Chine : reprise économique et moins de dépendance à la technologie américaine

23 décembre 2020

Temps de lecture : 4 minutes
Photo : Le personnel de la China Semiconductor Manufacturing Corporation (SMIC) présente à Shanghai sa dernière puce de serveur à la China International Semiconductor Expo 2020 le 14 octobre 2020 (c) Sipa SIPAUSA30239417_000009
Abonnement Conflits

Chine : reprise économique et moins de dépendance à la technologie américaine

par

Une réunion de planification économique à laquelle ont participé les principaux dirigeants chinois s’est terminée sur une note inhabituellement triomphaliste concernant la reprise post Covid du pays, alors que Pékin a défini une série de politiques visant à renforcer l’autonomie du pays dans le contexte des tensions actuelles avec les États-Unis.

 

Article du South China Morning Post. Traduction de Conflits.

 

  • La Central Economic Work Conference se termine sur le thème de la reprise historique du pays après la Covid-19 et sur les plans visant à renforcer l’autonomie
  • La dépendance continue de la Chine à l’égard de la technologie américaine est l’un des principaux points faibles que les responsables politiques essayent de corriger

 

La déclaration publiée vendredi soir à la fin de la Conférence centrale sur le travail économique a fait ressortir que la Chine était la seule grande économie à afficher une croissance positive, affirmant qu’elle pouvait « satisfaire la population, attirer l’attention du monde et entrer dans l’histoire ».

Toutefois, les dirigeants ont également mis en garde contre les risques d’une reprise déséquilibrée et instable compte tenu des incertitudes extérieures.

Alors que les objectifs économiques de cette année étaient axés sur la lutte contre la pauvreté et la pollution, les plans pour 2021 – annoncés quelques semaines après la publication par les autorités du dernier plan quinquennal – semblent être plus stratégiques et se concentrent sur la stimulation de l’innovation, l’autonomie de la chaîne d’approvisionnement et la demande intérieure.

Il est également prévu d’améliorer la sécurité alimentaire, de renforcer les mesures anti-monopoles, de s’attaquer aux problèmes de logement et d’atteindre le pic des émissions de carbone d’ici 2035.

« La lecture du CEWC cette année est la plus intéressante et la plus notable depuis 2016, lorsque Xi Jinping a profité de la conférence pour lancer officiellement sa campagne de réduction des risques financiers », a écrit dans une note Michael Hirson, responsable de la Chine au sein du groupe Eurasia basé aux États-Unis.

« Il n’y a pas de thème dominant similaire cette année ou de changement discret de politique, mais une hiérarchisation et une articulation inhabituellement claires de l’agenda économique et géopolitique de Xi alors que Pékin trace sa voie pour l’avenir post-pandémique, en particulier en stimulant l’innovation intérieure et en réduisant la dépendance aux technologies américaines ».

Larry Hu, économiste en chef pour la Chine du groupe Macquarie, a déclaré dans une note : « Outre la limitation des grandes technologies [anti-monopole], le reste est soumis à ce qu’on appelle la double circulation, qui a deux implications : l’autosuffisance et la demande intérieure. Pékin a adopté une telle stratégie parce qu’il considère le découplage entre la Chine et les États-Unis comme son plus grand défi à long terme ». « En tant que tel, Pékin a fait de la « sécurité » et de la « croissance » les deux premières priorités de sa stratégie de croissance à long terme, qui sous-tend les huit grandes tâches ci-dessus ».

 

A lire aussi : Chine/Etats-Unis : être le premier

 

Les politiques de Pékin pour stimuler l’innovation comprennent un plan décennal visant à créer des centres de recherche et d’innovation pour résoudre des problèmes tels que la dépendance de la Chine vis-à-vis des approvisionnements extérieurs de produits tels que les semi-conducteurs, une des principales faiblesses dans la concurrence technologique avec les États-Unis.

Alors que les dépenses globales de la Chine en matière de recherche et de développement ont atteint 2,2 % du PIB l’année dernière, soit un peu moins que les 2,8 % des États-Unis, seuls 6 % de ses dépenses de R&D ont été consacrés à la recherche fondamentale, ce qui est bien inférieur à la moyenne de 15 % des pays développés, selon les données du gouvernement.

Elle prévoit également de se concentrer sur les problèmes de la chaîne d’approvisionnement en résolvant les « goulets d’étranglement » technologiques et en mettant l’accent sur ses « avantages uniques » afin de réduire sa dépendance vis-à-vis des États-Unis et des autres pays.

La Chine envisagera aussi activement de rejoindre l’accord de partenariat transpacifique global et progressif, un bloc commercial de 11 pays, dont les États-Unis se sont retirés sous l’administration Trump.

« Cela doit être considéré comme un objectif à long terme, surtout dans un avenir prévisible, mais il ne faut pas l’écarter complètement – l’objectif est ambitieux mais contribuera à façonner l’agenda politique de la Chine, y compris dans des domaines tels que la gouvernance des données. Elle marque l’ambition de Xi, mais aussi la crainte d’être isolé alors que le nouveau gouvernement Biden cherche à créer des coalitions pour faire pression sur la Chine en matière de politiques commerciales et technologiques clés », a déclaré M. Hirson.

Ren Zeping, économiste en chef de l’Evergrande Research Institute, a déclaré que le président élu Joe Biden sauvegarderait inévitablement les intérêts américains et briderait la Chine.

« Biden et [Donald] Trump considèrent tous deux l’essor de la Chine comme un défi pour les États-Unis. Cependant, il y a une différence entre les stratégies de Biden et de Trump envers la Chine. Biden s’oppose à l’endiguement unilatéral de Trump et à ses idées antimondialisation, et espère restreindre la Chine par le biais d’alliances », a déclaré M. Ren.

En dépit d’un ton optimiste, la déclaration de vendredi a également identifié plusieurs risques pour l’économie, allant de la montée en flèche des niveaux d’endettement et des préoccupations allant de la liquidité des banques à la hausse des défauts de paiement des obligations et à l’instabilité des marchés locatifs dans tout le pays.

Cette année, le ratio dette/PIB de la Chine pourrait augmenter de 25 points de pourcentage par rapport à l’année dernière pour atteindre 270 %, en partie en raison des mesures visant à stimuler la reprise économique cette année.

Pékin a l’intention de réduire la croissance globale du crédit l’année prochaine pour qu’elle corresponde à la croissance du PIB nominal.

 

À propos de l’auteur
South China Morning Post

South China Morning Post

Le South China Morning Post est l'un des plus anciens journal d'Asie. Il a été fondé en 1903 à Hong Kong. La marque possède aujourd'hui de nombreux titres de presse et diffuse en Chine continentale, à Hong Kong et dans le reste de l'Asie. C'est l'un des principaux journaux de langue anglaise de la région.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest