et les entreprises chinoises font preuve de prudence.

Entre-temps, l’ISKP a considérablement intensifié sa propagande anti-chinoise.

Le numéro du 17 juin du magazine Voice of Khorasan a repris les préoccupations habituelles concernant la répression de Pékin à l’encontre des groupes minoritaires musulmans du Xinjiang et a critiqué les talibans pour s’être liés d’amitié avec cet État, comparant leur relation à celle d’un maître et d’un serviteur.

« Les guerriers de l’État islamique attaqueront les villes modernes de Chine pour venger les musulmans ouïghours », a déclaré la Voix du Khorasan. De même, le numéro de mai du nouveau magazine en langue pachto de l’ISKP, Khorasan Ghag, promettait des attaques contre la Chine et les intérêts chinois en Afghanistan.

Contrairement au Turkménistan et à l’Ouzbékistan, cependant, la Chine est une cible plus difficile. Le pays est protégé par un solide appareil de sécurité et des frontières naturelles dans les hautes montagnes du Pamir et du Tien Shan. L’ISKP semble donc rechercher des cibles chinoises locales. Le média pro-IS Anfaal Media, par exemple, a souligné en novembre l’implication de la Chine dans la mine de cuivre de Mes Aynak, classant le projet parmi « les intérêts des ennemis d’Allah en Afghanistan ».

L’ISKP sait que le pouvoir des talibans est faible. Sa stratégie comprend à la fois des attaques cinétiques – comme en témoigne l’attentat du 18 juin contre un temple sikh à Kaboul, dont l’ISKP a affirmé qu’il avait été perpétré par un kamikaze tadjik – et une guerre psychologique par le biais de divers réseaux en ligne.

Les Talibans ont promis la paix aux investisseurs. Toute attaque contre les partenariats internationaux naissants des talibans isolerait davantage le pays ravagé par la guerre.

Lucas Webber est un chercheur spécialisé dans la géopolitique et les acteurs non étatiques violents. Il est cofondateur et rédacteur en chef de militantwire.com.

À lire également

État Islamique, Géopolitique et Terrorisme

À propos de l’auteur
Revue Conflits

Revue Conflits

Fondée en 2014, Conflits est devenue la principale revue francophone de géopolitique. Elle publie sur tous les supports (magazine, web, podcast, vidéos) et regroupe les auteurs de l'école de géopolitique réaliste et pragmatique.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest