<i class='fa fa-lock' aria-hidden='true'></i> L’armée russe à l’ère de l’éclatement stratégique

30 décembre 2019

Temps de lecture : 9 minutes
Photo : Vladimir Poutine visitant le terrain d'entraînement de Telemba, le 13 septembre 2018. Numéro de reportage : AP22247033_000010 Auteurs : Alexei Nikolsky/AP/SIPA
Abonnement Conflits

L’armée russe à l’ère de l’éclatement stratégique

par

 Depuis la fin de la Guerre Froide, la Russie a dû se repositionner stratégiquement et géopolitiquement parlant.

Fin des contraintes stratégiques

Depuis la fin de la guerre froide en 1991 jusqu’en 2014 environ, la Russie n’a pas été en mesure de mener une action géopolitique indépendante en raison de la faiblesse économique et de la domination américaine dans le système international. L’économie russe s’est renforcée dans les années 2000 et la population américaine, épuisée par les engagements étrangers, a élu l’administration Obama qui a commencé à donner aux pouvoirs régionaux la prérogative de contrôler leurs régions.

Le manque d’autorité américaine s’est rapidement manifesté au Moyen-Orient, avec l’effondrement des anciens régimes, la guerre et la montée de la Turquie et de l’Iran. La Russie n’a pas réalisé qu’elle avait elle aussi une prérogative régionale, jusqu’en 2014 quand elle s’est emparée de la Crimée et a soutenu la rébellion du Donbass. Ces actions étaient motivées par les conditions en Ukraine, qui ont contraint la Russie à exécuter l’opération qu’elle avait prévue depuis l’effondrement de l’URSS. Après la réalisation de son indépendance stratégique, la Russie a engagé suffisamment de forces dans le conflit syrien en 2015 pour préserver le régime d’Assad, a envoyé des mercenaires pour dissuader Maduro de fuir le Venezuela pendant le soulèvement anti-gouvernemental de 2019, et remplace l’Amérique comme arbitre au Moyen-Orient, comme le montrent les négociations de paix syriennes de 2018, auxquelles les États-Unis ne participaient pas.

Alors que le président Donald Trump poursuit le désengagement de son prédécesseur du leadership en matière de sécurité régionale, quel est le rôle des militaires russes en cette ère d’éclatement stratégique ?

D’une puissance opportuniste à une puissance stratégique

La dernière fois que la Russie, sous la forme de l’URSS, a eu cette liberté stratégique, c’était en 1974-1980. Une période de paralysie politique intérieure américaine, d’épuisement d’après-guerre au Vietnam et de malaise économique. Au cours de cette période, l’armée de l’URSS a rapidement étendu sa portée mondiale, nation après nation (environ 15) tombant dans le système international soviétique, tout en soutenant de nombreuses insurrections armées et des mesures actives qui étaient sur le point de mettre d’autres nations sur son orbite. La carte ci-dessous montre la domination internationale de l’Union soviétique en 1980. Et cette carte n’inclut pas l’étroite affinité entre l’Inde socialiste et l’URSS communiste.

Mais qu’est-ce qui est différent en cette ère d’éclatement stratégique ? Le premier et le plus important est le manque de ressources de la Russie pour projeter le pouvoir (l’URSS avait 3 fois la population relative et une économie beaucoup plus importante). Deuxièmement, la Russie n’a pas de stratégie pour utiliser au mieux ses ressources limitées afin de réaliser sa stratégie nationale plus vaste (l’URSS était guidée et renforcée par l’idéologie communiste).

A lire aussi : Pourquoi la Russie a vendu l’Alaska

On dit que plus le pouvoir est faible, plus la stratégie est grande. Ceci a été formulé pour expliquer le succès stratégique de l’Empire austro-hongrois : un empire faible entouré d’ennemis puissants ; et pour expliquer le fait que les puissants États-Unis manquent d’une grande stratégie dans la politique internationale. L’Amérique manque même de stratégies dans des conflits régionaux limités tels que l’Irak et l’Afghanistan. La Russie en tant que puissance faible a besoin d’une stratégie pour promouvoir efficacement sa volonté dans les affaires internationales. Pendant la période de contrainte américaine, la Russie était connue comme une puissance opportuniste sans stratégie, profitant de quelques opportunités limitées comme l’Ossétie du Sud, la Transnistrie ou l’Abkhazie. En l’absence de cette contrainte, la Russie passe d’une puissance opportuniste à une puissance stratégique.

L’armée russe a une doctrine sur la façon de faire la guerre. Cette doctrine est mieux articulée dans leur Livre blanc sur la défense de 2003. C’est un bon point de départ, car il montre une continuité avec le concept soviétique de « corrélation des forces ». Plutôt que d’approfondir leur doctrine, cet article examinera les actions militaires russes qui nous montrent une stratégie non articulée.

La situation en Russie s’étend au monde entier

Examinons d’abord la situation ou l’environnement géopolitique des affaires internationales. Dans les années 1990, la Russie n’a pas été en mesure de projeter ses forces armées parce qu’elle était extrêmement vulnérable sur le plan géopolitique : déclin économique, effondrement démographique et de la structure étatique et faible soutien populaire. Cette condition russe s’est répandue dans le monde entier. Les économies de la puissance mondiale, à l’exception de l’Inde et de la Chine, stagnent maintenant, ce qui amène les États-Unis, l’OTAN et les pays de l’Asie de l’Est à transférer des ressources du maintien de la stabilité mondiale au maintien des contrats sociaux internes. De nombreux pays entrent dans un hiver démographique. Cela entraîne une hausse rapide, mais à court terme, du niveau de vie des jeunes nations, tandis que le déclin démographique entraîne une stagnation économique pour les nations plus âgées. Elle réduit également la croissance de la demande de ressources, comme le montrent les marchés des produits de base (l’énergie en particulier). La plupart des pays du monde ont une structure étatique forte qui manque de soutien populaire, comme en témoignent l’élection de Donald Trump, du Brexit, du système chinois de crédit social, les émeutes en Iran et les défaites électorales d’Erdogan en Turquie. Le système international mondial est entré dans un état décrit par Alexandre Douguine comme « tous contre tous », et chaque gouvernement est mutuellement vulnérable les uns aux autres. C’est le cas de la Chine et des États-Unis. Les deux pays peuvent s’entraver gravement sur le plan économique, ce qui entraîne un changement de régime dans les deux pays. Ainsi, ils gèrent soigneusement leur animosité mutuelle, évitant une escalade mutuellement destructrice, comme on l’a vu dans les négociations commerciales actuelles. Nous le constatons également au Moyen-Orient, où toutes les nations et les insurrections se livrent à une danse de groupe où les alliances changent, la méfiance mutuelle et les hostilités se multiplient.

Ce que nous observons

Quelle « grande stratégie militaire » pouvons-nous induire à partir de l’observation du déploiement militaire russe ? Au « choc et à la crainte » des nations occidentales, la Russie a montré des résultats remarquables de réformes et de modernisations militaires initiées après leur mauvaise performance en 2008 lors de la guerre de Géorgie. Avec un budget modeste de 3,5 % du PIB, l’armée russe a fourni des effectifs, des équipements, une formation, une vitesse de déploiement et des systèmes d’armes efficaces suffisants pour être considérés comme une puissance militaire mondiale. Les déploiements militaires russes ont modifié le paysage géopolitique en Syrie, au Moyen-Orient et au Venezuela. Nous voyons huit priorités observables dans leur emploi militaire :

1 – La diplomatie d’abord : La Russie (et auparavant l’URSS) considère l’armée comme un effort de soutien à des opérations diplomatiques et politiques de plus grande envergure. L’armée évolue au rythme de la diplomatie. En Syrie, l’armée a été déployée en 2015, quatre ans après le début de la guerre. Selon la doctrine militaire soviétique et russe, l’armée sert de force de suivi à l’action diplomatique et politique et de composante d’autres aspects du pouvoir national (culturel, économique, cybernétique, etc.). Pour préserver cet aspect de soutien, la Russie ne risquera pas la crédibilité de sa puissance militaire pour s’engager dans un grand combat conventionnel qui n’est pas certain de la victoire. Cela contraste avec l’Amérique, où la diplomatie et la politique suivent l’armée. Le général américain Norman Schwarzkopf négocie la fin de la première guerre du Golfe en 1991. En Irak en 2003 et en Afghanistan en 2001, l’action politique a suivi la défaite militaire de l’ennemi.

2 – Économies de coûts : Le gouvernement russe n’est pas disposé à mettre à rude épreuve son économie pour profiter de l’éclatement stratégique (comme il l’a fait dans les années 1970). L’armée russe ne déploie que des milliers de soldats, contrairement aux États-Unis qui en déploient des centaines de milliers. Ce nombre limité n’est déployé au combat que pour des périodes de temps limitées (des mois contre des années pour les États-Unis). Avec cette retenue, l’armée russe ne peut s’engager que dans des conflits qui peuvent être résolus dans un court laps de temps et limiter l’application militaire. Pour cette raison, nous ne voyons pas d’engagement militaire russe en Libye (le domaine actuel des possibilités stratégiques) ou dans une confrontation avec l’OTAN (militairement beaucoup plus forte).

3 – Vente militaire : La guerre de Syrie a été une démonstration efficace des systèmes militaires russes. Les Russes ont déployé près de 600 systèmes d’armes en Syrie, dont près de la moitié n’ont pas été suffisamment testés sur le terrain. Naturellement, nous sommes conscients de ceux qui fonctionnent avec succès. Le complexe militaro-industriel russe (CIM) a gagné en considération et en part de marché parce que les nations peuvent acheter des systèmes d’armes éprouvés au combat sans les contraintes politiques qui accompagnent l’achat de systèmes d’armes occidentaux.

4 – Les ventes militaires pour établir des partenariats stratégiques : La Russie a utilisé les ventes militaires pour établir un partenariat stratégique avec une puissance régionale. Nous le constatons avec les ventes de S-400 à la Turquie et de S-300 à l’Iran. Ces deux ventes s’inscrivent dans une stratégie régionale visant à affaiblir l’influence américaine. Mais ne considérez pas ces ventes comme un signe d’amitié. Elles sont plutôt transactionnelles et éphémères, pour s’achever une fois que ces objectifs stratégiques limités ont été atteints ou divergent.

5 – Stabilité de l’aide : Les déploiements militaires russes en Syrie ont renforcé un régime existant et la Russie ne déploie pas de force pour saper les régimes existants (contrairement aux États-Unis). En conséquence, les pays, en particulier ceux du Moyen-Orient et d’Asie centrale, considèrent le déploiement militaire russe comme une force de stabilisation bien accueillie, une force d’attraction douce pour une force militaire dure.

A lire aussi : La Russie face aux sanctions de l’UE

6 – Maintenir l’expertise de combat : Les multiples exercices snap en Russie, les déploiements en Syrie et l’insurrection dans le Donbass ont donné à l’armée russe l’expertise nécessaire pour mener des opérations conjointes et combinées d’armement à grande échelle. La taille et la vitesse des exercices snap russes dépassent de loin celles des exercices interarmées de l’OTAN. Une statistique qui se démarque est que presque tous les équipages et pilotes russes ont effectué des rotations en Syrie dans des conditions de combat.

7 – Multiplicateur de force pour les régimes régionaux : L’armée russe a réussi à maîtriser le calcul de la stabilité du régime. Avec seulement 4 000 soldats dans un pays de 18 millions d’habitants, l’armée russe a assuré la survie du régime de Damas. C’est tout le contraire des États-Unis qui, avec165 000 soldats en Irak pour 38 millions d’habitants, n’ont pas réussi à empêcher la montée de l’ISIS et la perte éventuelle de l’Irak à l’influence iranienne. La Russie engagera des forces si le pouvoir établi dispose d’une certaine forme de légitimité, ce qui s’est produit au Venezuela, en Syrie, en Crimée et dans le Donbass. La Russie n’engagera qu’un niveau suffisant pour assurer la survie du régime, pas plus.

8 – Soutenir les relations économiques existantes : L’une des caractéristiques du déploiement militaire russe est le soutien de l’intérêt économique, en particulier les contrats énergétiques et les ventes militaires. Lorsque la distance (Venezuela) ou la légitimité (Libye) est problématique, la Russie a envoyé l’organisation mercenaire Wagner Group pour s’assurer que les contrats existants sont respectés. (Il convient de noter que le droit russe ne reconnaît pas les entreprises de défense commerciale).

Défaillances stratégiques

Comme l’armée est le bras armé d’un processus politique plus large, elle n’a pas joué de rôle dans l’atténuation des revers stratégiques. Elle n’a pas joué un rôle pour contester les efforts américains visant à empêcher l’expansion de l’approvisionnement énergétique russe en Europe. En outre, la Russie continue de perdre son influence de puissance douce dans l’ex-Union soviétique. En particulier, l’Asie centrale se déplace économiquement et culturellement vers la Chine, la Turquie et le monde extérieur. Leur pipeline n’utilisera pas l’infrastructure russe et le Kazakhstan passe de l’alphabet cyrillique à l’alphabet latin. Là où la Russie échoue dans la politique internationale, les militaires ne seront pas vus.

Limites militaires actuelles

Il existe plusieurs limites flagrantes aux capacités militaires de la Russie qui guident sa stratégie. Le plus remarquable est sa force navale. Sur le papier, elle compte 270 navires, mais seulement 40-50 sont en état de navigabilité. Étant donné la domination américaine sur les mers, la Russie ne s’efforcera pas de contester la domination américaine. Son rôle a été un rôle de soutien logistique et de soutien au combat dans l’espace naval sécurisé (tel que la Méditerranée orientale). L’absence d’une force de réserve terrestre constitue une autre limite. Cela empêche la Russie d’occuper une zone après une victoire militaire. Il faut une force de réserve pour sécuriser une zone. De ce point de vue, la Russie a accepté la permanence d’une alliance de l’OTAN dans l’ancien espace soviétique.

Capacités militaires croissantes

Même avec ses petits budgets et sa portée limitée, la Russie prend des mesures pour accroître ses capacités militaires globales. Tout d’abord, nous assistons à une militarisation de la société avec la création de la Yunarmiya (Armée de la jeunesse) de 240 000 jeunes de 11 à 18 ans. Cela n’a pas été vu pendant la période soviétique et se rapproche du militarisme prussien du XIXe siècle. Comme la Prusse, la Russie voit son espace opérationnel limité à la masse continentale eurasienne, laissant la Chine défier la marine américaine. La Russie et la Chine, depuis un traité de 1992, ont démilitarisé leur région frontalière, ce qui leur permet de se concentrer sur des voies stratégiques plus limitées. Une société militarisée donnera à la Russie un avantage dans la réflexion stratégique sur les nations occidentales, avec une nouvelle génération de dirigeants qui comprennent et sont plus disposés à employer des forces militaires dans les conflits.

Après la perte de fournisseurs ukrainiens et de partenaires étrangers pour leur complexe militaro-industriel, la Russie a fait une substitution surprenante et efficace. L’un des domaines de l’ingéniosité russe est l’application d’une nouvelle technologie peu coûteuse pour améliorer les anciens systèmes d’armes de plus grande taille, comme l’utilisation de petits drones pour améliorer l’efficacité des chars et de l’artillerie de combat. Pour les systèmes plus coûteux, les Russes ont développé des châssis singuliers pour des systèmes de véhicules de combat multiples.

Et aucun commentaire sur l’armée russe ne serait complet s’il n’était pas fait mention de la domination russe dans les cyber-opérations. Ils ont un avantage comparatif dans cette génération de combat qu’ils déploient continuellement selon leur doctrine militaire (voir le Livre blanc sur la défense de 2003).

Tendances à long terme

Alors, où va la Russie avec son armée ? Premièrement, ses partenariats militaires et stratégiques dans un monde multipolaire réduiront progressivement le rôle de l’OTAN dans le monde et empêcheront l’OTAN ou les États-Unis de réaffirmer leur rôle (comme nous le voyons avec l’exclusion des États-Unis des pourparlers de paix syriens). Deuxièmement, la Russie fera preuve de déférence à l’égard de la Chine, ce qui lui permettra de défier les États-Unis dans le Pacifique. En retour, la Chine accordera à la Russie des prérogatives stratégiques en Asie centrale (la culture stratégique chinoise ignore les conflits entre les nations « barbares » en dehors de la Grande Muraille). Troisièmement, il y aura une reprise du conflit entre la Russie et la Turquie, la Russie soutenant les régimes existants au Moyen-Orient contre les mouvements parrainés par la Turquie. Quatrièmement, la Russie s’efforcera de retrouver son rôle historique de gendarme de l’Europe en coopération avec les autres puissances militaires européennes, les plus fortes étant la France et la Pologne. La façon dont la Russie engage ces deux pays dans des stratégies de sécurité montrera l’orientation et la progression de la stratégie militaire de la Russie. Si la Russie réussit dans cette entreprise, l’OTAN verra son rôle réduit à un forum d’engagement politique entre l’Europe et les États-Unis, subordonné aux liens bilatéraux entre la Russie et une grande puissance européenne.

À propos de l’auteur
Peter Debbins

Peter Debbins

La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest