Russie – États-Unis : des relations compliquées mais un long compagnonnage historique

2 janvier 2020

Temps de lecture : 17 minutes
Photo : Donald Trump et Vladimir Poutine lors du G20 à Osaka au Japon le 28 juin 2019, Auteurs : Kommersant/SIPA, Numéro de reportage : SIPAUSA30173317_000003.
Abonnement Conflits

Russie – États-Unis : des relations compliquées mais un long compagnonnage historique

par

Russie et États-Unis sont aujourd’hui dans une relation de nouvelle guerre froide, où chacun se sert de l’autre comme d’un ennemi idéal. Il n’en a pas toujours été ainsi et les deux pays ont souvent été alliés. Retour sur deux siècles de relations diplomatiques tumultueuses, qui permettent de mieux comprendre les positions de Washington et de Moscou aujourd’hui.

 

Certains commentaires sur l’état actuel des relations russo-américaines, en particulier parmi les Européens favorables au Kremlin, ont affirmé que Vladimir Poutine est l’ennemi « idéal » ou « utile » de l’Amérique, ce qui implique que les États-Unis sont entièrement, ou presque entièrement, responsable des tensions avec la Russie de Poutine, de la fragilité des relations et tirent en quelque sorte profit de l’état actuel d’hostilité avec la Russie. L’état actuel des relations entre les États-Unis et la Russie ne saurait toutefois être considéré comme idéal ou utile du point de vue de qui que ce soit. Les États-Unis ne se réjouissent pas secrètement des tensions actuelles avec Moscou – peu d’entre eux en profitent, sauf des acteurs tels que la Chine. En particulier parce que l’aliénation de la Russie par rapport aux États-Unis et à une grande partie de l’Europe rend Moscou encore plus dépendante de ses relations avec la Chine, et donc moins apte à travailler pour atténuer l’asymétrie croissante des puissances, le long de ses régions orientales vulnérables. L’Iran, le régime Assad en Syrie et celui de Maduro au Venezuela ont aussi intérêt à des tensions accrues entre les États-Unis et la Russie. Mais il n’est certainement pas dans l’intérêt à long terme de la Russie ni des États-Unis que les relations continuent de dégénérer en un état d’hostilité semi-permanente. La situation actuelle, plutôt que d’être utile aux États-Unis, est plus justement qualifiée de tragique.

 

Russie et États-Unis se voient tous les deux comme des ennemis

 

La politique étrangère et la politique intérieure ne sont jamais compartimentées de façon nette dans un pays et chacune influence toujours l’autre, dans ce qui est généralement une relation complexe. Dans le cas des relations russo-américaines, tant en Russie qu’aux États-Unis, les relations se sont imbriquées dans la politique intérieure de l’autre à un degré qui a contribué de façon substantielle à la trajectoire négative et a aidé à solidifier l’hostilité actuelle. L’antiaméricanisme du gouvernement russe a été largement alimenté par la dynamique et les besoins de la politique intérieure, comme l’a affirmé à maintes reprises, et à juste titre, Dimitri Trenin, le directeur du Carnegie Moscow Center[simple_tooltip content=’Voir par exemple, Dimitri Trenin, “Russia’s New Anti-Americanism”, Carnegie Europe, May 24, 2013, available at: https://carnegieeurope.eu/strategiceurope/51894′](1)[/simple_tooltip].  Poutine a généreusement dépeint l’Occident comme étant constamment hostile à la nation russe et a réussi à créer une mentalité de siège au sein de la Russie, un récit « nous contre eux » qui lui a permis de renforcer son soutien politique intérieur dans un contexte de problèmes économiques, de corruption endémique et d’autres sources de mécontentement qui menacent sa position politique dans le pays. La plupart des représentations russes des États-Unis sont caractérisées par la théorie de la conspiration qui est utilisée pour renforcer l’appui à Poutine en le présentant comme un défenseur de la nation russe et des valeurs russes face à un Occident libertin qui a oublié ses racines civilisationnelles judéo-chrétiennes. Bien que Vladimir Poutine ne soit pas un parangon de vertu chrétienne, cette idée a infusé auprès de nombreux Occidentaux, notamment parce qu’il y a une certaine vérité dans ces accusations.

A lire aussi: Livre-Guerre froide. Menace, paranoïa et manipulation du rideau de fer à la chute du communisme

Le fait qu’une grande partie de l’appareil d’État russe, et en particulier ses services de sécurité, ne croit pas que la guerre froide ait véritablement pris fin, mais qu’elle a simplement pris une forme différente – et ils n’ont jamais cessé de considérer les États-Unis comme l’ennemi – ne fait qu’aggraver les choses. Il en est résulté un état d’esprit qui tend à considérer que tout ce que fait Washington est motivé par des motifs sombres et sinistres plutôt que d’être ce qu’il a tendance à être : une négligence bénigne et des « gaffes » irréfléchies bien plus que des tours de passe-passe intentionnels et une victimisation de la Russie. Les théories de la conspiration et le sentiment d’être lésé par les récits historiques favoris de la Russie ont fait en sorte que les États-Unis ont été dépeints dans les médias russes, et considérés par une grande partie du public russe, comme le principal adversaire de la Russie.

 

Les théories russes du complot font même partie de la formation et de l’éducation des étudiants russes, en particulier de ceux qui étudient la politique étrangère. Un chercheur russe a fait des recherches sur les théories de conspiration géopolitique russes et a trouvé près de 100 théories de ce genre dans les manuels de géopolitique russes utilisés dans les universités et les écoles supérieures de Russie. Ces textes (qui remontent aux années 1990) prétendent que les États-Unis constituent une menace existentielle pour la Russie, qu’ils cherchent à la désintégrer ou qu’ils veulent prendre le contrôle de son économie ou de ses ressources naturelles[2][simple_tooltip content=’Serghei Golunov, “What Should Students Know about Russia’s Enemies? Conspiracy Theories in Russian Geopolitical Textbooks”, Policy Memo 358, February 2015, PONARS Eurasia, accessed at: http://www.ponarseurasia.org/memo/conspiracy-theories-russian-geopolitical’](2)[/simple_tooltip].  Dans un cas, l’auteur d’un manuel de géopolitique cite comme authentique un faux « document américain » qui prétend enregistrer le président Bill Clinton parlant des efforts américains dans les années 1990 pour détruire la Russie et disant que sa destruction sera la première priorité de l’Amérique au cours de la prochaine décennie[3][simple_tooltip content=’Anatoly Marinchenko, Geopolitika (Moscow: INFRA-M, 2010), p. 252-253.’](3)[/simple_tooltip].  Les médias russes doublent la mise sur ce point et d’une manière qui est à la hauteur même des médias américains au cours des dernières années, dont la couverture a un impact sur les perceptions du public russe à l’égard des États-Unis.

 

La mauvaise image de la Russie se développe aussi aux États-Unis

 

La politique intérieure américaine a également vu la politique russe acquérir une toxicité et un caractère très chargé au cours des dernières années, comme cela n’avait pas été le cas depuis la guerre froide. Les démocrates et la gauche américaine ont tenté de se servir de la Russie comme d’un bâton pour battre le président Trump et ses partisans, faisant d’elle une arme politique intérieure dans un environnement politique américain qui a atteint le niveau le plus toxique qu’il ne l’a été depuis au moins un demi-siècle, ce qui rend extrêmement difficile l’élaboration d’une politique à long terme, sobre, nuancée et soutenue publiquement à l’égard de la Russie. Ceux qui remettent en question le récit dominant de la plupart des médias américains et des démocrates sont immédiatement attaqués en tant que dupes russes ou agents de la propagande russe.

A lire aussi: Une nouvelle guerre froide ?

Une grande partie de la population russe est convaincue que les États-Unis et une large part de l’Occident détestent la Russie et comprennent mal sa culture – une perception qui contribue à alimenter le ressentiment russe. Si l’on considère la représentation de la Russie par une grande partie des médias américains et par le Parti démocrate actuel, on peut penser que les Russes, du moins, dans une certaine mesure, ont raison. Les grands médias américains, tels qu’ils sont, ont contribué à alimenter une pensée simpliste et une certaine paranoïa à propos de tout ce qui est russe, presque au point que si l’on commande une vinaigrette russe sur sa salade, on est accusé de « collusion ». La représentation médiatique américaine typique de Vladimir Poutine a également été unidimensionnelle et caricaturale, Poutine étant le plus souvent présenté comme un génie maléfique qui est responsable de la plupart, sinon de la totalité, des maux de ce monde. En réalité, Vladimir Poutine n’est pas un cerveau stratégique ou un génie maléfique, mais plutôt un opportuniste qui réagit aux événements et aux occasions qui se présentent – il est bien plus un tacticien dont les plans et les paris échouent plus souvent qu’ils n’atteignent leurs objectifs.

 

La théorie de la « collusion » colportée par les démocrates, une grande partie des médias américains et plusieurs anciens hauts responsables du renseignement américain, dont l’ancien directeur de la CIA John Brennan et l’ancien DNI James Clapper, a été réfutée après une enquête de deux ans menée par Robert Mueller. Les médias américains, cependant, ont continué, pour la plupart, à avancer l’hypothèse que l’administration Trump et Vladimir Poutine travaillent en secret, en coulisse, pour saper la puissance et le prestige des États-Unis et pour stimuler ceux de la Russie. Le fait que les principaux chefs des services de renseignements américains fassent circuler des théories de conspiration comme s’il s’agissait de faits dans les médias nationaux, dans le but apparent est de nuire à un président avec lequel ils ne sont pas d’accord et de rehausser leur propre réputation publique est non seulement méprisable, mais nuit encore aux relations russo-américaines et, en particulier, à l’environnement public dans lequel la politique étrangère est élaborée dans une démocratie. Cela diminue également la confiance du public américain dans leurs services de renseignement. Le fait que la grande majorité des médias américains soient des meneurs dans ce processus n’a fait qu’aggraver le problème, brouillant davantage les pistes, divisant le pays et rendant de plus en plus difficile l’accès à un public américain informé, capable de discuter et de débattre de la politique russe de manière éclairée, équilibrée et impartiale.

A lire aussi: Apocalypse : la guerre froide, 1965-1991

La nature simpliste du traitement de la Russie par les médias américains, ainsi que la manière dont de nombreux politiciens démocrates ont utilisé la Russie comme un calembour anti-Trump, ne nie cependant pas le fait que la Russie a fait des efforts pour gagner la colère des Américains et, dans une très large mesure, est elle-même responsable de l’état actuel de la relation. Le bourdonnement agressif des avions de chasse russes autour des navires américains en patrouille dans les eaux internationales, des questions telles que la tentative, l’an dernier, d’un navire de guerre russe, dans la mer des Philippines, de percuter un navire de guerre américain, sont tous des événements relativement mineurs, mais qui reflètent l’intention de la Russie de faire des efforts pour faire claquer son épée de façon agressive. D’autres exemples comme le refus des autorités russes, en août dernier, de permettre à un avion transportant un attaché militaire américain malade nécessitant des soins médicaux urgents de quitter Moscou pour l’Allemagne pendant plusieurs heures, mettant ainsi sa vie en danger, sans aucune justification pour ce retard[simple_tooltip content=’Michael Crowley and Eric Schmitt, “Russia Held Up an Ailing American Military Attaché From Leaving Moscow,” The New York Times, November 2, 2019.’](4)[/simple_tooltip].  Des vidéos de ces dernières années montrent un tel comportement de voyou : un garde de sécurité russe stationné à l’entrée de l’ambassade des États-Unis à Moscou a agressé physiquement un diplomate américain à son arrivée au bureau, lui cassant l’épaule, avant que le diplomate ne puisse se libérer et entrer dans l’ambassade[simple_tooltip content=’“Footage Shows US Diplomat, Russian Guard Grappling on Embassy Steps,” Reuters, July 7, 2016, available online at: https://www.reuters.com/article/us-russia-usa-diplomacy-idUSKCN0ZN1Q2′](5)[/simple_tooltip].  Les tentatives russes d’intimidation des responsables américains sont maintenant, malheureusement, attendues par les diplomates américains travaillant en Russie. Les services de sécurité russes ont fait un effort conscient pour que les responsables américains et étrangers et leurs familles ressentent ouvertement l’hostilité pendant leur séjour en Russie – comme s’ils se trouvaient en territoire ennemi, selon Daniel Hoffman, un ancien responsable de la CIA qui a passé cinq ans à Moscou et qui y a consacré une grande partie de sa carrière active de près de trois décennies à la Russie[simple_tooltip content=’Michael Crowley and Eric Schmitt.’](6)[/simple_tooltip].  Et c’est peu en comparaison de l’empoisonnement et de l’assassinat, sous d’autres formes, de critiques du régime vivant à l’intérieur et à l’extérieur de la Russie. Plus fondamentalement, la Russie a soutenu activement des acteurs voyous dans le monde entier, notamment les mollahs d’Iran, Nicolas Maduro au Venezuela, Bachar al-Assad en Syrie, etc.

 

Une mauvaise image réciproque

 

Les perceptions mutuelles sont actuellement au plus bas, dans l’ère de l’après-guerre froide. Gallup a publié des données au début de 2019 qui révèlent que 52 % des Américains croient que la puissance militaire russe constitue une menace directe pour les États-Unis et environ un tiers d’entre eux croient que la Russie est la principale menace à laquelle les États-Unis font face sur la scène mondiale, devançant les menaces perçues de la Corée du Nord et de la Chine. Le nombre de personnes ayant une opinion défavorable de la Russie est de 73 %. Du côté russe, le respecté Levada Center, le seul organisme de sondage indépendant de Russie, a constaté en 2018 que les deux tiers des Russes considéraient les États-Unis comme le principal ennemi de la Russie. Cependant, l’Américain moyen et le Russe moyen, respectivement, ont peu d’expérience ni de compréhension culturelle de l’autre.

 

Mais de nombreux points communs

 

Malgré l’histoire récente, les attitudes, les tendances actuelles et l’histoire de la confrontation de la guerre froide, la Russie et les États-Unis ne sont toutefois pas condamnés, culturellement et historiquement, à la confrontation ou à l’inimitié. Au contraire, malgré le fait que la gouvernance et les structures sociales ont été très différentes historiquement, il existe d’importantes similitudes culturelles et historiques et il y a eu, à de nombreuses reprises, dans nos histoires mutuelles, où les liens ont été beaucoup plus bénéfiques (et même chaleureux) qu’ils ne le sont actuellement. Les deux pays, par exemple, ont des histoires en tant que nations « chrétiennes », la Russie revendiquant un héritage chrétien remontant au baptême de la Rus en 988 et les États-Unis ayant été profondément marqués par la christianité depuis le premier flux de colons anglais vers le Nouveau Monde au début du XVIIe siècle, en passant par le développement de l’autonomie gouvernementale américaine à l’époque coloniale, et peut-être de façon plus évidente, lors de la fondation des États-Unis[simple_tooltip content=’ Among other good historical studies of this, see Mark Hall, Did America Have a Christian Founding? Separating Modern Myth from Historical Truth (Nashville, TN: Nelson Books, 2019).’](7)[/simple_tooltip].  Les deux peuples ont un sens de l’exception profondément ancré dans leur identité chrétienne historique respective – un sens de l’exception qui a façonné leur sens de la mission sur la scène mondiale.

 

La Russie et les États-Unis ont chacun l’expérience de la colonisation de vastes étendues de terre sauvage et de la domination de peuples autochtones moins sophistiqués sur le plan technologique, les Américains à l’ouest et les Russes à l’est. Les deux pays doivent encore faire face aux conséquences de cet assujettissement, car les tribus autochtones des États-Unis et de la Sibérie souffrent d’inégalités et d’autres malignités sociales. La Russie et les États-Unis ont également chacun une histoire d’esclavage – principalement (mais pas uniquement) l’esclavage africain aux États-Unis et le servage en Russie, qui continuent tous deux à se répercuter dans leurs nations respectives. Par une coïncidence historique intéressante, le tsar réformiste Alexandre II a aboli le servage en 1861 (dans une loi portant un titre similaire à celui de Lincoln, la Réforme de l’émancipation), peu avant que Lincoln n’émette la Proclamation d’émancipation. En bref, les deux peuples partagent de nombreux traits de caractère et tous deux trouvent dans l’autre, d’une certaine façon, un miroir d’eux-mêmes.

A lire aussi: La Russie entre peurs et défis

Les attitudes et les actions de la Russie autour de la Révolution américaine ont permis à l’Amérique de gagner son indépendance de la Grande-Bretagne. Au début de la Révolution américaine, en 1775, le roi britannique George III, qui manquait de troupes et d’argent pour payer les autres afin de mener les combats de la Grande-Bretagne, a demandé à Catherine la Grande de lui fournir 20.000 soldats russes pour l’aider à tuer la Révolution américaine. Après avoir fait durer les pourparlers, Catherine a fini par répondre négativement, humiliant le roi George et l’obligeant à se tourner vers les Hessois pour être ses mercenaires, permettant ainsi aux dirigeants américains indépendantistes d’organiser l’armée continentale et de consolider le pouvoir politique chez eux. À plusieurs reprises pendant la guerre, la Grande-Bretagne a tenté de négocier une alliance avec Catherine, mais toutes ces tentatives ont été repoussées. Elle a déclaré, dans sa correspondance privée, que les Américains avaient raison, que l’Angleterre avait provoqué la querelle sans raison valable et qu’elle s’attendait à ce que les colonies gagnent leur indépendance[simple_tooltip content=’Frank A. Golder, “Catherine II and the American Revolution,” American Historical Review, XXI (October 1915), No. 1, p. 92-96.’](8)[/simple_tooltip].

 

Plusieurs années après la Révolution, Catherine, amoureuse de la réputation de John Paul Jones, fondateur de la Marine des États-Unis, le recruta pour être contre-amiral pendant un certain temps, au début de la guerre russo-turque (1787-1792), et il reçut sa commission de la main de Catherine elle-même. Environ vingt ans plus tard, John Quincy Adams devint le Premier ministre américain en Russie sous le président américain James Madison, et développa une étroite relation avec le tsar Alexandre Ier pendant la période critique où ce dernier passa du statut d’allié de Napoléon à celui de victime d’une invasion. Adams s’est beaucoup attaché à Alexandre et a été impressionné par la piété chrétienne de la Russie, bien qu’elle soit d’un type très différent de sa dévotion protestante de Nouvelle-Angleterre. Il était critique du système politique autocratique russe, pourtant aimant de nombreux aspects de la culture russe. Une statue d’Adams se tient toujours à l’extérieur de la résidence de l’ambassadeur américain à Moscou.

 

Les États-Unis et la Russie ont longtemps été alliées

 

Pendant la guerre civile américaine, la Grande-Bretagne et la France ont soutenu la Confédération et les Britanniques et l’administration Lincoln ont frôlé la guerre[simple_tooltip content=’La Suisse a aussi soutenu la cause de l’Union.’](9)[/simple_tooltip] – un événement qui se serait avéré désastreux pour la capacité de Lincoln à poursuivre la guerre civile et à sauver l’Union. La Russie, sous le tsar Alexandre II, qui venait de mener la guerre de Crimée contre la Grande-Bretagne et la France (pendant laquelle les Russes, soutenus par les Américains, ont courtisé les États-Unis), a été la seule grande puissance européenne à s’allier au gouvernement de Lincoln, et joua un rôle clé en freinant les desseins britanniques et français et en donnant à Lincoln une plus grande liberté d’action chez lui, en particulier lorsque des victoires confédérées répétées plus tôt dans la guerre firent croire que l’Union ne l’emporterait pas et tentèrent les Britanniques et les Français d’intervenir du côté de la Confédération. Le fils de John Quincy Adams, Charles Francis Adams, était à l’époque l’ambassadeur américain en Grande-Bretagne. En octobre 1862, l’envoyé américain à Saint-Pétersbourg fut informé par le prince Gortchakov, le respecté et de longue date ministre russe des Affaires étrangères, que « Nous souhaitons par-dessus tout le maintien de l’Union américaine en tant que nation indivisible »[simple_tooltip content=’US Department of State, Papers Relating to the Foreign Relations of the United States, Bayard Taylor to Secretary Seward, October 29, 1862 (Washington, D.C.: US Government Printing Office, 1864), p. 463-464.’](10)[/simple_tooltip].

 

En 1863, la marine russe a fait une démonstration de soutien au gouvernement de Lincoln, avec une flotte passant plusieurs mois dans le port de New York (les chantiers navals de New York avaient construit, en 1857-1859, une frégate russe sous contrat avec la marine impériale russe), où elle a été accueillie par des défilés et des revues militaires par les New-Yorkais, et une seconde flotte hivernant à San Francisco. La flotte russe de la côte a fait des visites portuaires à Philadelphie, Baltimore, Annapolis et Washington, où elle a reçu à son bord des membres du cabinet de Lincoln et du Congrès de l’Union. En cas de guerre avec la Grande-Bretagne et la France, les Russes supposaient qu’ils seraient des alliés et entreprendraient une action militaire conjointe avec le gouvernement de Lincoln.

A lire aussi: Donald Trump en a-t-il fini avec les néoconservateurs ?

Le fait que les actions russes, pendant la guerre civile américaine, aient été motivées non pas par l’altruisme, mais par un calcul des intérêts, ne rend pas moins vrai que la présence de ces flottes a contribué à la capacité de Lincoln de préserver l’Union. À cette époque, la relation spéciale la plus importante que les États-Unis avaient peut-être n’était pas avec la Grande-Bretagne, mais avec la Russie. Le regretté et respecté historien de l’université Columbia, Allan Nevins, l’un des plus éminents historiens de la guerre de Sécession du XXe siècle, est allé jusqu’à affirmer cela :

 

« Il n’est pas exagéré de dire que l’avenir du monde tel que nous le connaissons était en jeu. Un conflit entre la Grande-Bretagne et l’Amérique aurait anéanti tout espoir de compréhension mutuelle et de collaboration croissante qui a conduit à l’alliance pratique de 1917-18 à l’alliance pure et simple qui a débuté en 1941. Elle aurait rendu beaucoup plus difficile, sinon impossible, la coalition qui a vaincu les puissances centrales pendant la Première Guerre mondiale, qui a terrassé la tyrannie nazie pendant la Seconde Guerre mondiale et qui a établi le front inébranlable de la liberté occidentale contre le communisme. La participation anglo-française au conflit américain aurait probablement confirmé la scission et l’affaiblissement consécutif des États-Unis. Les forces du libéralisme dans le monde moderne auraient reçu un revers désastreux[simple_tooltip content=’Allan Nevins, War for the Union: War Becomes Revolution – 1862-1863 (New York: Charles Scribner’s Sons, 1960), p. 242.’](11)[/simple_tooltip]. » 

 

L’alliance de l’époque contemporaine

 

À la fin des années 1870, les États-Unis ont soutenu la Russie dans une autre guerres russo-turques, lui fournissant des navires et des armes. En 1878, au milieu de ce conflit, l’ancien président américain Grant a visité la Russie – le premier président américain à le faire (bien que le dernier depuis près d’un siècle). Dans les années 1880, une série de grandes œuvres littéraires russes ont été traduites en anglais, notamment Anna Karénine et Guerre et paix de Léon Tolstoï et Crime et châtiment de Fédor Dostoïevski, ce qui a permis à de nombreux Américains de se familiariser avec la littérature russe et de créer une base croissante d’appréciation de la culture russe aux États-Unis. Au XIXe siècle également, les planificateurs et les industriels américains des chemins de fer ont participé activement à la construction des voies ferrées russes et à la modernisation de la Russie.

 

L’Amérique est entrée dans la Première Guerre mondiale juste après la chute de la dynastie Romanov, mais elle a été, pendant une brève période en 1917, alliée à la Russie contre l’Allemagne jusqu’à ce que le gouvernement post-révolutionnaire russe de Kerensky tombe aux mains des bolcheviks à la fin de 1917 et retire la Russie de la guerre. Les Russes et les Américains ont été de nouveau alliés pendant la Seconde Guerre mondiale, mais seulement après que l’alliance de Staline avec Hitler ait été rompue par la trahison de ce dernier. Cette guerre a été gagnée, comme l’a écrit l’historien de Yale John Lewis Gaddis, « par une coalition dont les principaux membres étaient déjà en guerre – idéologiquement et géopolitiquement, sinon militairement », et un mélange d’idéologie, de paranoïa de Staline, d’insécurité historique russe et de besoin de grandes « zones tampons » a assuré une division du monde en deux camps belligérants, dirigés respectivement par la Russie soviétique et les États-Unis[simple_tooltip content=’John Lewis Gaddis, The Cold War: A New History (2006), p. 6.’](12)[/simple_tooltip].

 

Les années 1990, dont les Américains ont tendance à se souvenir avec tendresse en raison de l’hégémonie mondiale complète des États-Unis et, finalement, de leurs relations pacifiques avec la Russie, sont, bien sûr, beaucoup moins bien connues des Russes, qui les considèrent comme étant caractérisées principalement par le mot russe bardak, faisant référence au fiasco, au chaos ou à un désordre complet. William J. Burns, l’ancien homme d’État américain respecté et ancien ambassadeur des États-Unis en Russie, a expliqué succinctement dans ses mémoires récemment publiés que : « Si vous voulez comprendre les doléances, la méfiance et l’agressivité naissante de la Russie de Poutine, vous devez d’abord apprécier le sentiment d’humiliation, de fierté blessée et de désordre qui était souvent inéluctable chez Eltsine[simple_tooltip content=’William J. Burns, The Back Channel: A Memoir of American Diplomacy and the Case for its Renewal (New York: Random House, 2019), p. 84.’](13)[/simple_tooltip]. »

A lire aussi: Poutine, de Frédéric Pons

Les Russes ont raison de faire remarquer que la plupart des Américains comprennent mal ce contexte et cette période d’humiliation nationale qui a tant contribué à façonner la psychologie des dirigeants et du peuple russes d’aujourd’hui. Les opinions de plus en plus amicaux de la part d’une grande partie de la population russe à l’égard du bilan de Joseph Staline et de sa volonté d’oublier ses péchés de la taille de ceux d’Hitler ne sont qu’une manifestation de la frustration du public russe à l’égard de son pays après la chute de l’Union soviétique et de la volonté, de la part de nombre d’entre eux, d’appuyer le style autoritaire de gouvernance de Poutine et la corruption qui caractérise son gouvernement en échange du respect perçu sur la scène mondiale qu’il s’est efforcé de ramener, et du niveau de vie qu’il espérait voir s’accroître.

 

Et maintenant ? Comment mettre fin à l’hostilité ?

 

Alors, que fait-on maintenant ? Les changements dans l’approche américaine à l’égard de la Russie ne sont qu’une partie de l’équation nécessaire à une relation russo-américaine plus saine. Des changements sont également nécessaires à Moscou, et il est peu probable qu’ils se produisent de sitôt. Mais nous pouvons au moins commencer du côté américain en faisant ce que nous pouvons faire à la fois pour dissuader la Russie de contester l’ordre fondé sur des règles et pour commencer à jeter les bases d’une approche américaine plus sobre et plus efficace à l’égard de la Russie.

 

Bien qu’il soit facile de faire la lumière sur les théories de conspiration bizarres colportées par les médias russes et les manuels de géopolitique, en ce qui concerne les États-Unis, il est important que les Américains reconnaissent que la pensée conspirationniste et l’analyse simpliste de tout ce qui est russe ont également imprégné les médias américains, ainsi que la culture politique et intellectuelle. Travailler à corriger cela et à approfondir la compréhension américaine de la Russie et de ses motivations est une étape importante que les Américains peuvent franchir pour créer une politique russe plus efficace. George Kennan, le créateur de la politique américaine d’endiguement pendant la guerre froide, a fait valoir, il y a plusieurs décennies, que les États-Unis ne pouvaient pas répondre au défi que Moscou posait aux intérêts américains sans une compréhension plus approfondie de la Russie – une suggestion qui est tout aussi pertinente aujourd’hui qu’à l’époque. Malheureusement, les universités américaines ont réduit les programmes d’études russes et les postes de professeurs, et l’intérêt des étudiants universitaires à poursuivre ce type d’études a considérablement diminué depuis plusieurs années. Les programmes du gouvernement américain soutenant les études russes contribueraient à corriger cette pénurie d’Américains bien informés sur la Russie.

 

Mettre un terme à l’esprit de guerre froide

 

Pour ce qui est de voir la Russie pour ce qu’elle est, la contestation par la Russie de l’ordre international fondé sur des règles et le soutien de régimes voyous ont entraîné la prolifération de ce qui est essentiellement des conflits par procuration entre la Russie et les États-Unis dans le monde entier, ce qui rappelle quelque peu la guerre froide. Ces défis doivent être relevés, et la dissuasion américaine, et celle de l’OTAN, continueront d’être importantes pour réduire l’appétit de Poutine pour la prise de risques. Pourtant, l’hystérie avec laquelle Vladimir Poutine a tendance à être traité aux États-Unis fait en sorte qu’il est perçu comme organisant sans cesse des complots pour déstabiliser le pays.

A lire aussi: Prospective géopolitique : les États-Unis sur le chemin de la conversion au réalisme

La politique américaine à l’égard de la Russie vise des objectifs ambitieux depuis les années 1990 – les principaux étant l’établissement de la démocratie et le soutien de la Russie aux droits de l’homme universels et à un ordre international fondé sur des règles. Cela ne se produira pas de sitôt, et il faut donc que les objectifs soient réduits et plus réalistes. À cette fin, il faut reconnaître que même si Poutine croit fermement à l’hostilité incessante de l’Occident, il est néanmoins beaucoup plus pragmatique et moins idéologiquement motivé que ce qu’on lui attribue souvent. Ce fait devrait créer un espace pour trouver des domaines de coopération sur lesquels s’appuyer. Pour ce faire, il faudrait commencer par instaurer la confiance dans des domaines restreints, puis chercher à développer ces domaines – et pour instaurer cette confiance, il faudra le convaincre que Washington ne cherche pas à changer de régime à Moscou.

 

Une gestion responsable des relations avec la Russie est essentielle aux intérêts nationaux américains ainsi qu’à la santé de l’ordre mondial. L’objectif à long terme de la politique américaine et occidentale à l’égard de la Russie doit être la réconciliation de la Russie avec l’Occident. Étant donné le faible niveau actuel des relations, nous avons un long chemin à parcourir pour parvenir à des relations plus coopératives que conflictuelles, et encore moins à la réconciliation. L’ancien dicton chinois, attribué à Lao Tseu, semble ici particulièrement approprié : « le journal de mille lieux commence par un seul pas ». Les deux parties doivent commencer à prendre ces mesures dès maintenant.

 

Traduction : Conflits

Mots-clefs : , ,

À propos de l’auteur
Paul Coyer

Paul Coyer

Paul Coyer est docteur en relations internationales. Il est diplômé de Yale et de la London School of Economics. Il est Research Professor à The Institute of World Politics, et professeur associé à l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr. Il écrit dans plusieurs médias américains.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest