<i class='fa fa-lock' aria-hidden='true'></i> La Sicile : une île stratégique à ne pas laisser à la Chine

20 août 2021

Temps de lecture : 10 minutes
Photo : Italian President Sergio Mattarella, left, and his Chinese counterpart Xi Jinping, right, clap as officials from the both countries shake hands after exchange documents signed an agreement at the Great Hall of the People in Beijing Wednesday, Feb. 22, 2017. (Wu Hong/Pool Photo via AP)/TKTT311/17053410157064/POOL PHOTO/1702221246
Abonnement Conflits

La Sicile : une île stratégique à ne pas laisser à la Chine

par

Pékin s’intéresse à la Sicile car elle constitue un point d’observation des flux qui traversent la Méditerranée et la frontière entre l’Europe et l’Afrique. Mais il est peu probable que les États-Unis et l’Italie autorisent la Chine à investir dans les ports de Palerme et de Catane, qui sont proches des bases militaires de Sigonella et de Niscemi. 

Article de Giorgio Cuscito paru dans Limes n°2, 2021 « L’Italie au-devant du chaos ».

Les raisons stratégiques de l’intérêt de la Chine pour la Sicile sont les mêmes que celles pour lesquelles il est peu probable que Pékin puisse y réaliser des projets substantiels. Depuis l’île, les États-Unis et l’Italie surveillent les routes commerciales, énergétiques et numériques qui relient l’Est et l’Ouest par la mer Méditerranée. En même temps, la Sicile est la branche la plus méridionale de la sphère d’influence américaine en Europe, la plus proche de l’Afrique, qui est marquée par l’instabilité, par la forte présence économique et militaire de la Chine (centrée sur Djibouti) et récemment par les ambitions de la Russie et de la Turquie.

A lire également : L’Italie : abandonnée par l’Europe, courtisée par la Chine et la Russie

Sur le sol sicilien se trouve la base aérienne de Sigonella, qui accueille les drones américains Reaper et Global Hawk, fournit un soutien logistique à la Sixième flotte américaine et constitue donc un point de référence pour les opérations militaires en Afrique du Nord. En décembre 2019, les États-Unis y ont également transféré le laboratoire médico-scientifique précédemment situé en Égypte qui avait découvert le syndrome respiratoire du Moyen-Orient à coronavirus (Mers) en 2012. Le mouvement avait été établi avant que le Covid-19 ne se répande dans le monde. Les États-Unis ont motivé la mesure par la centralité géographique de la base aérienne par rapport aux trois commandements de combat que le laboratoire doit assister : central, européen et africain1. Au lieu de cela, Niscemi, sur la rive sud de la Sicile, est le siège du Mobile User Objective System (Muos), responsable des communications militaires par satellite gérées par la Défense américaine et reliées au centre de renseignement de Naples.

L’île est également impliquée dans le jeu des câbles sous-marins, l’infrastructure par laquelle transitent 99 % du trafic téléphonique et Internet dans le monde. Les tubes du Sea-Me-We 5 rejoindront Singapour à la France en incluant Catane comme escale. Surtout, le projet Peace (Pakistan and East Africa Connecting Europe) mis en place par Huawei et d’autres entreprises chinoises devrait relier le Pakistan à Marseille dès cette année, en passant par le golfe d’Aden, le canal de Suez et le détroit de Sicile. Pour la Chine – et d’autres puissances – il est essentiel non seulement d’augmenter l’intensité de la connexion numérique avec le reste du monde, mais aussi de gérer l’infrastructure qui la transporte. Surveiller et, si nécessaire, interrompre le flux de données.

A lire également : Matteo Salvini. Le bulldozer italien

Ces facteurs donnent une importance particulière à la visite effectuée par le président chinois Xi Jinping à Palerme en 2019, après avoir assisté à Rome à l’adhésion de l’Italie à l’initiative Belt and Road. L’arrivée de Xi a déclenché des projets de coopération sino-italienne dans le domaine commercial et des propositions plus ou moins concrètes d’investissements dans les ports de la péninsule, y compris ceux de Sicile.

Il ne s’agit pas d’une nouveauté. La République populaire a pensé à plusieurs reprises à injecter de l’argent dans nos ports maritimes. Il y a trente ans, cela aurait pu favoriser le renforcement des infrastructures du sud et réduire le fossé économique entre le nord et le sud du pays. 

Pourtant, la combinaison de contraintes atlantiques, d’un manque de connaissance locale de la géopolitique chinoise et de la présence de pouvoirs informels a contrecarré les opérations de Pékin dans le Sud. Aujourd’hui, la combinaison de la dégradation des relations sino-américaines, de l’instabilité de la rive sud de la Méditerranée et de la présence sur l’île d’infrastructures militaires italiennes et américaines fondamentales rend improbable une inversion de la tendance.

A lire également : La construction nationale de l’Italie

La Sicile, un cas à part

Le cas sicilien est une anomalie par rapport à ce qui se passe dans le reste de la Méditerranée. Depuis que Pékin a lancé les nouvelles routes de la soie en 2013, les ancrages chinois se sont multipliés dans le canal de Suez, dans le détroit de Gibraltar et sur le côté sud du détroit de Sicile. Les géants de la logistique de la République populaire consolident les ports d’Espagne, de Grèce, de France, de Turquie, du Maroc, d’Algérie, d’Israël, d’Égypte, de Malte et de Tunisie. Ce dernier cas est particulièrement pertinent. Pékin a lancé plusieurs projets d’infrastructure sur le territoire tunisien, notamment la construction d’un centre de calcul à haute performance et la transformation du port de Zarsis en un centre commercial, qui sera relié par train au site pétrochimique de la région de Gabès. En outre, des entreprises chinoises érigeront l’académie diplomatique de la Tunisie. Cela signifie que Tunis ne se soucie pas des accusations lancées il y a quelques années contre Pékin concernant la fuite de données du siège de l’Union africaine en Éthiopie, qui était également de fabrication chinoise2.

Le hub technologique tunisien s’inscrit dans le cadre des projets numériques chinois en Afrique du Nord. Ceux-ci rayonnent depuis Djibouti, un petit pays, où se trouve la seule base officielle de la Chine à l’étranger et un centre de données qui sert de plaque tournante pour les câbles sous-marins en direction de la Méditerranée. Pékin aimerait également revenir aux opérations de plein exercice en Libye, où le gouvernement d’entente nationale a rejoint BRI en 2018. Le simple volume des projets chinois explique pourquoi, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, la République populaire n’apprécie pas la combinaison de l’instabilité générée par les acteurs locaux et des ambitions hégémoniques de la Turquie et de la Russie.

A lire également : Jeu de go et géopolitique de la Chine : intérêts et limites d’une lecture « ludique » des conflits

En 2019, le gouvernement et une grande partie de nos médias pensaient que rejoindre les Nouvelles routes de la soie permettrait à l’Italie d’accroître rapidement ses relations économiques avec la République populaire. À l’époque, Trieste, Gênes, Venise et Palerme étaient prêtes à conclure des accords avec Pékin pour accueillir des investissements et des flux commerciaux. Le contraire était (et est toujours) la perspective de la Chine, qui a concentré son attention sur la signification géopolitique de la participation de l’Italie à la BRI et moins sur ses effets économiques. Ce malentendu de base a joué contre nous. La BRI n’a pas donné lieu à des investissements dans les ports maritimes de la péninsule, à l’exception de celui de Cosco dans le terminal à conteneurs de Savona-Vado Ligure. L’exportation de biens italiens vers la République populaire, en baisse depuis 2017, a encore diminué. Surtout, l’entente avec Pékin a déclenché des représailles plus ou moins voilées de la part de Washington, qui a intimé à Rome de rentrer dans les rangs de l’empire de la bannière étoilée. D’où l’arrêt de certains projets spatiaux sino-italiens et celui des investissements chinois dans le port de Trieste (que les Allemands ont repris), l’utilisation du pouvoir d’or du Palazzo Chigi pour bloquer un accord entre Fastweb et Huawei, l’attention de notre appareil de sécurité concernant l’intérêt chinois pour le port maritime stratégique de Tarente. Rome et Pékin ont discrètement célébré les 50 ans de leurs relations diplomatiques et reporté à 2022 l’année du tourisme Italie-Chine, attribuant ce contretemps à l’épidémie de coronavirus. Pour l’instant, les projets de collaboration avec la Chine pour le développement du réseau 5G (notamment le centre d’innovation géré par Huawei et Tim à Catane) et certaines recherches scientifiques à bord de la station spatiale chinoise en service en 2022 restent en place.

L’Italie s’efforce de montrer à Washington son adhésion sincère à l’OTAN, qui a invité notre marine à participer à des patrouilles navales dans la mer de Chine méridionale contestée. Ce plan d’eau et la Méditerranée sont désormais élevés au rang de médio-océans : des points de passage obligés sur le chemin le plus court entre l’Atlantique et le Pacifique, entre la sphère d’influence américaine en Europe et la Chine. Ce concept n’est pas étranger aux cercles stratégiques chinois. Ici, depuis quelque temps déjà, ils analysent les similitudes entre les « régions marines enclavées entre les terres » (dizhonghaiqu) ; en particulier, la Méditerranée comprimée entre Gibraltar et Suez et la mer chinoise contenue par des pays militairement liés aux États-Unis tels que la Corée du Sud, le Japon, Taïwan et les Philippines3. Abstraction faite de la finalité et de la méthode, mettre le cap sur l’océan médian le plus éloigné pourrait s’avérer une opération contre-productive si l’océan voisin, déjà bouillonnant et navigué par des puissances étrangères, n’a pas été apprivoisé au préalable.

A lire également : Fenêtre sur le monde. Histoire et cultures de la Sicile

Xi Jinoing a démontré une certaine connaissance historique de la Sicile au moins deux ans avant sa visite en Italie. En 2017, lors de la mission du président italien Sergio Mattarella en République populaire, le dirigeant chinois a évoqué l’histoire de Prospero Intorcetta (Yin Duoze pour les Chinois), un célèbre missionnaire jésuite de Piazza Armerina (province d’Enna) qui, à la fin du XVIIe siècle, « a quitté la Sicile pour la Chine et a ensuite apporté en Europe la Moitié droite (Zhongyong)4, l’un des quatre livres du canon confucéen ». Le missionnaire est mort à Hangzhou et a souhaité que sa tombe porte l’inscription « de la nation sicilienne, de la patrie piazzaise » pour établir son lien avec sa patrie5. Xi a utilisé cette référence historique pour établir un rapport avec notre chef d’État (né à Palerme), considéré comme un point de référence avec lequel dialoguer dans le contexte politique italien instable. La référence à Intorcetta a également attiré l’attention du Saint-Siège, qui négociait alors avec la Chine l’accord provisoire sur la nomination des évêques finalisé en 2018. Après avoir quitté la capitale chinoise, M. Mattarella a visité le Shaanxi, la province d’origine de la famille de Xi et le point de départ des anciennes routes de la soie. 

La visite du président chinois à Palerme avait donc deux objectifs. Tout d’abord, entretenir l’harmonie avec Rome en visitant la ville natale de notre chef d’État. Deuxièmement, diriger l’attention des entreprises et des personnes chinoises vers la Sicile stratégique. Les médias italiens ont sous-estimé l’importance de l’entrée de Xi au Palazzo dei Normanni, puis à la chapelle palatine. Il s’agissait de la première et unique visite du dirigeant chinois à un lieu de culte chrétien en dehors des frontières de la République populaire. Et cela a servi à obtenir le consentement du Vatican.

A lire également : Histoire : la bataille de Lépante (1571)

Le résultat a été un renforcement du soft power chinois en Italie. Les médias fidèles à Pékin se sont concentrés sur la réaction positive des résidents et des entreprises siciliennes à l’égard de Xi6 et sur l’inclusion éventuelle de l’île dans les nouvelles routes de la soie7. Rome, en revanche, s’est concentrée sur les gains économiques possibles du nouvel accord avec le gouvernement chinois. Cependant, l’accord sur l’exportation d’oranges siciliennes par voie aérienne vers la République populaire s’est avéré être plus cosmétique qu’autre chose. En 2019, notre pays a vendu un total de 162 000€8 sur le sol chinois. C’est peu si on le compare aux 32 millions d’euros gagnés par l’Espagne dans la même sphère.

En août 2019, Ctrip.com (aujourd’hui Trip.com, la plus grande agence de voyages en ligne de Chine) et la Sicile ont signé un accord visant à stimuler le flux de touristes sur l’île. En 2019, les Chinois ont effectué 169 millions de voyages à l’étranger (dont 100 millions à Hong Kong, Macao et Taïwan), dépensant environ 127 milliards de dollars. Les chiffres sont intéressants pour l’Italie et la Sicile car le tourisme est un secteur clé de notre économie, mais la gestion de flux importants de personnes est un outil puissant de soft power, quelle que soit la raison qui le génère. Le tourisme peut également être utilisé pour diffuser la culture, les normes et finalement enraciner sa présence économique à l’étranger. 

A lire également : Formule 1, une géopolitique des circuits

La visite de Xi a également déclenché une tentative d’investissement d’un fonds de Shanghai dans le port de Palerme. Le projet ne s’est pas concrétisé, mais l’intérêt de la Chine pour les ports siciliens n’a pas cessé. Une délégation du Dragon a visité l’île en janvier 2020. Son intérêt s’est porté sur les zones portuaires de Catane et d’Augusta et sur le développement d’un réseau de transport mixte de marchandises par bateau et par avion utilisant le port et l’aéroport de Catane9. Il y a dix ans déjà, un cordon de la République populaire était disposé à financer la construction d’une plate-forme aéroportuaire à Centuripe, à 40 kilomètres de la base aérienne de Sigonella. En 2017, une entreprise indienne semblait également prête à construire un aéroport intercontinental près de Messine. Comme si le duel géopolitique entre Pékin et Delhi s’était déplacé de l’Indo-Pacifique à la Méditerranée. Ces deux projets sont tombés dans l’oubli, mais l’importance accordée aux installations aéroportuaires indique que les Chinois (et les Indiens) sont conscients des lacunes de la logistique terrestre italienne et, en particulier, de l’inefficacité de la liaison entre le sud et le nord de l’Italie. Ce facteur explique également pourquoi, ces dernières années, la République populaire a identifié les ports de Gênes et de Trieste (plus proches par le train du cœur de l’Europe) comme des plaques tournantes potentielles pour les nouvelles routes de la soie.

En supposant que l’Italie surmonte de manière acceptable la nouvelle vague de Covid-19 d’ici 2021, la Chine pourrait profiter du décalage de l’année du tourisme sino-italien à 2022 pour relancer ses intérêts dans la péninsule et de nouvelles délégations chinoises pourraient arriver en Sicile. Il n’est pas exclu que ce processus soit facilité par la finalisation simultanée du Comprehensive Agreement on Investment (Cai) qui, sauf accroc, devrait intervenir dans le même laps de temps. 

A lire également : Quand l’Italie découvrait la géopolitique

Les Chinois tendront la main au nouveau gouvernement dirigé par le Premier ministre Mario Draghi pour préserver l’harmonie avec Rome. Peut-être mentionneront-ils en passant ses études dans un lycée jésuite et l’importance que Matteo Ricci, Prospero Intorcetta et d’autres missionnaires de cette dénomination ont eue dans le dialogue entre l’Orient et l’Occident. Ils s’appuieront certainement sur les bonnes relations entre Draghi et l’Allemagne (premier partenaire économique européen de la Chine), sur le lien entre les chaînes de production allemande et italienne et sur le fait que Berlin a joué un rôle décisif dans l’attribution de fonds européens extraordinaires à Rome. Pékin pourrait demander confirmation au ministère des affaires étrangères toujours dirigé par Luigi Di Maio (cosignataire du mémorandum de BRI) et au ministère de l’innovation technologique et de la transition numérique dirigé par Vittorio Colao (ancien dirigeant de Vodafone), qui auront le dossier 5G en main.

L’intérêt de l’Italie à accroître ses échanges avec la République populaire et le flux de touristes chinois dans la péninsule resteront probablement inchangés. Toutefois, les contraintes définies par notre sécurité nationale, les tensions sino-américaines croissantes et la familiarité de Draghi avec l’appareil américain décourageront la revitalisation des relations avec Pékin dans les secteurs portuaire et technologique. Surtout dans la Sicile stratégique.

A lire également : La construction nationale de l’Italie

Notes

  1. Voir « NAMRU-3 Moves to Sigonella, Italy », US Naval Forces Europe-Africa, 12/12/2019.
  2. Voir “China-Tunisia cooperation stronger than ever”, Global Times, 11/5/2020. 
  3. Zhang Xiaotong, « Si da diyuan zhanlue bankuai pengzhuang yu wuge « dìzhonghai » weiji » (« La collision de quatre plaques géostratégiques majeures et les cinq crises « méditerranéennes » »), Siis.org, Global Review, vol. 51, novembre-décembre 2017, 15/11/2017.
  4. Voir « Pékin : conversation entre Xi Jinping et Sergio Mattarella », Bureau économique et commercial de l’ambassade de la République populaire de Chine en République italienne, 3/3/2017.
  5. Voir la biographie de Prospero Intorcetta, Fondazioneintorcetta.info.
  6. « Je n’oublierai jamais l’accolade chaleureuse avec le président chinois Xi », Xinhua, 8/12/2019.
  7. « Xi Jinping huijan Yidali Xixili daqu zhuxi Musumeiqi » (« Xi Jinping rencontre Musumeci, président de la région italienne de Sicile »), Xinhua, 24/3/2019.
  8. Voir « China : internal developments, external projection », T.wai, International Policy Observatory, octobre 2020.
  9. « Transports : l’intérêt de la Chine pour les zones portuaires de Catane et d’Augusta », Ansa.it, 22/1/2020.

 

À propos de l’auteur
Limes

Limes

La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest