<i class='fa fa-lock' aria-hidden='true'></i> La Chine va-t-elle soutenir la Russie en Ukraine ?

26 février 2022

Temps de lecture : 5 minutes
Photo : Chinese President Xi Jinping, left, and Premier Li Keqiang stand as they arrive for the opening session of China's National People's Congress (NPC) at the Great Hall of the People in Beijing, Friday, March 5, 2021. (AP Photo/Andy Wong)/XBEJ102/21064078158691//2103050313
Abonnement Conflits

La Chine va-t-elle soutenir la Russie en Ukraine ?

par

Chine et Russie sont des alliés objectifs sur la scène mondiale, ayant les États-Unis comme adversaire commun. Mais face à l’attaque contre l’Ukraine, il n’est pas certain que ce soutien perdure, chaque pays cherchant d’abord à défendre ses intérêts.

Article original de Yun Sun publié sur Stimson, avec la permission de Stimson Center. Traduction de Conflits.

La Chine n’a pas prévu une véritable invasion russe et recalculera probablement si le coût du soutien est si élevé qu’il devient intenable

La Chine était le plus grand soutien de la Russie après l’annexion de la Crimée en 2014, mais aujourd’hui sa position sur les actions de la Russie est à la fois cruciale et plus complexe, avec de nombreux membres de la communauté politique chinoise surpris que Poutine mette ses menaces à exécution.

Compte tenu des antécédents historiques et des calculs stratégiques de Pékin, des positions claires et des actions décisives de la Chine sont peu probables. Il existe toutefois des moyens d’influencer le calcul de la Chine et sa préférence tactique par rapport à la Russie.

Cohérence et changement

Si l’on compare la réaction de la Chine à ce stade de la crise de la Crimée, un modèle cohérent est évident. La Chine a appelé toutes les parties à faire preuve de retenue, à éviter l’escalade et à résoudre les différends par la négociation.

Dans les cas de l’Ukraine orientale et de la Crimée, Pékin a mis l’accent sur les facteurs historiques et les réalités complexes, une démarche qui semble faire porter la responsabilité aux deux parties. Si la Crimée sert de précédent, la Chine restera silencieuse sur les questions de souveraineté et d’intégrité territoriale, ce qui se traduit en réalité par une reconnaissance tacite du statu quo modifié sans le dire publiquement.

A lire aussi : La mer de Chine méridionale : enjeux stratégiques et tensions avec Pékin

La position de la Chine présente toutefois plusieurs différences nuancées cette fois-ci. La première est la déclaration du ministère des affaires étrangères selon laquelle les préoccupations raisonnables de tous les pays en matière de sécurité méritent d’être respectées. Conformément à la politique de la Chine, cette déclaration s’applique aux préoccupations de sécurité de l’Ukraine face à une invasion russe, ainsi qu’aux préoccupations de sécurité de la Russie face à l’expansion de l’OTAN.

Le ministre des Affaires étrangères Wang Yi a déclaré publiquement que la souveraineté et l’intégrité territoriale de tous les pays devaient être protégées, y compris l’Ukraine. Cette déclaration est largement considérée comme la position la plus claire de la Chine sur une invasion russe au cours de cette crise.

Cependant, la déclaration de Wang doit être évaluée avec le qualificatif qu’il a ajouté : le résultat en Ukraine aujourd’hui est la conséquence de l’échec de la mise en œuvre de l’accord de Minsk II. Mais cet échec constitue en soi « l’énigme de Minsk », dont la Chine considère les deux parties comme responsables.

Enfin et surtout, la Chine affirme qu’elle décidera de sa position en fonction des mérites de l’affaire elle-même, une démarche claire pour réfuter les spéculations selon lesquelles la Chine se rangera du côté de la Russie sur la base de la déclaration conjointe de Poutine et de Xi publiée au début du mois à Pékin, selon laquelle les relations sino-russes n’ont « aucune limite ».

Le calcul chinois

La réaction la plus directe le matin du 22 février dans la communauté politique chinoise a été un sentiment de choc. Ayant souscrit à la théorie selon laquelle Poutine ne faisait que prendre des postures et que les renseignements américains étaient inexacts comme dans le cas de l’invasion de l’Irak, les Chinois ne s’attendaient pas à une véritable invasion de la Russie.

Pour les Chinois, la politique de la corde raide de Poutine avait atteint ses objectifs : forcer les États-Unis et l’Europe à revenir à la table des négociations, creuser un fossé entre les alliés de l’OTAN, gonfler les prix de l’énergie et décourager l’expansion de l’OTAN ; il n’était donc pas nécessaire d’aller jusqu’au bout au risque de sanctions sévères.

A lire aussi : Jeu de go en mers de Chine

La tendance à écarter la possibilité d’une invasion russe suggère non seulement la préférence de la Chine, mais illustre également le détachement auto-perçu de Pékin du théâtre européen.

Comme Pékin estime qu’elle ne doit être ni responsable ni affectée par les actions de la Russie à l’est, les Chinois observent la situation en Ukraine avec intérêt mais de loin. La déclaration commune avec la Russie est un autre exemple de l’incapacité de la Chine à anticiper les actions de Poutine.

Si Pékin s’était attendu à ce que Poutine envahisse l’Ukraine deux semaines plus tard, il aurait été plus prudent quant à son alignement et son engagement étroits qui lient Pékin au char de Poutine.

Bien que de nombreux experts chinois aient le sentiment d’avoir été manipulés par la Russie, leur amertume est diluée par les avantages stratégiques perçus. Au minimum, la Chine considère la crise ukrainienne comme une distraction utile qui détournera les États-Unis de la région Indo-Pacifique pour les ramener vers l’Europe et l’Atlantique, allégeant ainsi la pression stratégique sur la Chine en tant que principale menace pour la sécurité nationale des États-Unis.

En ce sens, la Chine et la Russie n’ont pas besoin de coordonner des actions conjointes contre les États-Unis, mais leurs actions individuelles pourraient servir de multiplicateurs de force – « diviser pour régner ».

En outre, entre l’Ukraine et Taïwan, il n’y a pas de comparaison, mais il y a des implications. Il est intéressant de noter que les Chinois n’apprécient pas la comparaison car elle implique que Taïwan est une nation souveraine et possède une intégrité territoriale.

Mais la façon dont les États-Unis gèrent la crise ukrainienne servira de référence pour Pékin quant à la volonté et à la détermination des États-Unis à intervenir militairement, malgré des différences importantes telles que la loi sur les relations avec Taiwan.

Washington peut affirmer qu’il existe des différences entre partenaires et alliés, entre la Chine et la Russie, et entre l’Europe et l’Indo-Pacifique. Toutefois, l’essentiel est de savoir comment la Chine le percevra et en tirera ses conclusions. Le jugement stratégique sur la valeur de la Russie dans la compétition entre la Chine et les États-Unis est peut-être le point d’ancrage le plus important de la réaction de la Chine à la crise ukrainienne.

Au lieu de condamner la Russie, la Chine adoptera une approche intermédiaire qui attribue l’agression russe à l’expansion de l’OTAN et à des « facteurs historiques complexes ». Le résultat de cette agression sera bientôt un fait accompli. Et surtout, le coût que la Chine doit supporter pour l’aventurisme russe sera considéré par elle-même comme minime et justifié par le soutien mutuel qu’offre l’alignement.

Changer la position de la Chine

Les États-Unis ne seront peut-être pas en mesure de forcer la Chine à modifier sa position et à s’opposer publiquement et résolument à la Russie. Après tout, les Chinois ne voient pas d’intérêt à coopérer avec les États-Unis pour punir la Russie, car la stratégie américaine à l’égard de la Chine semble inamovible et ne prévoit guère de récompense si la Chine devait aider les États-Unis en Ukraine.

S’il n’y a pas de récompense, le coût du choix de la Chine est ce qui reste pour modifier son gain perçu. Si Pékin souhaite exploiter les avantages stratégiques des activités russes, elle fera ses calculs si le coût est si élevé qu’il devient intenable.

Certains Chinois ont eu la mauvaise impression et se sont fait des illusions sur le fait qu’il n’y a plus de sanctions économiques efficaces que les États-Unis peuvent appliquer après les dernières années de guerre commerciale. Cette opinion doit être corrigée. En tant que premier partenaire commercial de la Russie, la Chine a des liens commerciaux et financiers importants avec la Russie qui seront vulnérables aux sanctions américaines.

A lire aussi : La Chine manque d’énergie

Cela est particulièrement vrai compte tenu du rôle central que jouent les acteurs publics dans les relations commerciales bilatérales, comme les compagnies pétrolières chinoises dans le commerce de l’énergie.

Le résultat final est le suivant : la Chine souhaite s’aligner et bénéficier du soutien de la Russie à l’ère de la concurrence stratégique avec les États-Unis, mais lorsque les coûts pratiques d’un tel alignement l’emporteront sur ses avantages, Pékin devra reconsidérer sa position.

L’alignement Chine-Russie commence et se termine par leur programme commun de lutte contre les États-Unis. Au-delà de cela, les deux pays ont des objectifs finaux, des visions et des approches du monde différents. Par conséquent, la manipulation des retombées de leur alignement sera la plus efficace.

Mots-clefs : , , ,

À propos de l’auteur
Yun Sun

Yun Sun

Yun Sun est senior fellow et co-directeur de la section Chine et Asie de l'Est du groupe de réflexion Stimson Center.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest