Sommet de l’OCS : la Chine cimente sa domination en Asie centrale

22 septembre 2022

Temps de lecture : 4 minutes
Photo : Mandatory Credit: Photo by Kyrgyzstan President Office/UPI/Shutterstock (13395943a) (L-R) Indian Prime Minister Narendra Modi, Kazakhstan's President Kassym-Jomart Tokayev, Kyrgyz President Sadyr Japarov, Chinese President Xi Jinping and Uzbek President Shavkat Mirziyoyev, pose for a family photo during the Shanghai Cooperation Organisation (SCO) leaders' summit in Samarkand, Uzbekistan on Friday on September 16, 2022. Shanghai Cooperation Organisation (SCO) Leaders' Summit in Samarkand, Uzbekistan - 16 Sep 2022/shutterstock_editorial_Shanghai_Cooperation_Organisat_13395943a//2209162208
Abonnement Conflits

Sommet de l’OCS : la Chine cimente sa domination en Asie centrale

par

Le sommet de l‘Organisation de coopération de Shanghai à Samarcande (ou Samarkand) a illustré la diminution du rôle régional de Moscou et la montée en puissance de la Chine en Asie centrale.

Un article de Joe Webster publié sur Eurasianet. Traduction de Conflits.

https://eurasianet.org/perspectives-china-cements-its-dominance-in-central-asia

La stature de Vladimir Poutine s’est vue réduite à Samarcande. Lors du sommet de l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) qui s’est tenu en Ouzbékistan la semaine dernière, le dirigeant russe assiégé s’est essentiellement excusé auprès de son homologue chinois, a dû faire face aux réprimandes du Premier ministre indien et a attendu sans ménagement que le président kirghize arrive en retard à une réunion bilatérale. Le sommet de l’OCS a fourni une preuve visuelle et en temps réel de la diminution de la position de la Russie en Asie centrale, qui s’est affaiblie en raison de l’invasion stupide et mal exécutée de l’Ukraine par le Kremlin.

Alors que l’influence déjà érodée de Moscou en Asie centrale est appelée à décliner encore plus rapidement, la Chine restera quelque peu réticente à assumer l’hégémonie régionale, par crainte de contrarier son partenaire junior. Néanmoins, les récentes visites de Xi Jinping au Kazakhstan et en Ouzbékistan, respectivement les pays les plus riches et les plus peuplés d’Asie centrale, et d’autres actions chinoises suggèrent que Pékin est de plus en plus disposé à affirmer ses intérêts régionaux, même aux dépens de Moscou. Si l’essor de la Chine comporte de nouveaux risques pour la région, il pourrait également offrir de nouvelles opportunités économiques.

A lire également :

Nouvelle donne dans le Caucase

Partage de l’Asie

Pékin et Moscou ont, au cours de l’histoire récente, procédé à une division du travail en Asie centrale : La Chine a joué un rôle économique de premier plan, mais s’en est généralement remise à la Russie pour les questions de sécurité, y compris le soulèvement du Kazakhstan en janvier dernier, qui a été réprimé, en partie, par l’Organisation du traité de sécurité collective dirigée par Moscou.

La capacité et la volonté de la Russie de conserver son rôle dans la sécurité régionale sont douteuses. Les performances de l’armée russe en Ukraine ont été extraordinairement peu impressionnantes – il faudra des années pour que les forces armées russes retrouvent leur état d’avant-guerre. La Russie restera un acteur important dans les affaires de sécurité de l’Asie centrale, mais son influence décline.

La Chine comblera probablement ce vide sécuritaire, quoique de manière quelque peu ambivalente. La République populaire dispose de la deuxième armée la plus puissante du monde et a la capacité de dominer la sécurité en Asie centrale. Mais la Chine continuera à essayer de minimiser son rôle pour des raisons politiques. Pékin considère toujours Moscou comme un compagnon utile dans sa compétition avec l’Occident, en particulier les États-Unis, et tentera de s’en remettre symboliquement au Kremlin lorsque cela sera possible, étant donné le rôle historique de la Russie dans la région et la nécessité de calmer l’ego et les inquiétudes de Moscou. En outre, l’Asie centrale n’est qu’une priorité tertiaire pour Pékin, qui a de plus grandes ambitions concernant Taïwan et l’Asie du Sud-Est.

A lire également :

L’État islamique menace les entreprises d’Asie centrale et de Chine en Afghanistan

Pékin a cependant des intérêts économiques importants et croissants en Asie centrale, puisque la Chine et les cinq pays d’Asie centrale ont réalisé pour 48 milliards de dollars d’échanges bilatéraux de marchandises l’année dernière. L’Asie centrale est également un important exportateur d’hydrocarbures et touche directement les intérêts économiques chinois, par le biais des gazoducs reliant l’Asie centrale à la Chine, et indirectement, par les exportations de pétrole du Kazakhstan vers l’ouest. L’Asie centrale dispose également d’un bon potentiel d’énergie solaire et éolienne, ce qui pourrait constituer un marché pour les fabricants chinois. En outre, la ligne ferroviaire Chine-Kirghizistan-Ouzbékistan (CKU) a fait quelques progrès l’année dernière ; si elle se concrétise, elle pourrait réduire de 900 kilomètres les distances de fret ferroviaire entre la Chine et l’Europe et raccourcir d’une semaine le temps de transport.

Certains des intérêts économiques régionaux de Pékin sont en contradiction avec ceux de Moscou. Les exportations de pétrole et de gaz de l’Asie centrale sont en concurrence avec celles de la Russie, tandis que le chemin de fer CKU contournerait également la Russie. Et Pékin montre aussi une volonté croissante d’affirmer ses intérêts régionaux.

Affirmation des intérêts régionaux de Pékin

Pékin a réagi au blocage par la Russie des exportations de pétrole kazakhstanais en stoppant les principaux investissements en Russie, en avertissant les entreprises publiques du secteur de l’énergie d’éviter tout achat « précipité » et en publiant une histoire du gaz naturel à Pékin qui a ostensiblement omis l’oléoduc Russie-Chine Power of Siberia, d’une valeur de 55 milliards de dollars, qui a été inauguré en 2019. En rendant visite au président du Kazakhstan la veille de voir Poutine au sommet de l’OCS, Xi s’est également engagé à « soutenir résolument le Kazakhstan dans la défense de son indépendance, de sa souveraineté et de son intégrité territoriale », mettant en garde – dans un clin d’œil clair aux menaces russes – contre « l’ingérence de toute force dans les affaires intérieures de votre pays. »

A lire également :

L’Asie centrale : histoire, économie, permanences. Du monde perdu d’Alexandre aux nouvelles routes de la soie

Pékin et Moscou continuent de partager de nombreux intérêts communs en Asie centrale. Les deux parties sont profondément hostiles aux démocraties constitutionnelles dirigées par Washington et Bruxelles, névralgiques quant aux mouvements pro-démocratiques régionaux et craignent que les groupes extrémistes islamistes n’utilisent l’Asie centrale comme tremplin. Néanmoins, les deux parties peuvent se bousculer pour l’influence régionale, en raison d’intérêts économiques et sécuritaires contradictoires. La puissance et l’influence de la Russie s’érodant rapidement à la suite de son invasion de l’Ukraine, la Chine est l’acteur régional le plus important et elle est de plus en plus disposée et capable d’écarter son partenaire junior, plus faible.

Si une Chine dominante sur le plan régional comporte de nouveaux risques pour les États d’Asie centrale, elle pourrait également leur apporter des avantages économiques. Pékin est traditionnellement beaucoup plus accommodant pour le commerce international que Moscou et plus favorable aux liens économiques intrarégionaux. Si les pays d’Asie centrale continueront à disposer d’une marge de manœuvre limitée en raison de la puissance écrasante de leurs voisins autoritaires, la transition du pouvoir dans la région pourrait apporter de nouvelles opportunités.

A lire également :

« La Chine tente de faire reconnaitre le régime des talibans ». Entretien avec Ali Maisam Nazary

Joe Webster est chargé de mission au Conseil atlantique, il contribue au China Project et est rédacteur en chef du China-Russia Report. Les opinions exprimées dans cet article sont les siennes.

À propos de l’auteur
Eurasianet

Eurasianet

La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Nouvelle donne en Arctique

L'Arctique suscite de nombreuses convoitises et interrogations pour le futur. Entre rivalité des puissances voisines et possible exploitation géologique, cet ...

Pin It on Pinterest