UE/Etats-Unis : contrer le géant chinois

17 juin 2020

Temps de lecture : 4 minutes
Photo : Josep Borrell, haut représentant de l'UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, à Bruxelles, le 12 décembre 2019. Photo : Frederic Sierakowski - 00936651_000118
Abonnement Conflits

UE/Etats-Unis : contrer le géant chinois

par


L’UE prévoit un dialogue avec les Etats-Unis afin de trouver une stratégie qui endiguerait la montée en puissance de la Chine. La suggestion du chef de la politique étrangère de l’UE arrive quelques jours avant le sommet UE-Chine de lundi, alors que Pékin n’a pas pris d’engagement sur l’élargissement de l’accès au marché. Sa proposition a surpris certains, car son récent billet de blog semblait suggérer que l’UE ne formerait pas d’alliance transatlantique avec les États-Unis sur la Chine.


 

Article traduit par Conflits.

Texte d’origine : SCMP

Auteurs : Stuart Lau et Owen Churchill

Etats-Unis : s’allier avec l’Europe ?

L’Union européenne prévoit d’établir un dialogue bilatéral avec les États-Unis pour faire face à « l’affirmation croissante » de la Chine, a déclaré le chef de la politique étrangère du bloc après un appel au secrétaire d’État américain Mike Pompeo lundi.

« J’ai suggéré de lancer un dialogue bilatéral distinct axé sur la Chine et les défis que ses actions et ambitions représentent pour nous – les États-Unis et l’Union européenne », a déclaré le haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères, Josep Borrell, aux journalistes. La suggestion de M. Borrell intervient quelques jours avant le sommet UE-Chine de lundi, alors que Pékin n’a pas pris d’engagement sur l’élargissement de l’accès au marché et l’égalité des conditions de concurrence pour les entreprises européennes en Chine.

Alors que le président américain Donald Trump a adopté une approche hostile à l’égard de l’UE, Pompeo a été considéré comme plus disposé à engager l’Europe dans la création d’un front uni contre la Chine.

Le département d’État américain n’a pas répondu à une demande de commentaires sur son accord ou non avec la proposition d’établir un dialogue bilatéral sur les questions liées à la Chine.

A lire aussi : Les États-Unis face au défi chinois

L’objectif ultime : protéger les sociétés démocratiques

Dans une déclaration, la porte-parole du département, Morgan Ortagus, a déclaré que Pompeo et ses homologues européens avaient discuté de l’importance de « maintenir notre engagement commun envers les valeurs démocratiques qui servent de rempart contre les tentatives de la Russie et de la République populaire de Chine de saper les sociétés démocratiques ».

Borrell a déclaré que les États-Unis et l’UE ont échangé leurs points de vue sur « l’affirmation croissante de la Chine sur de nombreux fronts ». « Il y a des questions auxquelles nous sommes confrontés ensemble dans nos relations avec la Chine, et pour lesquelles notre étroite coopération est très importante pour les traiter conjointement », a-t-il déclaré, ajoutant : « Cela inclut à coup sûr la situation à Hong Kong ».

« Il est important de rester ensemble avec les États-Unis afin de partager les préoccupations et de chercher des terrains d’entente pour défendre nos valeurs et nos intérêts », a-t-il ajouté. L’idée a été lancée vers la fin de son appel avec Pompeo, a déclaré M. Borrell, ajoutant qu’il n’avait pas plus de détails sur le dialogue à ce stade.

Andrew Small, chercheur transatlantique senior au German Marshall Fund of the United States, a qualifié l’idée d' »étape utile pour ceux qui veulent voir un effort plus sérieux pour coordonner les politiques de la Chine entre les démocraties libérales ». « La version optimale d’un dialogue sur la Chine serait celle qui engage pleinement le reste de la Commission européenne, y compris le commerce, la politique étrangère, la politique industrielle et les questions numériques », a ajouté M. Small.

La proposition de M. Borrell a surpris certains observateurs diplomatiques, car son billet de blog de dimanche semblait suggérer que l’UE ne formerait pas d’alliance transatlantique avec les États-Unis sur la Chine.

 

Pour l’Europe, il faut « choisir son camp »

Les tensions entre les États-Unis et la Chine étant l’axe principal de la politique mondiale, la pression pour « choisir son camp » augmente », écrit-il dans son article. « En tant qu’Européens, nous devons le faire à ma façon, avec tous les défis que cela implique ».

Le bloc européen « envoie certainement des signaux contradictoires sur la question de savoir s’il veut travailler avec les États-Unis pour faire face plus efficacement aux défis chinois ou s’il veut suivre sa propre voie », a déclaré Bonnie Glaser, conseiller principal pour l’Asie au Centre d’études stratégiques et internationales basé à Washington.

Mme Borrell n’a pas donné de détails sur les résultats potentiels d’un dialogue bilatéral avec les États-Unis, mais Mme Glaser a déclaré que, au minimum, « cela pourrait constituer un canal utile pour se tenir mutuellement informés et discuter des différences, et dans certains cas, forger une approche commune ».

« Une discussion sur la manière de répondre à la désinformation croissante de la RPC pourrait être fructueuse », a-t-elle déclaré, bien que trouver un terrain d’entente sur d’autres domaines tels que le commerce et les questions relatives aux institutions multilatérales pourrait s’avérer une tâche plus difficile.

« Aider Taiwan à étendre sa participation internationale pourrait être un sujet intéressant de discussion et de coordination », a déclaré Mme Glaser, « bien que le retrait des Etats-Unis de l’OMS compromette les efforts visant à aider Taiwan à retrouver son statut d’observateur ».

Les ministres des affaires étrangères des 27 pays de l’UE ont également participé à la réunion de lundi avec Pompeo.

A lire aussi : Chine, Etats-Unis, UE : qui gagnera la guerre ?

Trouver des accords internationaux au sommet UE/Chine

Concernant le sommet UE-Chine, M. Borrell a déclaré « Nous poursuivons les négociations afin de voir si nous pouvons apporter à ce sommet des résultats concrets… Il n’est pas facile de trouver un accord. Nous ne l’avons pas encore. Mais nous continuons à discuter avec nos homologues chinois jusqu’à la dernière minute ». Ce sommet sera la première fois que les nouveaux présidents du Conseil européen et de la Commission européenne, Charles Michel et Ursula von der Leyen, rencontreront le Premier ministre chinois Li Keqiang.

Le ministre allemand des affaires étrangères, Heiko Maas, a déclaré avant d’assister à l’appel que l’UE avait des préoccupations similaires à celles de Washington au sujet de la Chine.

« L’Europe et les États-Unis ont tous deux des attentes à l’égard de la Chine : Des conditions équitables pour le commerce et les investissements, le respect des traités et obligations internationaux – y compris concernant le statut de Hong Kong – et la transparence dans la lutte contre Covid-19 », a-t-il déclaré. Son message d’attention transatlantique partagée sur la Chine est venu en dépit des tensions entre Berlin et Washington sur les plans américains de réduction du déploiement militaire en Allemagne.

Berlin a jusqu’à présent résisté aux appels de hauts responsables américains visant à exclure le géant chinois des télécommunications Huawei Technologies de son

À propos de l’auteur
South China Morning Post

South China Morning Post

Le South China Morning Post est l'un des plus anciens journal d'Asie. Il a été fondé en 1903 à Hong Kong. La marque possède aujourd'hui de nombreux titres de presse et diffuse en Chine continentale, à Hong Kong et dans le reste de l'Asie. C'est l'un des principaux journaux de langue anglaise de la région.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest