Nouveaux affrontements frontaliers entre la Chine et l’Inde au Sikkim

29 janvier 2021

Temps de lecture : 5 minutes
Photo : Kanchenjunga South Peak, Sikkim, Inde (c) Unsplash
Abonnement Conflits

Nouveaux affrontements frontaliers entre la Chine et l’Inde au Sikkim

par

Les troupes indiennes et chinoises se sont de nouveau affrontées lors d’une confrontation « mineure » au cours du neuvième cycle de négociations pour résoudre le conflit frontalier. L’armée indienne a minimisé l’importance d’un face-à-face qui a eu lieu la semaine dernière au Sikkim, près du Tibet, tandis que les médias indiens ont affirmé qu’une bagarre avait fait des blessés des deux côtés. Pékin n’a pas encore fait de commentaires, mais le rédacteur en chef du Global Times, Hu Xijin, a déclaré sur Twitter que les rapports étaient des « fake news ».

 

Article du South China Morning Post. Traduction de Conflits.

 

Les troupes indiennes et chinoises ont eu un face à face « mineur » la semaine dernière dans une zone contestée de l’Himalaya oriental aux frontières des deux pays, a déclaré l’armée indienne lundi, alors que les deux parties ont conclu le neuvième cycle de négociations frontalières entre les officiers supérieurs de l’armée.

Dans une brève déclaration avec peu de détails, l’armée a minimisé l’intensité l’affrontement qui a eu lieu mercredi dans la région de Naku La, au nord-est du Sikkim. Naku La relie le Sikkim à la région autonome chinoise du Tibet. « [Le face-à-face mineur] a été résolu par les commandants locaux selon les protocoles établis », a-t-il ajouté.

Le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Zhao Lijian, a déclaré lundi à Pékin qu’il n’avait « aucune information à offrir » sur les rapports d’affrontements. « Je voudrais cependant souligner que les troupes frontalières chinoises sont engagées à maintenir la paix et la tranquillité le long de la frontière avec l’Inde », a déclaré Zhao. « Nous exhortons la partie indienne à travailler dans la même direction que nous et à s’abstenir de toute action qui pourrait aggraver ou compliquer la situation le long de la frontière ». Zhao a confirmé la conclusion du dernier cycle de pourparlers. Le ministère chinois de la défense a déclaré lundi que les commandants chinois et indiens de la ligne de front se sont rencontrés dimanche pour un nouveau cycle de discussions sur la frontière.

La déclaration indique que les commandants ont convenu de « prendre des mesures efficaces pour assurer la retenue » et de « travailler ensemble pour promouvoir la désescalade de la situation sur la section ouest de la ligne de contrôle effective (LAC), et pour maintenir la paix et la tranquillité ». « Les deux parties sont convenues de faire avancer le désengagement des troupes de la ligne de front dès que possible », selon la déclaration, ajoutant qu’un nouveau cycle de pourparlers se tiendrait bientôt pour « poursuivre et maintenir la dynamique du dialogue ».

Cependant, Hu Xijin, le rédacteur en chef du Global Times, soutenu par le Parti communiste, a tweeté que les rapports des médias indiens étaient des « fake news ». Selon ces rapports, une patrouille chinoise a tenté de traverser le territoire indien et a été contrainte de revenir. Ils ont cité des responsables militaires indiens qui ont déclaré que le face-à-face de Naku La avait fait des victimes des deux côtés – estimant le nombre de soldats chinois blessés à 20 et celui des soldats indiens blessés à 4. « De petites frictions se produisent souvent dans la zone frontalière entre la Chine et l’Inde, mais l’affrontement qui a causé de multiples blessures sera certainement enregistré », a déclaré M. Hu, dont les tweets sont surveillés de près car ils donnent un aperçu de la pensée de Pékin, même si ses déclarations ne reflètent pas la politique officielle.

 

A lire aussi : Contrer l’intrusion chinoise dans l’ocean indien. Les articulations maritimes de la politique indienne dans l’indopacifique

 

L’Inde et la Chine partagent une frontière terrestre de 3 488 km, connue sous le nom de ligne de contrôle réelle, mais une grande partie de celle-ci n’est pas démarquée, ce qui entraîne des conflits entre les soldats en patrouille qui deviennent parfois violents.

La pointe de Naku La, à plus de 17 000 pieds, se trouve à l’extrémité nord de l’État du Sikkim. L’État est niché entre le Népal à l’est, le Bhoutan à l’ouest et la Chine au nord.

Le lieutenant général à la retraite JS Bajwa, qui a été chef d’état-major du commandement oriental de l’Inde entre 2010 et 2012, dont relève le Sikkim, a déclaré que cette zone était particulièrement sensible. « À ce stade, les revendications indiennes et chinoises se chevauchent, et contrairement à ce qui se passe dans le reste du tronçon, il n’y a pas de marqueurs physiques pour différencier les revendications de chacun », a-t-il déclaré. « C’est la crise ici ».

Selon M. Bajwa, de tels litiges dans la région sont courants. « Les soldats chinois viennent à cet endroit pour marquer leur empreinte et renforcer leurs revendications. De tels incidents étaient autrefois résolus localement ».

Naku La a également été le lieu d’une escarmouche entre les troupes en mai dernier, avant une bataille rangée au lac glaciaire nommé Pangong Tso dans la région himalayenne occidentale du Ladakh, où les soldats se sont battus avec leurs poings et des gourdins en bois. Les officiels indiens ont déclaré qu’au moins 20 soldats indiens sont morts alors qu’un nombre inconnu de Chinois ont été tués.

Les choses se sont aggravées en septembre lorsque les deux parties se sont accusées mutuellement de tirer des coups de semonce, rompant ainsi une pratique de 40 ans de non-utilisation des armes à feu. Les tensions bilatérales ont suscité l’an dernier un tollé nationaliste en Inde et des appels à une plus grande désolidarisation avec la Chine, New Delhi ayant interdit plus de 200 applications mobiles, principalement chinoises, pour des raisons de sécurité nationale.

L’armée indienne a reconnu l’incident alors que des milliers de soldats restent enfermés dans une impasse sous pression dans l’ouest de l’Himalaya qui a commencé il y a neuf mois, et alimente les inquiétudes concernant l’ouverture d’un nouveau front oriental dans le conflit en cours.

Des troupes ont été postées en divers points de la ligne de contrôle effective, mais dans des régions comme le Ladakh, elles seraient en contact direct avec des chars et d’autres munitions lourdes alignés par les deux pays à quelques mètres les uns des autres.

La dernière série de pourparlers de désescalade entre les commandants militaires des deux parties a duré 16 heures dans la région de Chushul-Moldo, au Ladakh.
C’était la première interaction de ce type entre les commandants militaires depuis novembre et la plus longue interruption des négociations depuis mai de l’année dernière.

 

A lire aussi : Inde : le laboratoire pharmaceutique du monde

 

La Chine et l’Inde, qui ont mené une guerre frontalière en 1962, se sont mutuellement reproché l’escalade des tensions et le renforcement des troupes à la frontière. En 1967, de multiples affrontements violents avaient éclaté dans les cols Nathu La et Cho La du Sikkim, tuant plus de 300 soldats chinois et 200 soldats indiens.

Des responsables militaires à la retraite et des analystes de la défense ont déclaré que cette dernière impasse fait craindre de nouvelles escarmouches à l’avenir, même si les deux parties avaient précédemment convenu que les troupes de première ligne « feraient preuve de retenue et éviteraient tout malentendu et erreur de calcul ».

Des rapports concernant la construction d’un nouveau village chinois de 101 maisons sur un territoire revendiqué par les deux parties mais contrôlé par la Chine, le long de l’Arunachal Pradesh en Inde, ont également soulevé de nouvelles tensions.

Le ministre indien de la défense, Rajnath Singh, avait déclaré vendredi que l’Inde ne réduirait pas ses troupes le long des points de friction « à moins que la Chine ne réduise le déploiement de troupes de son côté ».

Long Xingchun, président du Chengdu Institute of World Affairs, un groupe de réflexion basé dans le Sichuan, a déclaré qu’aucune des deux parties n’avait été disposée à faire des concessions jusqu’à présent et que le conflit se poursuivrait probablement alors que les deux parties sont susceptibles de se cantonner dans leurs positions actuelles.

« Les concessions ne seront faites que lorsque les conflits auront atteint un point de non-retour potentiel », a déclaré M. Long. « Et en raison de la rivalité tendue entre la Chine et les Etats-Unis, la Chine a dû se concentrer davantage sur la lutte contre les Etats-Unis, laissant un vide de pouvoir dont l’Inde a profité pour ses intérêts », a-t-il dit. « Le gouvernement Modi a également été forcé d’adopter une position plus belliciste envers la Chine en raison de la pression de son électorat.

Cependant, des analystes comme Bajwa, le général indien à la retraite, ont déclaré que le nouvel affrontement pourrait ne pas faire monter les tensions. « Le fait que les deux pays minimisent l’incident indique qu’il n’était pas aussi grave que celui que nous avons vu à Galwan l’année dernière ».

 

Mots-clefs : , , ,

À propos de l’auteur
South China Morning Post

South China Morning Post

Le South China Morning Post est l'un des plus anciens journal d'Asie. Il a été fondé en 1903 à Hong Kong. La marque possède aujourd'hui de nombreux titres de presse et diffuse en Chine continentale, à Hong Kong et dans le reste de l'Asie. C'est l'un des principaux journaux de langue anglaise de la région.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest