<i class='fa fa-lock' aria-hidden='true'></i> Le Xinjiang, test de pression

19 juin 2021

Temps de lecture : 7 minutes
Photo : En rouge la "Région autonome ouïgoure du Xinjiang", qui ne l'est pas tant, source de dilemmes moraux des consommateurs occidentaux
Abonnement Conflits

Le Xinjiang, test de pression

par

Le Xinjiang pose un problème aux entreprises. Si elles restent, elles vont être accusées de participer à la répression des Ouïghours. Si elles partent, elles perdent des marchés essentiels. Une position d’autant plus difficile que Pékin leur demande de s’engager à ses côtés.

Les critiques internationales de plus en plus nombreuses à l’égard du traitement réservé par la Chine à la minorité ouïghoure du Xinjiang obligent les multinationales à faire des choix difficiles. Elles ne vont pas quitter la Chine : elle est trop grande et trop importante. Mais être accusé de soutenir le travail forcé est également mauvais pour les affaires, et les sanctions croissantes du gouvernement américain à ce sujet créent un risque et une incertitude réels. De nombreuses entreprises étrangères tentent donc de réduire leur exposition au Xinjiang. Le gouvernement chinois, cependant, veut que les entreprises restent engagées et même qu’elles soutiennent ses politiques au Xinjiang, et a publiquement ciblé celles qui ne le font pas. Aucune multinationale ne souhaite prendre parti dans un conflit politique entre deux gouvernements, mais si elles sont contraintes de choisir, les entreprises étrangères se rapprocheront de la position américaine.

 

Article publié dans Gavekal, traduction de Conflits

Dan Wang

Dénoncer et rendre honteux

 

Sous la direction d’Antony Blinken, le département d’État américain a qualifié les actions de la Chine contre la minorité ouïghoure de « génocide » et de « crimes contre l’humanité ». Le Congrès américain s’est montré encore plus agressif en attirant l’attention sur l’exploitation par la Chine de camps de détention au Xinjiang. Ces déclarations politiques du gouvernement américain et d’autres acteurs ont créé un climat de honte morale pour les entreprises qui font des affaires en Chine. Pékin a nié ces accusations et décrit les camps comme des centres de formation professionnelle qui favorisent l’acquisition de compétences tout en éradiquant le terrorisme.

À lire aussi : Chine/Etats-Unis : être le premier

Les sanctions américaines et les interdictions d’importation liées au Xinjiang ont également créé une incertitude considérable pour les multinationales. Le gouvernement américain a sanctionné l’entreprise d’État qui est la plus grande société du Xinjiang, ainsi que plusieurs fonctionnaires qui gouvernent la province. L’accent mis par le gouvernement américain sur le travail forcé présumé revêt une plus grande importance pour les entreprises. Au cours de la dernière semaine de l’administration Trump, le service américain des douanes et de la protection des frontières a annoncé qu’il retiendrait tous les produits à base de coton ou de tomate fabriqués au Xinjiang en raison d’indices de recours au travail forcé. Le Xinjiang produit plus de 80 % du coton chinois, de sorte que l’interdiction pourrait toucher un large éventail de textiles et de vêtements fabriqués en Chine.En mai, le CBP (Customs and Border Protection) a saisi une cargaison d’Uniqlo pour avoir violé cette interdiction sur le coton.

Le Congrès américain envisage d’étendre l’interdiction à tous les produits fabriqués au Xinjiang. La Chambre des représentants a adopté en septembre 2020 la loi sur la prévention du travail forcé chez les Ouïghours, qui interdirait l’importation de tout produit fabriqué au Xinjiang, sauf si le CBP peut déterminer de manière positive qu’il n’a pas bénéficié du travail forcé. Les entreprises et les associations professionnelles s’attendent à ce que le Sénat adopte une forme ou une autre de ce projet de loi. Peu de multinationales ont des opérations au Xinjiang, et peu d’entre elles y ont des fournisseurs directs. Mais si leurs cargaisons sont retenues à la frontière américaine, il sera difficile de prouver la négative, à savoir qu’il n’y a pas de recours au travail forcé dans la chaîne d’approvisionnement.

 

Le Xinjiang n’est pas si important économiquement

 

Le Xinjiang n’est pas une puissance économique et l’interdiction du coton et des produits à base de tomates couvre déjà deux de ses principales exportations. Le Xinjiang produit également environ la moitié du polysilicium chinois, le matériau de base utilisé pour la fabrication des panneaux solaires. Les allégations de travail forcé pourraient toutefois s’étendre au-delà des produits originaires du Xinjiang. Selon un rapport de l’Australian Strategic Policy Institute, des travailleurs du Xinjiang ont été transférés hors de la région pour travailler dans une série d’installations fabriquant des produits pour des multinationales, notamment une usine Foxconn dans le Henan. Le rapport affirme que les travailleurs ont probablement été contraints de travailler contre leur gré, bien qu’il n’offre pas de preuve concluante. Ainsi, le rapport met en cause tous les clients de Foxconn, qui comprennent la plupart des plus grandes marques d’électronique au monde.
Un cadre supérieur de l’une des entreprises européennes citées dans le rapport de l’ASPI m’a dit que le siège social avait envoyé des enquêteurs en Chine pour vérifier les allégations de travail forcé. L’entreprise a déterminé à sa satisfaction qu’il n’y avait aucune preuve de ce type. Mais cela ne garantit pas que les agents des douanes américaines soient d’accord avec cette évaluation. Même si les multinationales estiment que certaines des allégations relatives au travail forcé sont exagérées, elles tiennent à éviter tout risque. Cette pratique va trop à l’encontre de leurs valeurs d’entreprise et constitue un risque de réputation indésirable. Le problème n’est pas seulement la pression des activistes, qui peut être facile à ignorer, mais aussi les demandes vocales de leurs propres employés, qui sont plus difficiles à ignorer. Les entreprises américaines, en particulier, sont également de plus en plus mal à l’aise à l’idée que les services de sécurité chinois puissent utiliser leurs produits pour réprimer les Ouïghours. De telles ventes peuvent être facilement rendues publiques, comme lorsque le New York Times a écrit sur l’utilisation de puces Intel et Nvidia dans le Xinjiang Supercomputing Center.

 

À lire aussi : Hong Kong : la Chine resserre l’étau

La pression publique sur les entreprises au sujet du Xinjiang est bien organisée et s’intensifie encore à l’approche des Jeux olympiques d’hiver de Pékin en février 2022. La présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, et le sénateur républicain Mitt Romney se sont prononcés en faveur d’un boycott diplomatique des Jeux olympiques, et le Congrès pourrait adopter une loi exigeant un tel boycott. Cela signifierait que les athlètes américains seraient autorisés à concourir, mais qu’ils n’enverraient pas d’officiels de haut niveau pour assister aux jeux. Étant donné que l’administration Biden a déjà qualifié de « génocide » la politique chinoise au Xinjiang, un boycott diplomatique semble probable (de nombreux dirigeants occidentaux ont également refusé d’assister aux Jeux olympiques d’hiver de 2014 qui se sont tenus à Sotchi, en Russie). Jusqu’à présent, les entreprises ont décidé d’ignorer les demandes des activistes de retirer leur parrainage des jeux, car elles jugent la pression des activistes moins douloureuse que les représailles de Pékin.

Fierté nationale et représailles

Le gouvernement chinois considère bien sûr que ses actions au Xinjiang sont correctes. Pékin est de plus en plus en colère contre les multinationales qui publient des déclarations d’inquiétude sur le travail forcé ou qui tentent de réduire leurs achats ou d’autres opérations. Fin mars, le compte Weibo de la Ligue de la jeunesse communiste a attiré l’attention sur une déclaration du détaillant suédois H&M qui se disait « profondément préoccupé » par les accusations de travail forcé dans sa chaîne d’approvisionnement. Immédiatement, quelques magasins H&M ont fermé leurs portes et la marque est toujours introuvable sur les marchés en ligne d’Alibaba et de JD.com. L’indignation des consommateurs s’est ensuite abattue sur Nike, Adidas, Burberry et d’autres marques ayant fait des déclarations similaires sur le travail forcé.
La tempête s’est calmée au bout d’une semaine environ, Pékin ayant pris des mesures pour limiter les critiques des marques étrangères sur Internet. Les dirigeants des multinationales n’en ont pas moins été profondément troublés et ont craint que leur entreprise ne soit la prochaine à être mise sous pression. La critique de H&M semblait être dirigée par l’État, mais la campagne s’est rapidement transformée en une campagne menée par les consommateurs. Si Pékin n’avait pas atténué l’indignation de l’opinion publique, les entreprises américaines et européennes auraient pu faire l’objet d’attaques similaires à celles auxquelles ont été confrontées les entreprises japonaises et sud-coréennes en raison de différends diplomatiques (voir Sanctions à caractère chinois). Le gouvernement chinois a montré qu’il était particulièrement intolérant aux critiques concernant le Xinjiang et Hong Kong. Il a répondu aux sanctions européennes contre les fonctionnaires du Xinjiang par ses propres sanctions contre les fonctionnaires et les organisations civiles européennes, ce qui a conduit le Parlement européen à geler un accord d’investissement qui était en préparation depuis des années.

 

À lire aussi : Que faire à propos de la Chine ?

Néanmoins, il est peu probable que Pékin exagère trop la situation. Même lorsque le gouvernement américain a infligé d’énormes dommages à Huawei et à d’autres entreprises technologiques par le biais de sanctions, la Chine n’a pas exercé de représailles et a même resserré son étreinte sur les multinationales (voir Retenue et représailles). Les responsables chinois continuent de reconnaître que les entreprises étrangères sont d’importants employeurs, des fournisseurs essentiels de technologies et, surtout, un contrepoids aux éléments les plus belliqueux de l’Occident. Mais les entreprises peuvent constater que Pékin est moins réservé sur les questions de souveraineté et de fierté nationale. Si leur crainte de représailles officielles est réelle, elle n’est pas tout à fait suffisante pour inciter les multinationales à soutenir activement la Chine sur le Xinjiang.

La pression du gouvernement américain et des activistes a réussi à créer un malaise moral pour les multinationales opérant en Chine. Pour la plupart, les entreprises ne réagissent pas en quittant la Chine, car il s’agit d’un marché innovant à croissance rapide et d’un excellent endroit pour produire des biens. Au contraire, elles font de leur mieux pour minimiser le risque d’agir à l’encontre de leurs valeurs. Selon des articles de presse et des entretiens que j’ai eu, des multinationales, notamment américaines, tentent discrètement de réduire leurs activités directes au Xinjiang, de se passer de tout fournisseur de la région et de réduire leurs ventes aux agences gouvernementales locales. Une association d’entreprises américaines m’a dit que quelques sociétés ont essayé de supprimer toute exposition au Xinjiang parce qu’elles ne peuvent pas être sûres que leur chaîne d’approvisionnement est exempte de travail forcé. Le gouvernement n’a pas permis à des auditeurs indépendants d’examiner les installations au Xinjiang pour en exclure l’existence.

Les multinationales peuvent se permettre de réduire leur exposition au Xinjiang, car cette région n’est pas pertinente pour l’écrasante majorité des entreprises, tant en termes de chaînes d’approvisionnement que de ventes. Le problème est que le gouvernement chinois exige de plus en plus que ses positions politiques soient soutenues publiquement par ceux qui se trouvent à l’extérieur et à l’intérieur de ses frontières. La situation serait plus difficile si les multinationales étaient pressées de prendre position non seulement sur la question du travail forcé, mais aussi sur la censure, la surveillance et d’autres pratiques gouvernementales. Les entreprises ont peur d’être la prochaine cible de la colère de Pékin, mais elles reconnaissent également que l’inconfort moral est un coût croissant des affaires en Chine.

 

 

À propos de l’auteur
Gavekal

Gavekal

Gavekal est une entreprise qui propose des analyses économiques et financières sur l'Asie, la monnaie et les marchés financiers.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest