L’industrie pharmaceutique indienne : « la diplomatie de la pharmacie »

8 juin 2021

Temps de lecture : 11 minutes
Photo : Mandatory Credit: Photo by Sonu Mehta/Hindustan Times/Shutterstock (11767175w) Union Ministers Nitin Gadkari and Dr. Harsh Vardhan, Swami Baba Ramdev releases evidence based Patanjali Covid-19 Medicine Coronil.
Abonnement Conflits

L’industrie pharmaceutique indienne : « la diplomatie de la pharmacie »

par

L’industrie pharmaceutique indienne ne se contente pas de fournir des médicaments vitaux à sa population, mais elle calibre également la demande internationale, fournissant ainsi un bien de santé publique mondial et pratiquant « la diplomatie de la pharmacie ». Il peut s’agir d’un atout stratégique mondial pour l’Inde qui peut être exploité à son avantage dans la partie d’échecs géopolitique actuelle provoquée par la pandémie. C’est pourquoi l’internationalisme vaccinal de l’Inde, par opposition au nationalisme vaccinal, contribue à la positionner comme une puissance émergente et influente.

 

 

« Il y a des décennies où rien ne se passe, et il y a des semaines où des décennies se passent. » Cette citation de Lénine représente bien comment la Covid-19 a changé le monde. Bien que son impact ait dépassé les semaines et que ses conséquences se fassent largement sentir à l’aube de la nouvelle décennie. Presque tous les secteurs ont été touchés par la Covid-19, mais le secteur le plus crucial a été celui des soins de santé et de l’industrie pharmaceutique. Le besoin d’un système de santé efficace, abordable et inclusif a été au centre de la lutte contre cette pandémie. 

 

La Covid-19 nous a fait réfléchir au nationalisme profond et aux clivages géopolitiques qui ont joué au milieu des crises humanitaires. Alors que le monde développé a connu des cas de Covid sans précédent malgré un système de santé bien développé par rapport aux pays en développement. Pourtant, tant les pays développés que les pays en développement se sont tournés vers l’Inde en 2020 pour répondre à la demande croissante de médicaments en pleine pandémie, et maintenant, pour la production et la fourniture en masse de vaccins dans le monde entier. 

A lire également : Les laboratoires pharmaceutiques n’échappent pas aux cyberattaques

 

L’Inde : la pharmacie du monde 

 

L’Inde est souvent considérée comme la « pharmacie du monde », en reconnaissance de sa capacité établie de production de médicaments. Elle est le plus grand fournisseur de médicaments génériques au monde (20 % de la production mondiale). Le secteur pharmaceutique indien fournit plus de 50 % de la demande mondiale de divers vaccins, 40 % de la demande de médicaments génériques aux États-Unis et 25 % de l’ensemble des médicaments au Royaume-Uni. Actuellement, plus de 80 % des médicaments antirétroviraux utilisés dans le monde pour lutter contre le sida sont fournis par des entreprises pharmaceutiques indiennes. 

 

Le pays dispose d’une industrie pharmaceutique nationale bien établie, avec un solide réseau de 3 000 sociétés pharmaceutiques et environ 10 500 unités de fabrication. D’une part, une production à faible coût, des IDE pouvant atteindre 100 % dans le secteur, une R&D importante, et un grand nombre de scientifiques et d’ingénieurs qui renforcent l’efficacité des entreprises pharmaceutiques indiennes, ce qui permet d’obtenir des exportations compétitives. D’autre part, l’augmentation des dépenses de santé, la pénétration accrue de l’assurance maladie dans le deuxième pays le plus peuplé du monde (plus de 1,3 milliard d’habitants) qui exigent une capacité de production de masse. Tous ces facteurs contribuent aux exportations de l’Inde et démontrent sa capacité à fournir au monde entier des médicaments sûrs, abordables et efficaces. Le chiffre d’affaires du marché pharmaceutique indien était de 20,03 milliards de dollars en 2019, tandis que les exportations de produits pharmaceutiques s’élevaient à 16,3 milliards de dollars pour l’année fiscale 2020 et devraient atteindre 100 milliards de dollars en 2025.

A écouter également : Podcast : Géopolitique de la santé. Patrick de Casanove

En ce qui concerne l’industrie des vaccins, outre l’avantage de coût moindre qui découle des économies d’échelle, les fabricants indiens ont une réputation bien établie en matière de sécurité et d’efficacité. L’OMS n’a approuvé que cinq vaccins chinois pour l’exportation contre 47 vaccins indiens, ce qui témoigne des contrôles de qualité rigoureux de ces derniers. Lors d’épidémies passées, comme celle de la grippe H1N1, de nombreux pays en développement étaient à l’écart lorsqu’il s’agissait de l’accès au vaccin. L’Inde est désormais en pointe et peut jouer un rôle crucial en matière de santé et de sécurité dans un monde de plus en plus interdépendant.

 

Depuis le début de la pandémie, le pays est à la pointe de l’approvisionnement en médicaments. L’Inde a reçu des demandes de plus de 100 pays pour de l’hydroxychloroquine (HCQ) et du paracétamol, ainsi que des masques, des gants, des combinaisons EPI, des kits de diagnostic et d’autres fournitures médicales. L’Inde fabrique plus de 70 % de l’approvisionnement mondial en HCQ. Au départ, craignant de ne pas avoir assez de ce médicament pour sa propre population, l’Inde a d’abord interdit son exportation en mars 2020. Cependant, 13 pays ont été exemptés de l’interdiction d’exportation ensuite pour l’envoi de fournitures aux États-Unis, au Brésil et en Israël (en particulier lorsque Trump a demandé des fournitures de HCQ pour les États-Unis). Par la suite, cette liste de pays exemptés comprenait 55 pays qui ont reçu de l’HCQ sous forme de dons et sur une base commerciale. À eux seuls, les États-Unis ont reçu 3,58 millions de comprimés de HCQ ainsi que neuf tonnes de principes pharmaceutiques actifs nécessaires à la fabrication du médicament. 

A lire également : Systèmes de santé en Europe : des contrastes

La diplomatie de la pharmacie 

 

Finalement, le médicament a été exporté vers 97 pays pendant la pandémie. Ainsi, la capacité de production et d’approvisionnement de l’Inde soutient sa diplomatie pharmaceutique en tirant parti de sa puissance d’influence pour renforcer ses relations avec les pays amis. Comme pour le médicament HCQ, l’Inde a été confrontée à un dilemme similaire pour le Remdesivir. Six sociétés pharmaceutiques indiennes ont signé un accord de licence non exclusif avec la société américaine Gilead Sciences Inc. pour fabriquer et vendre le Remdesivir, un médicament Covid-19 potentiel, dans 127 pays. Les représentants du gouvernement ont déclaré que « l’Inde exporterait le médicament au cas par cas après avoir satisfait à toutes les exigences nationales ». Le fait de savoir quels pays recevront le médicament « en premier » et en « priorité » souligne la politique de pandémie et indique clairement qui l’Inde considère comme ses amis. 

 

L’Inde compte plus de 10,8 millions de cas de virus, ce qui la place au deuxième rang mondial derrière les États-Unis, bien que son taux d’infection ait considérablement diminué par rapport au pic de la mi-septembre 2020. Elle a également fait état de 150 000 décès. Le système de santé est fragmentaire, en particulier dans les zones rurales et dans les endroits soumis à la pression de la pandémie. En septembre notamment, les hôpitaux de certains États ont été confrontés à des pénuries d’oxygène en raison du manque d’installations de stockage et de livraison. 

A lire également : Asie centrale : La pandémie de Covid19 pourrait-elle exacerber les rivalités de puissance entre États-Unis, Russie et Chine ?

Le 3 janvier 2021, le contrôleur général des médicaments de l’Inde (l’organisme de réglementation pharmaceutique du pays) a accordé une autorisation d’utilisation d’urgence (AUE) pour deux vaccins Covid-19, ouvrant la voie à un vaste programme d’inoculation visant à endiguer la pandémie dans le deuxième pays le plus peuplé du monde. Le premier est le Covaxin, un vaccin indigène fabriqué par Bharat Biotech, basé à Hyderabad, et le second par Oxford-AstraZeneca (commercialisé sous le nom de Covishield en Inde et dans certains autres pays), qui détient une licence de fabrication et de stockage auprès du Serum Institute of India (SII) – une filiale du groupe familial Poonawalla qui est le plus grand fabricant de vaccins au monde par le nombre de doses produites dans le monde (plus de 1,5 milliard de doses par an), fournissant les vaccins les moins chers du monde et accrédités par l’OMS à 170 pays. 

 

Ces deux vaccins ne nécessitent pas de températures de stockage extrêmement basses, contrairement au vaccin Pfizer-BioNTech qui doit être maintenu à des températures ultra basses de – 80 C°, ce qui constitue un défi majeur pour les pays, sans parler de ceux en développement. En outre, les prix de Covaxin et de Covishield sont abordables pour les pays à faible revenu. Des rapports indiquent que ces vaccins pourraient coûter entre 2,3 et 3,3 euros par dose, contre 12 à 15 euros pour BioNTech et Moderna respectivement en Europe. 

A lire également : Qui achètera l’Inde ?

Une très forte capacité de vaccination 

 

Le plan de vaccination initial du pays (lancé le 16 janvier 2021) vise à vacciner 300 millions de personnes – travailleurs de la santé, personnel de première ligne, y compris la police, et personnes considérées comme vulnérables en raison de leur âge ou d’autres maladies – au cours de la première phase (d’ici août 2021). Son expérience dans la gestion de programmes de vaccination à grande échelle sera précieuse. Son programme d’immunisation universel est, selon l’Unicef, le plus grand programme de santé publique au monde. L’Inde vaccine 26,5 millions de nourrissons par an contre un certain nombre de maladies, et fait chaque année des vaccins antitétaniques pour 29 millions de femmes enceintes. Début février 2021, 4,45 millions de personnes ont été vaccinées, ce qui fait de l’Inde le cinquième pays à avoir administré le plus grand nombre de vaccins en dix-neuf jours. 

 

« Garantir l’accès aux doses d’un nouveau vaccin aux pays à revenu élevé comme aux pays à faible revenu, à peu près au même moment et pendant une pandémie, est un exploit que le monde n’a jamais accompli auparavant – sans parler de la rapidité et de l’ampleur sans précédent de cet accès », a déclaré le Dr Seth Berkley, directeur général de Gavi, l’Alliance pour les vaccins, qui est à la tête des achats et des livraisons de Covax. Dans ce contexte, l’Inde est prête à jouer un rôle essentiel dans la fabrication et la fourniture du vaccin au monde entier, et en particulier le SII. 

 

En septembre 2020, le SII a signé un accord avec Gavi et la fondation Bill & Melinda Gates pour 200 millions de doses (et des options pour jusqu’à 900 millions de doses supplémentaires) des vaccins AstraZeneca-Oxford ou Novavax. Le prix des vaccins sera de 3 dollars par dose et ils seront mis à la disposition des 92 pays à revenu faible et moyen inclus dans la garantie de marché (Advance Market Commitment – AMC) de Gavi. SII a déjà été en mesure de stocker 100 millions de doses du vaccin Oxford/AstraZeneca dès la première semaine de janvier. « Personne dans le monde ne dispose d’un stock aussi important et nous pourrons commencer à fournir dès que nous aurons obtenu l’autorisation », a commenté Umesh Shaligram, directeur de la R&D de SII. En outre, quatre grandes sociétés pharmaceutiques – AstraZeneca, Novavax, Johnson & Johnson et Sanofi – ont conclu des accords pour produire 3 milliards de doses de vaccins, selon une analyse des données publiques disponibles par Airfinity, une société de recherche du Royaume-Uni. Le SII devrait fabriquer plus des deux tiers de ces doses. 

A lire également : Le problème géant de l’Inde

Le SII s’est déjà engagé à ce que 50 % des vaccins produits aillent à l’Inde et les 50 % restants au Covax Facility, un pool dirigé par l’OMS pour distribuer des vaccins aux pays à faible et moyen revenu. Le gouvernement indien a déjà reçu des demandes de plus de 30 pays pour accélérer l’exportation de vaccins pour leurs pays respectifs. L’Inde détient donc la clé pour déterminer à qui elle donne la priorité pour expédier le vaccin en premier et certains pourraient devoir attendre un peu plus longtemps. C’est là que la diplomatie indienne en matière de vaccins peut être bénéfique pour fournir un vaccin Covid abordable aux pays à faible revenu, soit par le biais de son vaccin indigène, soit par ses installations de production permettant de produire en masse des milliards de flacons de vaccins en une année pour la consommation mondiale. « Que l’Inde fabrique un vaccin elle-même ou non, du point de vue de la fabrication, elle va jouer un rôle très, très important. »

 

Dons de vaccins aux pays amis 

 

En dépit de sa propre demande, l’Inde a acheminé par avion 5,5 millions de doses à neuf pays en phase I dans le cadre de l’initiative Vaccine Maitri (Amitié pour les vaccins) le 20 janvier. Elle a l’intention de fournir 60 millions et 80 millions de doses aux pays amis en février et mars. Le ministre indien des Affaires étrangères a déclaré que la « première priorité sera accordée à nos voisins les plus proches, nos amis » pour les aider à lancer leur propre processus de vaccination. L’Inde a commencé à envoyer des vaccins à ses voisins immédiats dans le cadre d’une aide non remboursable, conformément à sa politique de « voisinage d’abord ». Le Bangladesh et le Népal ont reçu respectivement 2 millions et 1 million de doses, tandis que le Bhoutan et les Maldives ont reçu 1 500 000 et 1 000 000 doses chacun. La Birmanie a reçu 1,5 million de doses, les Seychelles 50 000 doses, Bahreïn et Maurice 100 000 doses chacun le 22 janvier. L’expédition de 500 000 doses au Sri Lanka a été effectuée le 27 janvier, tandis que des vaccins seront également fournis à l’Afghanistan dès qu’ils auront confirmé l’autorisation réglementaire nécessaire. 

A lire également : Chine, Inde, Japon : géants de la production et de l’importation

Elle prévoit en outre de faire don de vaccins à Oman, à 20 pays des Caraïbes et à des États insulaires du Pacifique, entre autres. L’Inde a également mené des programmes de formation pour ses voisins afin de les aider dans leur campagne de vaccination. Au-delà de son voisinage immédiat, l’Inde a également expédié 2 millions de doses au Brésil et au Maroc, tout en donnant la priorité aux demandes imminentes de l’Arabie saoudite et de l’Afrique du Sud. Le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a décrit la capacité de production de vaccins de l’Inde comme « le meilleur atout dont dispose le monde aujourd’hui », et a félicité l’Inde pour avoir fourni des doses de Covid-19 aux nations du monde entier afin de lutter contre la crise sanitaire mondiale catastrophique. 

 

La diplomatie des vaccins pourrait aider l’Inde à gagner en bonne volonté et en crédibilité dans ses relations avec ses voisins d’Asie du Sud, ce qui pourrait donner l’élan nécessaire pour résoudre les problèmes avec eux. L’ampleur des dons de vaccins de l’Inde est inégalée. Aucun autre pays n’a livré des millions de vaccins gratuits à d’autres nations (pas même la Chine), et ce qui ressort le plus du geste humanitaire de l’Inde est qu’il a été lancé quatre jours seulement après que le pays a commencé à vacciner ses propres citoyens. Bien que ce geste ne soit pas vraiment altruiste, l’Inde attend le soutien de ces pays sur les plateformes internationales et nationales, utilisant ainsi les vaccins comme monnaie d’échange pour servir ses propres intérêts. 

A lire également : Vârânasî : le cœur battant de l’Inde

Cela est de bon augure pour l’Inde, qui pourra ainsi contrer l’influence croissante de la Chine dans la région grâce à ses efforts géostratégiques (politique du collier de perles) et géo-économiques (initiative des ceintures et des routes de la soie) dans la région Indo-Pacifique. La diplomatie indienne en matière de vaccins met l’Inde en concurrence directe avec la Chine – qui n’a pas caché que la distribution des vaccins est liée à ses ambitions géopolitiques plus larges. La fabrication et la distribution de vaccins est un domaine dans lequel l’Inde a un certain avantage comparatif sur la Chine, mais la concurrence entre les deux peut encore être féroce. Plusieurs pays qui se sont vu proposer ou ont acheté des vaccins Covid chinois, dont le Brésil et le Cambodge, se sont tournés vers l’Inde pour se procurer le vaccin AstraZeneca, alors que l’efficacité de certaines piqûres chinoises était remise en question. Cette situation a également conduit le Pakistan, qui est le pays le plus critique de l’Inde, à obtenir 17 millions de doses de vaccin fabriquées en Inde dans le cadre du programme Covax.

 

Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l’OMS, a insisté sur le fait que les pays doivent éviter le « nationalisme vaccinal », qui consiste à donner la priorité à leurs propres besoins en vaccins. Les pays riches « coupent tous dans la file et accumulent les stocks de vaccins pour vacciner le plus grand nombre de personnes possible, même si cela laisse les autres pays dans l’incapacité de vacciner les personnes les plus à risque ». Les États-Unis, le Royaume-Uni, le Japon et le Canada ont conclu des accords suffisamment importants pour vacciner toute leur population. En revanche, un effort mondial commun pour distribuer équitablement les vaccins à plus de 150 pays – dont des dizaines de pays à faible revenu – n’a permis d’obtenir que 700 millions de doses. Le nationalisme en matière de vaccins met le monde au bord d’un « échec moral catastrophique », a déclaré le responsable de l’OMS pour la distribution des vaccins Covid, en exhortant les pays et les fabricants à partager les doses plus équitablement dans le monde.

A lire également : Le capital, c’est la santé

L’optimisation de la production, de la distribution et de la tarification des vaccins peut constituer un stratagème géopolitique pour les pays disposant de capacités de fabrication et/ou de financement. Cela leur donne le pouvoir de contrôler et de détourner préférentiellement l’approvisionnement en vaccins en fonction de leurs intérêts nationaux et internationaux. Pour l’Inde, cela exige un équilibre prudent entre l’approvisionnement en vaccins pour sa population de 1,3 milliard d’habitants d’une part, mais aussi pour répondre aux attentes et aux obligations de ce pays envers la communauté internationale d’autre part. L’Inde peut et doit se montrer à la hauteur de cette occasion et affirmer sa position mondiale en jouant un rôle majeur dans la campagne de vaccination mondiale.  

 

La pandémie a mis à l’épreuve les limites et les vulnérabilités du secteur de la santé des pays développés, tout en montrant les forces et les opportunités que ce secteur offre aux nations en développement comme l’Inde. Compte tenu de la transformation de l’Amérique en superpuissance « solitaire » au cours des dernières années et du fait que le monde de la distribution mondiale des vaccins Covid est fortement dominé par le nationalisme en la matière, la manière dont l’Inde continue à trouver cet équilibre définirait, à bien des égards, l’avenir de la santé mondiale ainsi qu’un monde multipolaire. 

À propos de l’auteur
Mohit Anand

Mohit Anand

Associate Professor EM Lyon : International Business and Strategy
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest