« Vaincre ou mourir » : l’histoire de France à l’écran

11 décembre 2022

Temps de lecture : 3 minutes
Photo : La Vendée au combat (c) Vaincre ou mourir
Abonnement Conflits
Abonnement Conflits

« Vaincre ou mourir » : l’histoire de France à l’écran

par

Le Puy du fou se lance dans le cinéma avec un premier film consacré à Charette et aux guerres de Vendée. Un pari délicat qui pouvait laisser craindre un film convenu. Il n’en n’est rien. Tant par le jeu des acteurs que la réalisation, cette page d’histoire est une réussite. 

Ce fut un défi plus que réussi : la toute jeune filiale du parc vendéen, Puy du fou films, ne s’attendait certainement pas à ce que sa première production atteigne la tête du box-office, rien que pour son avant-première. Le soir du 8 décembre, c’est une foule impressionnante qui se presse dans les 200 salles de cinéma françaises qui diffusent le film tant attendu, Vaincre ou mourir.

L’hagiographie du roi de la Vendée

Pour sa première fois à l’écran, aucune hésitation : c’est Charette que Puy du Fou films choisit. Le héros le plus connu des guerres de Vendée, le protagoniste du Dernier Panache. C’est d’ailleurs largement inspiré de ce spectacle phare du parc que le scénario est écrit.

Dans son logis de Fonteclose, l’ancien officier de marine, François-Athanase Charette de la Contrie, s’est retiré avec son épouse et son jeune fils. Loin de la guerre, loin des risques. Mais son goût de l’aventure le reprend malgré lui, lorsqu’un beau jour de mars 1793, une foule de paysans en sabots armés de fourches envahit sa demeure pour lui demander de prendre la tête de leur mouvement : celui de ceux que les Bleus appellent les Brigands, aux valeurs plus que douteuses pour la Convention. Ils vénèrent Louis XVII, ils refusent les prêtres jureurs, et ils honorent la France catholique. De ces métayers inexpérimentés, celui que les Vendéens surnomment rapidement le « roi de la Vendée » en fait une armée redoutable, à laquelle il joint des femmes, des vieillards, et même des Bleus convertis. Une légion de plus en plus nombreuse et de plus en plus organisée. Ils ont sur leur poitrine le Sacré-Cœur de Jésus, c’est leur signe de ralliement, derrière le panache blanc.

A lire aussi :

Akira Kurosawa : le soleil rouge du cinéma

La folle équipée de la Chouannerie rencontre d’abord des succès, au gré des embuscades dans les chemins creux, mais face aux abandons de plus en plus fréquents elle finit par céder. C’est toujours avec dignité que Charette commandera son propre peloton d’exécution, ayant lavé à jamais de son sang le sol de la Vendée.

Signé Puy du Fou

Pour les amoureux du parc, la trace du Puy du Fou est évidente. Des dessous de tentes aux emphatiques littoraux vendéens, on reconnaît les costumes, le décor, les dialogues, le tout servi par la musique de Nathan Stornetta qui envoûte déjà la salle du Dernier Panache.

Les deux réalisateurs, Paul Mignot et Vincent Mottez ont choisi Hugo Becker pour interpréter le protagoniste ; c’est un Charette intense, déterminé et charismatique qui mène ses troupes à la lutte, une vague armée constituée de 230 chevaux et 1 000 cascadeurs, cavaliers, danseurs et escrimeurs, vêtus de 60 000 costumes venus tout droit des ateliers du Puy du Fou.

Scène de bataille filmée en extérieur (c) Vaincre ou mourir

Même dans les moindres aspects du tournage, le symbole n’est pas omis. Commencé en mars 2022, les conditions météorologiques étaient idéales pour reconstituer à la perfection l’atmosphère brumeuse et angoissante de mars 1793. Plus de 80 % des scènes sont tournées directement au Puy du Fou, puis sur les lieux mêmes où cette histoire s’est tramée il y a quelques siècles : les bois de la Chabotterie où Charette fut capturé en mars 1796, le refuge de Grasla, le littoral vendéen et les chemins creux du bocage. Dans les figurants, des habitués, des Puyfolais et des Vendéens, la composition parfaite pour faire de cette geste épique une épopée plus vraie que nature.

Un premier film réussi, à voir en salle à partir du 25 janvier 2023.

A lire aussi :

Cinéma : Alexandre Nevski, le film qui ne laisse pas de glace

Mots-clefs : , ,

À propos de l’auteur
Pétronille de Lestrade

Pétronille de Lestrade

La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest