Face à la loi sur la sécurité nationale, les Hongkongais envisagent un second exode

21 juillet 2020

Temps de lecture : 12 minutes
Photo : Un homme se tient devant l'ambassade Américaine à Hong-Kong le 4 juillet 2020 pour supporter la politique de refuge américaine. (c) Keith Tsuji/SIPA/2007041439
Abonnement Conflits

Face à la loi sur la sécurité nationale, les Hongkongais envisagent un second exode

par

Alors que la Grande-Bretagne et les États-Unis se posent comme des refuges et que Pékin resserre son emprise sur la ville, des millions d’habitants hésitent entre rester ou partir. Mais lorsqu’ils réfléchissent à leur avenir, ceux qui ont quitté Hong Kong avant la rétrocession de 1997 concèdent que commencer une nouvelle vie à l’étranger peut s’avérer loin d’être facile.

 

Un article de Laura Westbrook initialement paru sur South China Morning Post

Fermer les portes du gymnase de Muay Thai dans le quartier animé de Causeway Bay a été un moment aigre-doux pour Mark et Joyce Lui. Ces résidents de Hong Kong avaient passé leur 14 dernières années à faire de leur entreprise un établissement réputé comptant plus de 2 200 membres, mais ils ont décidé de mettre un terme à cette activité et de déménager à Vancouver en septembre.

« C’est comme si nous avions tout perdu d’un seul coup« , a déclaré Joyce, 47 ans, qui a vendu la salle de sport à un ancien entraîneur. « Nous aimons cette ville, mais nous devons partir« .

Le couple, qui prévoit d’ouvrir un gymnase au Canada, a entamé en juin dernier la procédure de demande d’un visa « start-up » pour les entrepreneurs lorsque les manifestations anti-gouvernementales, déclenchée par l’opposition à un projet de loi d’extradition maintenant retiré, ont balayé la ville. Les protestations se sont transformées en revendications plus larges, dont le suffrage universel.

Tous deux ont participé, en particulier Mark, qui est descendu dans la rue pendant des mois.

Le mois dernier, le gouvernement central a imposé une législation à Hong Kong qui vise les actes de sécession, de subversion, de terrorisme et de collusion avec des forces étrangères, avec une peine de prison à vie pour les auteurs des délits les plus graves.

À lire aussi : Hong-Kong : la célèbre marche du 1er juillet interdite

Les autorités de Hong Kong et du continent ont souligné à plusieurs reprises que la loi ne vise qu’une minorité de résidents, et que les libertés d’expression et de réunion seront protégées. Mais les Luis sont parmi ceux qui ne sont pas d’accord.

« Nous avons peur que si nous disons la mauvaise chose, nous puissions être considérés comme ayant enfreint la loi et être arrêtés », a déclaré Mark. « Cela montre clairement que la liberté d’expression n’existe plus à Hong Kong« .

 

Fuir la répression

Ils font partie des milliers de Hongkongais qui, selon les estimations, prévoient de quitter la ville, car le resserrement de l’étau de Pékin laisse entrevoir la possibilité d’un deuxième exode massif, après la première grande vague de migration qui a précédé le retour de la ville à la souveraineté chinoise en 1997. Pour ces résidents, la question de longue date de savoir si leurs droits et libertés perdureraient sous « un pays, deux systèmes » a trouvé une réponse négative avec l’adoption d’une loi que les critiques ont décriée comme draconienne et vaguement définie.

En juin, le mois suivant le dévoilement de la loi par Pékin, près de 2 800 Hongkongais ont demandé à la police des certificats d’absence de condamnation pénale, l’indicateur le plus fiable de ceux qui ont l’intention d’émigrer – une augmentation significative par rapport aux 1 700 demandes de mai et aux 2 370 demandes du même mois en 2019. Il y a eu 34 480 demandes de certificats entre juillet 2019 et ce mois de juin, une période qui coïncide avec l’éclatement de manifestations antigouvernementales parfois violentes, contre moins de 24 100 l’année précédente.

Certains ont déjà décidé de partir, encore plus motivés par les récentes annonces de parcours facilité vers la résidence ou la citoyenneté en Grande-Bretagne et en Australie.  D’autres sont tiraillés entre des facteurs concurrents qui les poussent à rester ou à partir. Il y a ceux qui déplorent les changements dans leur ville mais qui sont néanmoins déterminés à rester, ou qui ne voient pas d’autre alternative que de s’adapter à la nouvelle réalité, tandis que d’autres souhaitent déménager pour des raisons qui n’ont rien à voir avec le droit ou la politique.

 

Le moment de partir ?

Dans l’incertitude, les demandes de renseignements auprès des agents de migration ont augmenté en flèche. Willis Fu Yiu-wai, directeur marketing de Goldmax Associates, a déclaré avoir reçu 30 à 40 appels par jour depuis l’adoption de la loi, soit le triple du nombre habituel.

« Je prévois que de nombreux habitants de Hong Kong, en particulier les jeunes gens instruits, partiront« , a-t-il déclaré. « C’est à cause des demandes de renseignements que je reçois chaque jour – la plupart d’entre elles proviennent de personnes de moins de 40 ans. Leur intention n’est pas seulement de partir, mais ils veulent aussi chercher un meilleur endroit pour que leurs enfants puissent grandir« .

Fu a déclaré que ses clients étaient divisés entre ceux qui s’étaient inscrits pour émigrer et ceux qui retardaient leur demande pour voir comment les pays occidentaux allaient aider les Hongkongais.

La Grande-Bretagne a offert une voie d’accès à la citoyenneté à un maximum de 3 millions de Hongkongais pouvant prétendre à un passeport britannique d’outre-mer (BN(O)), et l’Australie a annoncé que plus de 10 000 détenteurs de visas temporaires dans le pays et certains futurs demandeurs se verront accorder une voie simplifiée vers la résidence permanente. Le gouvernement britannique a été pressé de fournir plus de détails sur son offre, tandis que ceux qui souhaitent s’installer en Australie avec un visa temporaire de qualification qui pourrait mener à la résidence permanente devront se conformer à une liste de compétences mise à jour.

À lire aussi : La mort de l’ancien Hong Kong

Aux Etats-Unis en juin, les législateurs ont introduit une législation qui accorderait le statut de réfugié aux Hongkongais considérés comme risquant d’être persécutés, tandis que Taiwan a ouvert ce mois-ci un bureau pour aider les militants et les hommes d’affaires de Hong Kong qui cherchent à émigrer.

Dans une enquête menée le mois dernier par des chercheurs de l’université de Californie à Irvine auprès de 890 Hongkongais, 50 % des personnes interrogées ont déclaré avoir envisagé de quitter la ville. Parmi ceux qui envisageaient de quitter la ville, 29 % ont choisi Taïwan, ce qui en fait le premier choix, tandis que les destinations suivantes les plus populaires étaient le Canada (15 %) et l’Australie (13 %). La Chine continentale – une destination de choix pour ceux qui ont une opinion favorable de Pékin – a été choisie par 12 %, tandis que la Grande-Bretagne et le Japon ont été choisis par 10 % et 9 % respectivement.

« L’assistance des Five Eyes a créé de l’espoir pour certains Hongkongais, les clients attendant de nouvelles annonces de ces pays pour voir comment ils [aideraient] plutôt que de prendre des mesures immédiates pour demander un visa maintenant« , a déclaré Fu, en faisant référence à l’alliance de partage de renseignements comprenant les États-Unis, le Canada, la Grande-Bretagne, l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

 

Quitter ses racines pour sauver sa liberté

Ryan Liu est l’un des Hongkongais qui ont accepté l’offre de l’Australie. Cet infirmier de 32 ans est en train de demander un visa de travailleur qualifié. Il envisageait de déménager depuis 2014, lors du mouvement Umbrella qui appelait au suffrage universel.

« J’ai choisi un endroit qui me permettrait d’avoir plus de liberté« , a déclaré Liu, qui est mariée et détient également un passeport BN(O). Il a choisi l’Australie plutôt que la Grande-Bretagne parce qu’il avait déjà demandé une licence pour y exercer.

Un nombre croissant de ses collègues lui ont demandé comment se déroulait le processus de demande, a-t-il ajouté, certains commençant à passer des examens d’anglais pour se préparer à partir à l’étranger.

Pour certains, déménager à l’étranger est une nécessité. Jane a été photographiée en train d’agiter un drapeau de l’Union lors de manifestations l’année dernière et a prononcé des discours appelant la Grande-Bretagne à « tendre une main secourable » aux manifestants. Bien que la loi sur la sécurité nationale ne soit pas rétroactive, elle craint d’être toujours visée par les autorités.

« Il n’est pas sûr pour moi de rester à Hong Kong« , a déclaré cette jeune femme de 23 ans, récemment diplômée en gestion hôtelière, qui espère trouver un emploi dans le secteur de l’hospitalité. Elle est née à Hong Kong en 1997 et vient d’obtenir un passeport BN(O). Bien qu’elle n’ait pas de famille en Grande-Bretagne, elle prévoit de déménager avec un groupe de cinq de ses amis – tous dans la vingtaine – en septembre.

À lire aussi : Pékin peut-il se passer de Hong Kong ?

D’autres, qui sont déjà à l’étranger pour un travail temporaire ou des études, envisagent maintenant de ne jamais rentrer chez eux. Sarah, étudiante à Perth, a déclaré qu’elle ne pensait pas avoir d’autre choix que de rester en Australie après avoir organisé des manifestations de soutien au mouvement antigouvernemental.

Elle était également impliquée dans le mouvement Umbrella 2014, et a déclaré avoir reçu des menaces de mort et vu ses informations personnelles divulguées sur WeChat en raison de son activisme en Australie. Elle a déclaré que ses inquiétudes s’étendaient désormais à ses parents vivant toujours à Hong Kong, qui avaient jeté ses livres de politique et ses t-shirts du syndicat étudiant à sa demande, « au cas où ».

« Ils ne se sentent pas en sécurité, ils ont l’intention de partir et ils ne veulent pas non plus que je rentre chez moi« , a déclaré Sarah. « Je n’avais pas de projets jusqu’à récemment. J’ai toujours voulu obtenir [la résidence permanente] pour que mes parents puissent vivre dans un meilleur environnement, mais pour ma part, j’adorerais travailler à Hong Kong après avoir obtenu la RP en Australie. Mais maintenant, je n’ai plus le choix« .

John, qui étudie à Perth depuis 18 mois, a déclaré qu’il était également inquiet en raison de son militantisme mais qu’il était toujours déchiré à l’idée de rentrer chez lui. « Hong Kong est magnifique« , a-t-il dit. « C’est l’endroit où j’ai grandi et où je me sens chez moi. Ma plus grande inquiétude est ma famille là-bas. Nous n’avons aucune idée de l’endroit où se trouve la « ligne rouge«  ».

 

Des situations différentes

Bien que la crainte de voir les libertés s’amenuiser à nouveau soit importante, les Hongkongais qui évaluent leurs options aujourd’hui peuvent avoir une voie de sortie plus facile que les centaines de milliers d’habitants qui auraient quitté la ville avant 1997. Outre les millions de détenteurs de passeports BN(O) qui peuvent désormais contourner les contrôles d’immigration normaux en Grande-Bretagne, quelque 300 000 résidents détiennent la citoyenneté canadienne ou le statut de résident permanent, dont beaucoup sont des Hongkongais qui ont déjà émigré puis sont rentrés chez eux.

« Un grand nombre d’entre eux peuvent simplement acheter un billet d’avion« , a déclaré Eric Fong, professeur de sociologie et expert en migration à l’université de Hong Kong.

Un facteur qui pèse contre tout exode immédiat est la pandémie de Covid-19, qui a tué plus de 590 000 personnes et en a infecté quelque 13,8 millions d’autres, tout en mettant à genoux les voyages internationaux.

Mais la société de déménagement international Swift Relo, basée à Hong Kong, a déclaré que les restrictions de voyage liées à la maladie ne faisaient que retarder les déménagements déjà décidés.

« Nous recevons beaucoup de demandes pour l’année prochaine, car les gens se préparent, ce qui est inhabituel à cette époque de l’année« , a déclaré le directeur général Piya Narang, la Grande-Bretagne, l’Australie et Singapour étant les trois premières destinations.

Cependant, Fong, de l’université de Hong Kong, a déclaré que les jeunes gens étaient peut-être moins déterminés à partir que leurs parents, n’ayant pas eu la même expérience directe de la Chine continentale que celle qui avait conduit leurs aînés à fuir vers la ville au départ.

À lire aussi : Élections à Hong Kong : victoire des opposants à Pékin

« Tout dépend de ce qui se passera ensuite« , a-t-il déclaré. « Je pense que beaucoup de gens vont attendre et voir. Nous devons également garder à l’esprit qu’il y a une différence entre l’intention et le comportement réel« .

Telle est l’expérience d’Andrew, un consultant indépendant en marketing sportif de 30 ans, qui attend avec impatience de pouvoir obtenir sa résidence au Canada, qu’il a demandée dans le cadre du programme d’entrée rapide pour les travailleurs qualifiés. Il est seul dans son groupe de pairs à franchir le pas, ses amis se demandant s’ils pourront obtenir un emploi à l’étranger ou même s’ils devront commencer une nouvelle carrière.

« En dehors de ma carrière, je suis plus que disposé à commencer une nouvelle vie dans un pays où je me sens plus à l’aise pour l’avenir« , a-t-il déclaré. « Nous savons tous vers quoi se dirige Hong Kong. Je préfère recommencer plus tôt que plus tard« .

 

La « famille d’astronautes »

Les admissions de nouveaux résidents permanents en provenance de Hong Kong ont augmenté de 75,7 % en janvier et février par rapport à l’année précédente, avec 1 500 migrants de Hong Kong se rendant au Canada en 2019, selon les données du gouvernement canadien.

David Ley, associé émérite de la Hong Kong Studies Initiative à l’Université de Colombie britannique du Canada, a déclaré que la migration pourrait voir le retour de la « famille d’astronautes« , dans laquelle le principal soutien de famille vit à Hong Kong tout en subvenant aux besoins de sa famille à l’étranger.

Dans les années 1990, il y avait une expression dans la communauté de Hong Kong à Vancouver : « Hong Kong pour l’argent, Vancouver pour la qualité de vie« , a-t-il dit. « La migration de retour à Hong Kong avait principalement pour but de gagner de l’argent, car relativement peu de Hongkongais réussissaient à gagner de l’argent au Canada. Cette même question sera en jeu lorsqu’il s’agira de partir dans un avenir proche« .

Ley a déclaré que les circonstances étaient très similaires avec la diaspora de Hong Kong qui s’est installée en Australie, et qu’il s’attendait à une réponse similaire maintenant car « l’option de l’astronaute aurait un sens pour de nombreux ménages« .

Mi Chow a quitté Hong Kong à l’adolescence en 1992 pour s’installer à Toronto avec sa mère. Après avoir obtenu son diplôme universitaire, Mi Chow a fait partie des milliers de personnes qui sont retournées dans la ville à l’âge adulte pour y trouver de meilleures perspectives d’emploi en 2000.

« Je pensais qu’il y avait plus de possibilités à Hong Kong. Je voulais avoir un travail plus stimulant, alors j’ai décidé de revenir« , a déclaré la jeune femme de 43 ans, qui travaille dans le domaine du recrutement.

Cependant, elle rentrera au Canada cette année avec son mari et sa fille de huit ans. Elle souhaite que sa fille apprenne le cantonais à Hong Kong et qu’elle retourne ensuite dans ce qu’elle considère comme un système éducatif moins intense.

À lire aussi : Accroissement des violences à Hong Kong

« Nous nous étions fixé cet objectif avant que quelque chose ne se passe l’année dernière. J’ai toujours su que nous finirions par y retourner« , a déclaré Mme Chow, qui décrit la raison de son départ comme apolitique et sa position sur la loi de sécurité nationale comme neutre.

« Nous ne sommes pas dans une situation extrême, donc je pense que nous sommes bien … Géographiquement, Hong Kong est en Chine. C’est quelque chose que nous ne pouvons pas changer, donc si la Chine doit faire quelque chose à Hong Kong, alors elle doit le faire parce que c’est son territoire« .

 

Loin de la facilité

Ceux qui savent ce que c’est que de partir avertissent que commencer une nouvelle vie à l’étranger est loin d’être facile.

Hon Kan a quitté Hong Kong en 1971, alors qu’il n’avait que 17 ans, pour s’installer à Edmonton au Canada afin d’y étudier, car sa sœur y vivait déjà.

Il a déclaré qu’il faisait partie des manifestants pacifiques qui ont pris part aux émeutes de gauche qui ont balayé la ville en 1967, lorsqu’un conflit de travail s’est transformé en manifestations de plus grande ampleur contre le régime colonial britannique, mais il n’est pas parti pour des raisons politiques.

Il sait de première main ce que c’est que de déménager dans un nouveau pays quand on est jeune. Il a rencontré sa nouvelle femme, Constance Liu, lors de son deuxième jour au Canada, après qu’il l’ait aidée à s’installer dans le même immeuble que lui. Cet homme de 66 ans a récemment pris sa retraite après avoir travaillé pendant 40 ans comme ingénieur médical pour la même entreprise, Dow Chemical.

Mais la vie d’un immigrant de la première génération peut être difficile. Kan raconte qu’il a été victime de discrimination dans sa classe qui comptait au moins six diplômés d’origine chinoise ; aucun d’entre eux n’a pu trouver un emploi d’été, alors que les autres étudiants ont pu trouver facilement du travail.

À lire aussi : Taïwan, une autre Chine ?

Il estime néanmoins que le Canada était autrefois plus ouvert aux immigrants ; au cours des dix dernières années, il a constaté une augmentation des groupes d’extrême droite dans le pays, ce qui a entraîné des attitudes moins tolérantes.

« Les gens se considèrent comme des Hongkongais, mais je peux vous dire que lorsque vous êtes ici, les gens vous voient comme des Chinois« , a-t-il déclaré.

Son fils Eugène – qui est né et a grandi dans la ville de Fort Saskatchewan – est d’accord, et n’est pas sûr que les gens qui pensent à émigrer se rendent bien compte des relations raciales complexes qui existent dans des endroits comme le Canada.

« Si vous deviez aller au Canada aujourd’hui… vous devriez faire face à cette approche idéale du multiculturalisme que présente le Canada, qui, je pense, existe psychologiquement et philosophiquement, mais dont la réalité n’est peut-être pas aussi nette que certains pourraient le penser« .

Les Luis comprennent qu’ils pourraient être victimes de discrimination dans leur nouveau pays.

« Nos racines sont [dans cette ville], nous les arrachons pour aller dans un autre pays où nous pourrions encore être victimes d’une certaine discrimination … mais nous préférons encore faire face à cette discrimination plutôt que de rester à Hong Kong avec une telle peur« , a déclaré Joyce.

« Ils ne peuvent pas dire si vous êtes de Hong Kong ou de la Chine continentale. Aux yeux des Occidentaux ou des Caucasiens, vous êtes tous chinois. Ils vous traiteront toujours comme si vous étiez un Chinois de Chine continentale« .

Même si la ville a été secouée par des protestations l’année dernière, certains jeunes Hongkongais ont affirmé qu’ils ne quitteraient pas la ville, invoquant leur amour et leur sens des responsabilités pour Hong Kong et son caractère unique. D’autres ont fait de même depuis l’annonce de la loi sur la sécurité nationale.

Ces dernières années, le flux migratoire s’est inversé, des personnes ayant grandi en Grande-Bretagne, au Canada ou en Australie retournant à Hong Kong pour y chercher du travail. Parmi eux, Eugene Kan, qui a obtenu un diplôme universitaire en économie et sociologie en 2006, a fait ses valises pour Hong Kong afin de poursuivre une carrière de joueur de football professionnel.

À lire aussi : Les aspirations à la liberté de Hong Kong et la faiblesse de la Chine

Après avoir joué pendant une saison, il est devenu directeur de la rédaction de Hypebeast, une plateforme en ligne cotée en bourse pour les vêtements de rue masculins basée dans la ville, avant de co-fonder Maekan, une publication numérique et une communauté ancrée dans les histoires autour de la culture créative.

L’homme de 35 ans décrit son sentiment de « fierté de Hong Kong » après avoir vécu dans la ville pendant plusieurs années. Bien que Kan soit très conscient de la nouvelle normalité, il se sent optimiste quant à la capacité d’adaptation des Hongkongais et n’a pas l’intention de partir.

« J’ai toujours considéré Hong Kong [comme un endroit qui] est quelque peu agile dans sa capacité à aller de l’avant« , a-t-il déclaré.

« Notre identité en tant qu’habitants de Hong Kong, c’est notre capacité à être agiles pour trouver des solutions« .

À propos de l’auteur
Revue Conflits

Revue Conflits

Fondée en 2014, Conflits est devenue la principale revue francophone de géopolitique. Elle publie sur tous les supports (magazine, web, podcast, vidéos) et regroupe les auteurs de l'école de géopolitique réaliste et pragmatique.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest