<i class='fa fa-lock' aria-hidden='true'></i> La guerre technologique de Biden

19 mai 2021

Temps de lecture : 8 minutes
Photo : President Joe Biden speaH aboutHhe COVID-19 vaccination program, in the State Dining Room of the White House, Tuesday, May 4, 2021, in Washington. (AP Photo/Evan Vucci)/DCEV318/21124682086069//2105042102
Abonnement Conflits

La guerre technologique de Biden

par

La confrontation entre la Chine et les États-Unis passe par la maitrise de la technologie. Les entreprises sont en première ligne pour innover, inventer et créer et ainsi tenter de remporter cette course.

 

Traduction Conflits d’un article original paru sur le site de Gavekal

Les États-Unis ont changé de généraux dans leur guerre technologique contre la Chine, mais cela n’a pas apporté de répit dans la campagne. Le président Joe Biden continue d’utiliser bon nombre des mêmes instruments réglementaires que l’administration Trump a déployés pour freiner les avancées technologiques de la Chine. Cela signifie une douleur plus profonde pour les principales cibles de ces restrictions : Huawei d’abord et avant tout, mais aussi Semiconductor Manufacturing International Corp, le principal fabricant de puces du pays. La poursuite par la Chine de percées technologiques et d’une plus grande autonomie n’apportera un soulagement qu’à long terme. Et ces efforts seront complexifiés par le nouvel accent mis par M. Biden sur la réalisation d’investissements aux États-Unis afin d’étendre ses forces dans le domaine des semi-conducteurs et d’autres technologies.

Douleur et incertitude

Au cours de ses cent premiers jours à la Maison Blanche, M. Biden a refusé de revenir sur les initiatives importantes de l’administration Trump contre la Chine. Au lieu de cela, son administration continue de traiter la Chine principalement comme un adversaire. L’équipe de Biden continue de renforcer diverses restrictions technologiques, et l’administration a une nouvelle fois déclaré que Huawei constituait une menace pour la sécurité en mars.

Sans allègement des sanctions américaines extraordinaires, Huawei n’a pas accès aux semi-conducteurs dont elle a besoin pour fabriquer ses produits, ce qui tue lentement son activité. En termes financiers, Huawei n’a pas connu une année 2020 terrible : selon son rapport annuel, les revenus ont augmenté de 3,8 % pour atteindre 137 milliards de dollars US et les bénéfices ont progressé de 3,2 %. Mais ces gains n’ont été possibles que grâce à d’importants stocks de puces et de produits finis, et parce qu’elle pouvait compter sur le soutien de ses clients nationaux. La Chine a représenté les deux tiers de ses revenus, contre seulement la moitié il y a trois ans. Partout ailleurs les ventes de Huawei ont chuté en 2020.

A lire également : Guerre commerciale entre Trump et la Chine

Les ventes de téléphones de Huawei commencent maintenant à se contracter en Chine, car l’entreprise manque de puces. Aujourd’hui, il est plus difficile d’acheter un téléphone phare de Huawei en magasin, et les rivaux nationaux Xiaomi et Oppo ont pris les premières places en termes de parts de marché. En avril, le président tournant Eric Xu a révélé qu’aucune fonderie de semi-conducteurs ne fabriquait actuellement de puces pour Huawei. Sans nouvelles puces, l’entreprise ne peut survivre que grâce aux stocks, qui seront un jour épuisés. Les affaires de Huawei se détériorent rapidement : les revenus du 4e trimestre 2020 ont chuté de 11 %, et la baisse s’est accentuée pour atteindre 16,5 % au 1er trimestre 2021.

Huawei épuisera ses stocks de téléphones plus tôt que ceux des stations de base, simplement parce que le volume des ventes de téléphones est beaucoup plus important : 200 millions d’unités par an, contre environ 1 million de stations de base par an. Les ventes de stations de base de Huawei représentent environ un tiers du chiffre d’affaires de l’entreprise, et le consensus du secteur est que l’entreprise dispose d’un stock suffisant pour le reste de l’année 2021 et peut-être pour la première moitié de 2022. Mais elle a dû s’adapter à l’interdiction de ses équipements par certains alliés américains : l’équipe de vente au Canada a été réduite de près de mille personnes à 50, avec un déclin d’une ampleur similaire au Royaume-Uni (bien que l’effectif global soit stable dans les deux bureaux en raison du recrutement croissant de personnel de R&D). Une société concurrente spécialisée dans les infrastructures mobiles m’a fait part d’un nombre croissant de manifestations d’intérêt de la part de petits opérateurs dans quelques pays en développement, peut-être parce qu’ils ne sont plus sûrs que Huawei puisse fournir des stations de base.

 A lire également : Huawei et les routes de l’avenir

Huawei a fait bonne figure. Selon Xu, l’entreprise se concentre sur trois grandes priorités : investir dans des secteurs d’activité moins dépendants de la technologie avancée des semi-conducteurs, faire plus avec les logiciels et créer des technologies automobiles. Huawei a annoncé en grande pompe une initiative sur la sécurité dans les mines de charbon, mais cet effort ressemble à celui d’une entreprise mourante qui s’engage dans une industrie mourante. Les produits automobiles constituent peut-être une expansion plus naturelle, mais Huawei entre dans un secteur concurrentiel avec peu d’expérience et peu de relations existantes. Huawei fait des efforts héroïques pour survivre. Mais aucune entreprise technologique n’a une grande marge de manœuvre si elle ne peut pas acquérir un intrant aussi critique que les semi-conducteurs.

Aujourd’hui, SMIC ne souffre pas autant que Huawei, mais ses perspectives sont très incertaines. Le ministère américain du commerce a inscrit SMIC sur la liste des entités en décembre 2020, ce qui signifie qu’elle a besoin d’une licence pour acheter des technologies d’origine américaine (ainsi que certains produits fabriqués à l’étranger qui ont plus de 25 % de contenu contrôlé d’origine américaine, connu sous le nom de seuil de minimis). Étant donné que la plupart des équipements matériels et des outils logiciels de SMIC proviennent des États-Unis, sa capacité à construire de nouvelles installations ou à maintenir les installations existantes est remise en question.

Les restrictions américaines imposées à SMIC sont moins strictes que celles imposées à Huawei, et semblent davantage destinées à contenir ses avancées qu’à tuer l’entreprise. Le Département a précisé que seule la technologie « uniquement » nécessaire à la production de semi-conducteurs utilisant un processus de 10 nm ou moins serait soumise à une présomption de refus. Mais l’un des fournisseurs de SMIC m’a dit que le Département avait en fait refusé des licences pour des équipements de 14 nm, ce qui constitue une application plus stricte des règles écrites. Si le Département bloque davantage de licences pour SMIC, cela pourrait paralyser ses opérations actuelles.

A lire également : Taïwan : la plateforme des semi-conducteurs

En avril, le département du Commerce a ajouté une autre société chinoise de semi-conducteurs, Phytium, ainsi que diverses sociétés chinoises de superordinateurs, à la liste des entités. Ce train de sanctions a apparemment été préparé sous Donald Trump, mais son administration a manqué de temps pour le publier. Phytium n’est pas une grande entreprise chinoise de semi-conducteurs, mais le gouvernement américain allègue qu’elle soutient l’armée chinoise, une affirmation étayée par des rapports de presse. L’équipe de M. Biden a probablement subi des pressions pour publier le train de sanctions, compte tenu de ces éléments, mais il convient de noter qu’elle n’a pas retardé son action très longtemps.

Les membres bellicistes du Congrès ne cessent de réclamer des mesures plus strictes en matière de contrôles technologiques. Dès que le département du commerce a publié l’ordonnance relative à Phytium, le sénateur Tom Cotton et le représentant Mike McCaul, tous deux républicains, l’ont déclarée insuffisante. Ils souhaitent que Phytium soit soumis aux mêmes restrictions que Huawei (qui est actuellement dans une classe à part) et que toutes les entreprises chinoises qui conçoivent des puces à 14 nm ou moins soient soumises à des restrictions. Puisque le département du Commerce a créé une voie pour l’escalade des sanctions contre Huawei, il est probablement inévitable que les faucons veuillent l’utiliser pour d’autres entreprises. Quant à savoir si l’administration sera d’accord, c’est une autre affaire : de nombreuses décisions importantes sont en suspens dans l’attente de la révision en cours de la politique chinoise.

Que se passera-t-il ensuite ?

La personne qu’il nommera à la tête du Bureau de l’industrie et de la sécurité du ministère du Commerce, la principale agence chargée d’administrer les contrôles à l’exportation, constituera un signal clé de l’attitude belliqueuse de M. Biden sur ces questions. Les principaux candidats actuels sont James Mulvenon, qui préconise des contrôles beaucoup plus stricts, et Kevin Wolf, un technocrate qui a déjà dirigé le BIS, mais que les faucons considèrent comme trop proche de l’industrie.

A lire également : Le platine et la guerre économique

Quel que soit le responsable de la BRI au sein de l’administration Biden, la guerre technologique est susceptible d’évoluer vers un contrôle des catégories technologiques plutôt que des entreprises particulières. Cela s’explique en partie par le fait que l’administration Trump a déjà placé la plupart des grandes entreprises technologiques chinoises sur diverses listes noires. La prochaine tâche consistera à déterminer s’il faut imposer des conditions encore plus strictes aux entreprises déjà inscrites sur la liste noire, par exemple en appliquant la vague règle sur les chaînes d’approvisionnement en technologies et services d’information et de communication établie par un décret de Trump en 2019.

Le département du Commerce devra également mettre en œuvre la loi sur la réforme du contrôle des exportations, qui exige des contrôles plus stricts sur les technologies « émergentes », comme l’intelligence artificielle et l’informatique quantique, et sur les technologies « fondamentales », comme les semi-conducteurs. Il est également fort possible que l’administration Biden abaisse de 25 % le seuil de de minimis pour les contrôles à l’exportation. Il serait alors encore plus difficile pour les entreprises figurant sur la liste des entités d’acquérir des produits intégrant des technologies d’origine américaine. Le département du commerce sous Trump a déjà renforcé sa politique d’examen des licences pour les exportations de technologies contrôlées vers la Chine. Une fois que le département du Commerce aura désigné des technologies spécifiques comme « émergentes » et « fondamentales », alors beaucoup plus d’entreprises devront demander des licences pour des exportations vers la Chine, et davantage de ces licences seront refusées.

 La Chine ne dispose pas de contre-mesures faciles à mettre en œuvre contre la plupart des actions américaines. La loi de blocage que le ministère du commerce a publiée en janvier lui permet de demander des dommages et intérêts contre les entreprises qui refusent de faire des affaires avec des sociétés chinoises. Taiwan Semiconductor Manufacturing Corp. est une cible possible, puisqu’elle a déclaré qu’elle n’accepterait plus de nouvelles commandes de Phytium, même si la réglementation américaine autorise probablement la poursuite de cette relation. Mais il n’est pas non plus évident que Pékin veuille contrarier TSMC au milieu d’une pénurie mondiale de puces. Au lieu de cela, les dirigeants chinois vont probablement s’en tenir à leur stratégie actuelle : ne pas s’en prendre aux multinationales, mais supporter les actions américaines tout en investissant dans une autosuffisance accrue. Le problème est que l’autosuffisance en matière de semi-conducteurs ne sera pas atteinte avant de nombreuses années, dans le meilleur des cas.

A lire également : La guerre pour les technologies

La Chine devra également faire face à un gouvernement américain qui prend de plus en plus au sérieux les investissements visant à étendre ses atouts technologiques. Par exemple, le gouvernement américain courtise agressivement les leaders des semi-conducteurs TSMC, Intel et Samsung pour qu’ils construisent davantage d’installations sur le sol américain. Ces trois entreprises ont pris des engagements substantiels pour investir aux États-Unis : 20 milliards de dollars pour Intel, 12 milliards de dollars pour TSMC et un montant non spécifié pour Samsung.

Le Congrès américain envisage également diverses initiatives législatives visant expressément à améliorer la compétitivité des États-Unis face à la Chine. Trois d’entre elles méritent d’être soulignées. 

  1. La loi CHIPS, qui a été adoptée dans le cadre du projet de loi annuel sur la défense en 2020. Elle accorde des subventions substantielles à l’industrie américaine des semi-conducteurs, même si le montant exact n’a pas encore été affecté et sera probablement fixé dans une autre loi cette année. L’administration Biden a cherché à obtenir un chiffre d’environ 50 milliards de dollars US sur dix ans, la majeure partie allant à la fabrication et environ 10 milliards de dollars US étant destinés à soutenir la R&D.
  2. La proposition de loi « Endless Frontiers Act« , qui prévoit de consacrer 100 milliards de dollars sur cinq ans au soutien de la R&D scientifique à l’échelle nationale. Le projet de loi réorganiserait également la National Science Foundation pour lui donner le mandat explicite de faire progresser le développement technologique, et pas seulement la recherche fondamentale. Il existe également des projets de loi concurrents avec des approches différentes pour la NSF.
  3. La proposition de loi sur la concurrence stratégique, qui exige principalement que les agences américaines adoptent une position explicitement antagoniste envers la Chine. Par exemple, elle ordonnerait une plus grande implication des États-Unis dans les organismes de normalisation, un plus grand engagement avec Taiwan, ainsi que davantage d’efforts pour « exposer l’utilisation par la RPC de la corruption, de la répression, de la coercition et d’autres comportements malveillants pour obtenir un avantage économique injuste ».

A lire également : Crise sanitaire, renseignement et guerre économique

Aucune de ces lois ne contrecarrerait directement l’effort de rattrapage technologique de l’ensemble de la société chinoise. Mais l’effet combiné de ces projets de loi inciterait davantage les entreprises à investir sur le marché américain, affaiblissant ainsi leur dépendance relative à l’égard de la Chine, ainsi qu’à repousser la frontière technologique, ce qui rendrait plus difficile le rattrapage de la Chine.

À propos de l’auteur
Gavekal

Gavekal

Gavekal est une entreprise qui propose des analyses économiques et financières sur l'Asie, la monnaie et les marchés financiers.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest