Le Portugal suscite la colère de Washington alors que Pékin courtise les stratégiques Açores

10 novembre 2020

Temps de lecture : 7 minutes
Photo : Base aérienne américaine de Lajes dans les Açores (c) Wikipedia
Abonnement Conflits

Le Portugal suscite la colère de Washington alors que Pékin courtise les stratégiques Açores

par

Alors que la rivalité entre les États-Unis et la Chine s’intensifie, les États européens peinent à prendre position. Géographiquement, le Portugal est l’État membre de l’UE le plus proche des États-Unis. Cependant, diplomatiquement, la petite nation atlantique est l’objet d’une énergique entreprise de séduction économique de la part de Pékin, et Washington n’est pas satisfaite des errances de Lisbonne.

 

Article du South China Morning post. Traduction de Conflits.

 

  • Le Pentagone a réduit ses dépenses au Portugal alors que la Chine montre son plus vif intérêt et augmente ses investissements
  • L’ancien ambassadeur rappelle que les relations entre la Chine et le Portugal remontent à des centaines d’années, mais les Etats-Unis affirment que la Chine moderne cherche à exercer une « influence malveillante ».

 

Tandis que les États-Unis et la Chine s’attaquent ouvertement et vigoureusement sur leurs politiques respectives, du commerce jusqu’aux droits de l’homme, l’ambassadeur de Washington au Portugal, George Glass, a déclaré au journal local Expresso le mois dernier que le moment était venu pour Lisbonne de « choisir entre ses amis et alliés, et la Chine ».

Ces propos ont agacé le ministre des affaires étrangères Augusto Santos Silva, qui a rétorqué que le Portugal était un membre « fiable et crédible » des trois blocs auxquels il est associé depuis longtemps — l’UE, l’OTAN et l’Occident.

En réalité, les préoccupations américaines concernant l’influence de Pékin au Portugal sont antérieures à la politique belliciste actuelle du président américain Donald Trump à l’égard de la Chine. Et ces inquiétudes ne sont pas seulement économiques, elles concernent aussi la stratégie militaire et l’archipel portugais des Açores, un groupe de neuf îles volcaniques situées à environ 1 400 km des côtes, au milieu de l’océan Atlantique Nord.

Les Açores sont aujourd’hui plus connues pour le tourisme, mais pendant la Seconde Guerre mondiale, elles ont joué un rôle décisif en tant que base pour les navires de guerre et les avions américains et alliés. Pendant la guerre froide, les États-Unis ont utilisé les îles pour suivre les sous-marins soviétiques dans l’Atlantique, et la base aérienne américaine de Lajes sur l’île de Terceira, aux Açores, a largement étendu la portée des avions de surveillance militaire.

Cependant, comme les exigences militaires ont changé, le Pentagone a commencé en 2012 à réduire les effectifs de Lajes, qui est maintenant appelée « base fantôme ». Pékin n’a pas tardé à frapper à la porte.

 

A lire aussi : Madrid et Washington, le « grand divorce » ?

 

En 2012, le premier ministre chinois de l’époque, Wen Jiabao, a fait une escale aux Açores, suivi en 2014 par le président Xi Jinping pour rencontrer le vice-premier ministre portugais de l’époque, Paulo Portas, sur l’île de Terceira. Deux ans plus tard, le premier ministre Li Keqiang s’est rendu sur place avec Santos Silva.

« Washington a la mauvaise habitude d’ignorer Lajes jusqu’à ce qu’une crise éclate et nous en avons besoin », a déclaré Michael Rubin, ancien fonctionnaire du Pentagone et actuellement chercheur résident à l’American Enterprise Institute, un groupe de réflexion basé à Washington. « Nous n’avons pas reconnu et respecté l’importance du Portugal pour l’OTAN et les États-Unis ».

Les visites aux Açores des dirigeants et des diplomates de haut niveau de Pékin s’inscrivent dans la droite ligne des investissements croissants de la Chine au Portugal, qui s’est retrouvé avec une dette supérieure à son PIB et un taux de chômage d’environ 16 % à la suite de la crise financière mondiale de 2008.

Alors que l’Union européenne a forcé Lisbonne à accepter des mesures d’austérité impopulaires en échange d’un renflouement de la dette, les entreprises publiques chinoises ont injecté de l’argent dans certaines des industries clés du Portugal.

En 2011, China Three Gorges Corp a battu plusieurs conglomérats européens dans la course à la participation du gouvernement portugais dans la société en difficulté Energias de Portugal (EDP), le plus grand fournisseur d’électricité du pays, en offrant 2,7 milliards d’euros (3,2 milliards de dollars US) pour 21,35 % des actions d’EDP. En 2018, Three Gorges a proposé un rachat d’EDP qui a été rejeté l’année dernière par les actionnaires restants de la compagnie d’énergie.

Glass s’était prononcé contre l’offre de rachat, déclarant que les États-Unis ne permettraient jamais au conglomérat d’État chinois de reprendre les actifs d’EDP aux États-Unis, où il est le troisième plus grand producteur d’énergie à partir de sources renouvelables. « Si China Three Gorges veut aller de l’avant après cet avertissement, l’administration Trump a le pouvoir de démanteler EDP aux États-Unis par le biais du régulateur des investissements étrangers », a déclaré M. Glass en 2019.

Le mois dernier, M. Glass a qualifié cet accord de premier coup de semonce dans la bataille entre les États-Unis et la Chine pour l’influence sur le Portugal.

Le second est survenu lorsque la Chine a jeté son dévolu sur l’Atlantique. En 2016, le Premier ministre portugais António Costa a déclaré que Pékin souhaitait convertir la base militaire américaine de Lajes en un institut de recherche scientifique géré par les Chinois. Cela a déclenché un signal d’alarme à Washington, avec le représentant républicain Devin Nunes, qui est d’origine portugaise et ancien président de la commission des renseignements du Congrès américain, menant une campagne pour non seulement combattre les réductions des dépenses du Pentagone aux Açores, mais aussi pour reconstruire la présence américaine à Lajes.

Dans une note envoyée à Ashton Carter, alors secrétaire à la défense, en 2016, Nunes a exhorté Carter à considérer les Açores dans le contexte de ce qu’il a appelé les ambitions militaires croissantes de la Chine à l’étranger. « La Chine a étendu son influence grâce à des investissements similaires dans les infrastructures à Djibouti, au Sri Lanka et ailleurs dans le monde », a-t-il déclaré. « Elle utilise maintenant les mêmes tactiques pour établir un pied dans les Açores qui, s’il réussit, sera utilisé pour un centre de logistique et de renseignement qui pourrait finalement être étendu à d’autres fins militaires, à côté des installations militaires américaines essentielles », a déclaré M. Nunes.

« En fait, nous nous débarrassons de milliards de dollars d’infrastructures à Lajes Field qui finiront probablement en possession du gouvernement chinois ». Glass, qui a été nommé au poste d’ambassadeur après avoir fait don de centaines de milliers de dollars pour la campagne électorale de Trump en 2016, a déclaré l’année dernière que la base de Lajes était « fondamentale » pour la sécurité de l’Atlantique.

Alors que le débat sur la base de Lajes se poursuit, Pékin investit dans la partie continentale du Portugal dans le cadre de la Belt and Road Initiative, le plan ambitieux de Xi visant à remodeler l’ordre international via un réseau de transports et de liens commerciaux émanant de la Chine.

 

A lire aussi : La Chine, ennemie hier, partenaire aujourd’hui ?

 

En 2017, les investissements chinois au Portugal se sont élevés à 4,36 milliards de dollars, soit plus de trois fois les 1,26 milliards de dollars américains, selon les chiffres de l’OCDE cités par le Réseau européen de réflexion sur la Chine. Et il ne s’agissait pas seulement des dépenses des entreprises soutenues par Pékin. Le Portugal offrant un système de « visa d’or » qui donne des droits de résidence aux personnes qui investissent un certain montant, il y a eu un « grand boom » des clients chinois qui ont acheté des biens immobiliers entre 2014 et 2016, a déclaré Nelson Santos, un agent immobilier basé à Lisbonne. Certains acheteurs ont mis en place des groupes WeChat et semblaient vouloir s’entraider, a-t-il dit. « Il y avait un client qui voulait une propriété pour 600 000 euros, un autre dans le groupe voulait alors dépenser 700 000 euros, et le suivant 800 000 euros. L’enjeu était qui avait acheté le plus gros et le plus cher », a déclaré M. Santos.

En tant que pays le plus occidental d’Europe, les aéroports et les ports du Portugal sont une porte d’entrée vers l’Europe, l’Afrique du Nord et la Méditerranée, ainsi qu’un tremplin vers les routes commerciales de l’Atlantique et l’Amérique du Sud, ou ce que les États-Unis considèrent comme leur propre arrière-cour.

Le port de Sines, dans le sud du Portugal, commencera à faire des offres pour un nouveau terminal à conteneurs de 642 millions d’euros en avril prochain et, selon les médias locaux, les groupes de transport maritime chinois devraient être les premiers à soumissionner.

Lors du Belt and Road Forum de 2017 à Pékin, Jorge Costa Oliveira, alors secrétaire d’État portugais à l’internationalisation, a déclaré qu’il espérait « qu’une route maritime vers [le port de] Sines soit incluse et, en outre, que la route terrestre de la soie, qui va déjà de Chongqing à Madrid, arrive également au Portugal ».

En reliant la capitale espagnole au Portugal, la ceinture et la route s’étendront aussi loin que possible vers l’ouest et constitueront le premier et unique point de contact avec l’océan Atlantique. L’ancien ambassadeur du Portugal en Chine, José Manuel Duarte de Jesus, a déclaré que les plans de la Belt and Road Initiative évoquaient des relations remontant au XVIe siècle, lorsque les explorateurs portugais ont établi des liens officiels avec l’empire Ming.

 

A lire aussi : De Ceuta à Macao : vie et mort de l’empire portugais

 

Il a déclaré que les réseaux commerciaux développés entre les empires portugais et chinois étaient définis par le multilatéralisme et que le dédain de la présidence Trump pour une telle coopération et la « diabolisation de la Chine » faisait partie du problème.

« Je pense que le Portugal peut apporter sa contribution pour arrêter la propagation de cette diabolisation au niveau de l’UE », a-t-il déclaré.

L’ambassadeur américain Glass a déclaré que le Portugal devrait cesser de regarder la Chine à travers le prisme rose de l’histoire. « Le Portugal fait des affaires avec la Chine depuis des siècles et cela est bien accepté, mais ce n’est pas la même Chine avec laquelle il a traité au cours des 500 dernières années. C’est une nouvelle Chine, avec des plans à long terme visant une influence malveillante par l’économie, la politique ou d’autres moyens », a-t-il déclaré.

Quelques jours seulement après l’interview de M. Glass avec Expresso, la Chambre de commerce Portugal-Chine a publié sa propre interview dans la même publication, qualifiant les commentaires de l’ambassadeur américain de « honteux ». « La pression américaine contre la Chine n’est pas nouvelle et s’est accrue à l’échelle mondiale », a déclaré son président Y Ping Chow. « Nous sommes convaincus que le gouvernement portugais continuera à agir avec bon sens. Nous avons confiance dans la longue histoire de l’amitié Portugal-Chine et nous ne nous préoccuperons pas des paroles de l’ambassadeur ».

Rubin, de l’American Enterprise Institute, a déclaré que Washington n’avait pas été un très bon ami de Lisbonne ces dernières années et que c’était une erreur. Mais il a ajouté que d’autres pays avaient signé des projets de la Belt and Road Initiative et se sont retrouvés avec une dette énorme envers Pékin. Les responsables de Lisbonne devraient se demander « si la Chine respecterait vraiment le Portugal, pas plus qu’elle ne respecte les objectifs de sa diplomatie de la dette dans le monde et si la Chine partirait un jour pacifiquement si Lisbonne le demandait », a-t-il dit. « Franchement, la réponse à ces deux questions est non. »

 

 

À propos de l’auteur
South China Morning Post

South China Morning Post

Le South China Morning Post est l'un des plus anciens journal d'Asie. Il a été fondé en 1903 à Hong Kong. La marque possède aujourd'hui de nombreux titres de presse et diffuse en Chine continentale, à Hong Kong et dans le reste de l'Asie. C'est l'un des principaux journaux de langue anglaise de la région.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest