Livres de la semaine – 15 avril

15 avril 2022

Temps de lecture : 6 minutes
Photo :
Abonnement Conflits

Livres de la semaine – 15 avril

par

Cette semaine, partez à la conquête du ciel et des classiques, explorez les NFT et le métavers, décrypter le financement du terrorisme.

 

Patrick de Gmeline, Charles Nungesser. Un as à la conquête du ciel, Éditions Pierre de Taillac, 2022.

Cet ouvrage de Patrick de Gmeline remarquablement édité propose une sélection unique de tirages et d’images qui redonne chair à l’un des plus célèbres aviateurs de l’histoire. Troisième as français derrière René Fonck et Georges Guynemer avec 43 victoires en combat aérien, décoré d’une croix de guerre 1914-1918 avec 28 palmes et 2 étoiles, pionnier de l’exploration des routes aériennes dans l’entre-deux-guerres, Charles Nungesser est un véritable mythe. Né à Paris en 1892, il commença sa carrière militaire dans la cavalerie au sein du 2e Hussards en août 1914. Il rejoignit ensuite une unité de bombardiers en 1915 avant d’intégrer l’escadrille de chasse N65. Très vite il devint l’une des grandes vedettes de la « course aux as » qui a tant imprégné la presse européenne pendant la Grande Guerre . Son nom fut associé à ceux de René Fonck « l’as des as », de Jean Navarre, la « sentinelle de Verdun », et des fameuses « Cigognes » que sont Guynemer, Dorme, Chaput, Chainat, Lenoir, Rochefort Heurteaux, Garros, Deullin et la Tour. Blessé à de multiples reprises, Nungesser passa la guerre entre les hôpitaux et son avion et devint l’un des militaires les plus décorés de l’armée française. Au lendemain de la guerre, après la faillite de son école d’aviation basée à Orly, il s’envola pour l’Amérique où il donna des démonstrations aériennes et acquit rapidement le statut d’une célébrité convoitée. Il passa même à l’écran dans un film intitulé The Sky Raider. C’est alors qu’il envisagea de réaliser son grand projet de traversée de l’Atlantique en ralliant la France à l’Amérique par la voie des airs. L’entreprise n’avait rien d’une exception, car l’époque était celle de l’exploration des routes aériennes. Au même moment, Lindbergh préparait la même expédition au départ de New York et on raconte que Fonck y pensait également. La course aux records succédait à celle des as. Nungesser devait donc faire vite et commanda un biplan PL 8 (Pierre Levasseur 8) qui allait passer à la postérité comme L’Oiseau blanc du nom d’un chef cherokee rencontré dans le Montana. Avec un moteur Lorraine de 12 cylindres d’une puissance de 450 CV, l’appareil pouvait monter à 5 000 mètres d’altitude. Accompagné de François Coli, ancien chasseur comme lui, il décolla du Bourget le 8 mai 1927 à 5h15 devant le Tout-Paris. L’objectif initial était d’amerrir à New York devant la statue de la Liberté, mais l’avion ne devait jamais arriver à bon port. Il ne reste de cette expédition que le train d’atterrissage abandonné comme prévu lors du décollage et aujourd’hui exposé au musée de l’Air et de l’Espace. L’énigme reste entière et tout comme la mère de Nungesser n’a jamais voulu croire à la mort de son fils, les amoureux de l’aviation se plaisent encore à croire que les deux coéquipiers ont réussi leur exploit avant de disparaître mystérieusement.

À lire également

Saint-Cyr : réforme de l’Académie

Nathalie Goulet, L’abécédaire du financement du terrorisme, Le Cherche midi, 2022.

Nathalie Goulet est une ancienne avocate et sénatrice de l’Orne depuis 2007 au sein du groupe Union centriste. Son travail parlementaire s’est tout particulièrement penché sur la lutte contre les réseaux djihadistes et le financement du terrorisme. Cet ouvrage est le résultat de dix ans d’enquête qui passent au crible les différents moyens et stratégies employés par les terroristes ainsi que les méthodes dont disposent les États-nations pour les combattre. L’abécédaire a l’avantage de réunir dans un même volume des thèmes aussi variés que ceux de l’art, des ONG, des contrefaçons, des fraudes sociales, des crédits à la consommation, de l’or, de l’hawala, du Bitcoin, du chocolat, des impôts, du pétrole ou encore des cagnottes en ligne… Il permet ainsi de balayer un spectre du financement du terrorisme aussi large que possible et d’identifier pour chacune de ses caractéristiques les moyens de lutte adéquats.

Si le terrorisme signifie d’abord le recours à une violence extrême ainsi qu’une mise en scène qui appelle un écho public maximal, l’histoire du terrorisme est aussi une histoire technique, une histoire des structures organisationnelles. Elle est inséparable de l’évolution des techniques de communication et de diffusion tout comme elle est inséparable des techniques de financement. Pour tout groupe terroriste, l’argent est indispensable pour la formation des militants, pour la promotion de la cause défendue, pour la préparation militaire et l’organisation logistique, pour l’équipement, etc. Il l’est d’autant plus que la clandestinité, tout particulièrement à l’époque contemporaine, est extrêmement coûteuse. Face à la montée des sanctions et à la professionnalisation de la lutte antiterroriste à la suite des attentats du 11 septembre, les organisations terroristes ont développé des modes de financement hybrides plus difficiles à détecter et à entraver. C’est ce que Nathalie Goulet appelle le « terrorisme low cost, opportuniste, évolutif, versatile aussi, mais toujours dévastateur. Les attentats d’aujourd’hui ne sont pas ceux d’hier, leur logistique est plus simple, moins coûteuse et leur mode de financement n’a nul besoin d’être sophistiqué[1] ». En bref, commettre un attentat coûte de moins en moins cher explique-t-elle, grâce à l’interconnexion des réseaux d’information et des infrastructures. Étouffer les circuits polymorphes de financement du terrorisme doit être la priorité absolue des institutions de lutte contre le terrorisme.

Laurent Gayard, Comprendre les NFT et les métavers, Slatkine & Cie, 2022.

Cryptos, NFT, métavers, tous ces gros mots sont à la mode et passent progressivement dans le langage courant. Le Bitcoin n’est plus à présenter, mais les NFT nécessitent encore un peu de pédagogie pour les non-initiés et c’est à bien à cette tâche que s’est attelé Laurent Gayard, docteur en sciences politiques et membre du comité de rédaction de Conflits.

Pourquoi est-il important d’en parler ? D’abord parce que le marché des NFT représentait en septembre 2021 plus de trois milliards de dollars et que sa valeur suit un rythme de croissance exponentielle. Si l’on considère que le marché des cryptomonnaies est aujourd’hui équivalent à la valeur du PIB français (plus de 2600 milliards de dollars) alors qu’il a à peine dix ans, on peut prendre la mesure du potentiel de croissance du nouveau marché des NFT.

NFT est l’acronyme de Non Fungible Token, c’est-à-dire « Jeton Non fongible ». Est fongible ce qui est interchangeable. Les billets de banque, l’or ou encore les bitcoins sont fongibles par exemple. « Ils peuvent être uniques et identifiés par un signe distinctif, filigrane pour un billet ou signature numérique pour un bitcoin , mais ils n’en restent pas moins interchangeables, car de même nature et de même valeur[2] ». Les NFT quant à eux sont non fongibles. Tout comme les jetons fongibles, ils peuvent être échangés sur une place de marché en ligne et détenus sur un portefeuille électronique, mais ils ne sont pas interchangeables, car leur nature, leur aspect et leur contenu sont chacun uniques. Le premier NFT a été créé en 2014 au New Museum de New York à partir de la technologie des cryptomonnaies pour « marquer » une œuvre d’art d’une empreinte indélébile et infalsifiable. On n’échange pas une œuvre d’art comme on échange de la monnaie, car il n’existe pas d’objet de même nature. Pourtant cette œuvre est désormais un jeton que l’on peut vendre ou acheter parce qu’une signature numérique assure sa propriété et que son image peut être dupliquée des milliards de fois. Les NFT ne concernent pas uniquement le domaine de l’art, mais la vidéo, la musique, l’édition,  la presse ou encore les jeux vidéo. Leurs applications sont infinies.

Combiné au développement des métavers – sortes de monde virtuel à réalité augmentée où les utilisateurs pourraient pourrait réaliser un panel varié d’activités interconnectées –, le développement des NFT pourrait bien révolutionner notre mode de vie. Cet ouvrage de Laurent Gayard se veut un guide d’initiation pour comprendre ce qu’est un NFT, comment on le fabrique, quels sont les outils existants, comment en acheter et en vendre et sur quelles places de marché… « Bienvenue dans le Nouveau Futur Tokenisé » annonce-t-il.

À lire également

Bitcoin et CBDC : la nouvelle cryptopolitique

Nouvelle collection Librio intitulée Osez (re)lire, 3€.

Les classiques sont à la mode. Peut-être est-ce une des rares retombées positives des confinements successifs. Tout le monde aimerait avoir le temps de relire ses classiques, trop vite oubliés depuis le lointain temps des études. Mais voilà, attaquer un Proust ou un Zola exige d’avoir du temps devant soi et l’épaisseur du livre peut produire un effet repoussoir. Qu’à cela ne tienne, les éditions Librio, le label poche de Flammarion, proposent à ses lecteurs de se replonger dans leurs classiques avec des sélections d’une trentaine d’extraits culte par auteur. D’ores et déjà disponible en librairie, la collection commence avec cinq anthologies des œuvres de Baudelaire, Hugo, Proust, Molière et Zola. Le format est idéal pour s’approcher directement du trésor caché que chacun de ces génies nous ont laissé. Puisse-t-il encourager les lecteurs à aller plus avant dans leur (re)découverte des maîtres de notre langue et à faire (re)naître chez eux le goût de l’apprentissage par cœur sans lequel on ne possède jamais rien vraiment tout à fait.

À lire également

Livre- Dictionnaire amoureux de Montaigne

[1] Nathalie Goulet, L’abécédaire du financement du terrorisme, Le Cherche midi, 2022, p. 19.

[2] Laurent Gayard, Comprendre les NFT et les métavers, Slatkine & Cie, 2022, p. 8.

À propos de l’auteur
Revue Conflits

Revue Conflits

Fondée en 2014, Conflits est devenue la principale revue francophone de géopolitique. Elle publie sur tous les supports (magazine, web, podcast, vidéos) et regroupe les auteurs de l'école de géopolitique réaliste et pragmatique.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest