<i class='fa fa-lock' aria-hidden='true'></i> Le problème géant de l’Inde

26 avril 2021

Temps de lecture : 5 minutes
Photo : Le problème géant de l'Inde. Crédit : Unsplash
Abonnement Conflits

Le problème géant de l’Inde

par

Après avoir enregistré 261 000 infections par le virus Covid dimanche, l’Inde est devenue le pays le plus touché par la pandémie. Pourtant, le gouvernement de Narendra Modi hésite à réimposer un verrouillage national, laissant à chaque État le soin de prendre des mesures d’endiguement ciblées.

Un article de Tom Miller pour Gavekal

Ces mesures ne feront peut-être pas dérailler la reprise économique du pays, mais elles signifient que les prévisions de croissance du Fonds monétaire international (12,5 % pour cette année fiscale) sont trop optimistes.
Si l’éventuel rebond s’avère faible, le véritable souci économique serait la capacité de l’Inde à sortir du ralentissement structurel qui a commencé avant l’arrivée de la pandémie. La croissance a commencé à s’aplatir en 2018 et est tombée à seulement 4 % en 2019-20, bien en dessous de son potentiel de 7-8 %. L’une des principales raisons est le gaspillage du capital humain en Inde – et cela s’est aggravé pendant la pandémie. Après avoir chuté pendant le lockdown, le taux de participation au marché du travail s’élève à seulement 40 %, soit l’un des plus bas du monde. L’incapacité de l’Inde à créer des emplois pour sa population rendra plus difficile le retour à une croissance structurelle élevée lorsque le cycle économique se normalisera.

À lire aussi : Qui achètera l’Inde ?

Les travailleurs migrants perdent à nouveau leur emploi

L’Inde a récupéré bon nombre des emplois qu’elle a perdus pendant le blocage national de l’année dernière, mais pas en totalité. Le nombre estimé de personnes employées était de 398 millions en mars, soit une baisse de 8 millions par rapport aux 406 millions enregistrés par le Centre de surveillance de l’économie indienne en février 2020, le mois précédant la pandémie. (Les statistiques officielles de l’emploi étant de mauvaise qualité, nous nous basons sur les chiffres non officiels du CMIE, un compilateur de données privé). Le CMIE estime que 12 millions d’emplois non agricoles ont été perdus au cours de cette période de 12 mois, malgré une forte augmentation de la population en âge de travailler. De nombreux migrants ruraux occupant des emplois urbains sont retournés dans leurs villages, prenant des emplois agricoles aux salaires plus bas.

De nouveaux lockdowns entraîneront des pertes d’emplois, Gavekal Research/Macrobond

Une grande partie de la migration inverse vers l’agriculture était du chômage déguisé. Aujourd’hui, l’explosion des nouvelles infections au Covid et la réimposition des lockdowns mettent à nouveau en danger les emplois informels, en particulier les travailleurs migrants, les travailleurs journaliers et les petits commerçants. Cela représente bien plus de 120 millions de personnes, soit environ 30 % de la population active totale. La migration inverse reprend, alors que les grandes villes comme Mumbai et Delhi renforcent leurs contrôles. Le Maharashtra, l’État le plus touché, a mis en place des trains spéciaux à destination des foyers de migrants du nord. Le taux de chômage a atteint 8 % au cours des deux premières semaines d’avril, soit le taux le plus élevé depuis août, et il va continuer à augmenter.

La pandémie n’est qu’en partie responsable

La pandémie aggrave un certain nombre de tendances préexistantes. L’une d’entre elles est l’incapacité de l’Inde à créer des emplois dans le secteur manufacturier (voir Pourquoi l’Inde n’a pas de vêtements ?). Actuellement, le secteur n’emploie que 30 millions d’Indiens, soit 8 millions de moins qu’il y a un an. Mais ces pertes d’emplois ne sont pas seulement une conséquence du verrouillage : en 2016, plus de 50 millions d’Indiens travaillaient dans le secteur manufacturier. Le nombre de personnes directement employées dans l’industrie du textile et de l’habillement au cours de cette période a diminué de moitié, pour atteindre seulement 6 millions, selon les données du CMIE. Une comparaison avec la Chine – où plus de 110 millions de personnes travaillent dans l’industrie manufacturière, après un pic d’environ 140 millions en 2014 – met en évidence l’échec de l’Inde.

Étant donné que la population adulte (âgée de 15 ans et plus) augmente de plus de 15 millions de personnes par an, l’Inde doit absolument créer de nouveaux emplois. On estime que 8 à 12 millions de personnes sont nécessaires chaque année pour absorber les nouveaux venus sur le marché du travail (voir Dividende démographique ou cauchemar démographique ?). L’afflux de jeunes travailleurs devrait être une aubaine dans une économie qui fonctionne bien. Pourtant, paradoxalement, l’augmentation de la population indienne n’a pas entraîné une hausse de la population active (définie par le nombre de personnes ayant un emploi ou en recherchant un). Au début de 2020, la population active comptait quelque 440 millions de personnes ; en mars, elle était tombée à 425 millions. Les jeunes Indiens ont du mal à trouver un emploi, alors même que d’autres en sont exclus.

La baisse du taux d’activité en Inde est structurelle. Gavekal Research/Macrobond

Si la pandémie a exacerbé le problème, la main-d’œuvre se réduit en fait depuis un certain temps. Le taux d’activité de l’Inde est tombé à un taux à peine croyable de 40 % en 2020-21, contre 46 % en 2016-17. En comparaison, la moyenne mondiale est de 65 %. En fait, l’Inde perd environ 250 millions de travailleurs. Cet échec de la politique est rarement mentionné, alors qu’il pourrait être le principal facteur empêchant l’économie indienne de réaliser son énorme potentiel. Cela revient à faire rouler une locomotive à vapeur en ne brûlant que les deux tiers de sa capacité en charbon.

À lire aussi : Inde : Aadhaar Card is watching you !

Une statistique encore plus inquiétante est cachée dans ces chiffres : le taux de participation des femmes indiennes au marché du travail est l’un des plus bas du monde. L’Organisation internationale du travail le situe à 21 % en 2019, à égalité avec les pays socialement répressifs du Moyen-Orient. Les données plus rigoureuses du CMIE estiment un taux encore plus bas, de seulement 9 % en 2020-21, contre 15 % en 2016-17. Il est incroyable de penser que deux fois plus de femmes travaillent aux États-Unis, dont la population ne représente qu’un quart de celle de l’Inde.

Le taux de participation des femmes au marché du travail en Inde est scandaleusement bas. Gavekal Research/Macrobond

La baisse de la part des femmes sur le lieu de travail est en partie due à l’urbanisation rapide. L’agriculture emploie 70 % des femmes actives, mais les emplois disparaissent à mesure que les villages sont absorbés par les villes et que les travaux agricoles se mécanisent. Seuls 5% des femmes urbaines ont actuellement un travail rémunéré. En outre, lorsque les travailleurs migrants, principalement des hommes, fuient la pandémie et retournent dans leurs villages, ils sont susceptibles de rechercher le travail effectué par les femmes dans l’économie rurale. Il est prouvé que les femmes ont eu plus de mal que les hommes à récupérer les emplois perdus lors du premier verrouillage. C’est ainsi que la dure logique du Covid renforce les moteurs structurels de l’économie indienne qui s’affaiblissent.

Si les contrôles locaux ne parviennent pas à maîtriser la deuxième vague de la pandémie, le gouvernement de Modi pourrait être contraint de mettre en place des mesures de confinement plus larges. En plus d’entraver le rebond économique actuel, cela détruirait davantage d’emplois et renforcerait l’évolution antérieure à Covid vers une croissance structurelle plus faible.

À lire aussi : La réémergence économique de l’Inde, causes et conséquences

Mots-clefs : , ,

À propos de l’auteur
Gavekal

Gavekal

Gavekal est une entreprise qui propose des analyses économiques et financières sur l'Asie, la monnaie et les marchés financiers.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest